leral.net | S'informer en temps réel
Hebergeur d'image

​Remaniement du Gouvernement : Le dunk que prépare Macky Sall


Rédigé par leral.net le Dimanche 27 Août 2017 à 16:30 | | 0 commentaire(s)|

Bonjour les spéculations, mais des constantes demeurent. Avec un président de la République secret comme jamais, personne ne sait qui sera le prochain Premier ministre.
 
Logiquement, Mahammad Boune Abdallah Dionne, tête de liste aux législatives, auteur d’une mémorable campagne électorale, « dansant même » au son du Diambadong à Ziguinchor, est en pôle-position pour rempiler ; car s’il devient président de l’Assemblée nationale, « le cas » Moustapha Niasse deviendra un problème, à moins que la coalition « Benno Bokk Yakaar» ne chancelle.
 
 Mais son parti, l’Alliance des forces de progrès (Afp), a-t-il toujours les moyens de sa politique ? Même pas cinq députés, alors que le Parti socialiste (Ps) a su tirer ses marrons du feu, en emmenant une grande cohorte d'élus à la Place Soweto. Seize au total. Un signal important : dans les investitures, Macky Sall avait donné plus de «places» au Ps qu’à l’Afp.
 
Maintenant, qui sont les grands vainqueurs des législatives ? Avant tout, les ministres de Dakar qui étaient allés au charbon pour faire face à « l’hydre » Khalifa Sall, « l’absent le plus présent » de ce scrutin, élu député alors qu’il est en prison. « Le peuple » de Dakar dit en résumé que son maire n’est en rien fautif.
 
Il faudra beaucoup tenir compte de Dakar en perspective de la présidentielle qui est déjà aux portes du…palais…former un gouvernement au Sénégal, ce sont toujours des choix difficiles. Dans un pays fait d’équilibres «précaires», il est essentiel de représenter toutes les régions. Il est aussi capital d’être regardant sur les aspects religieux.
 
L’équation qui s’est posée à Macky Sall lors de ses vacances, selon nos sources, c’est le choix entre un gouvernement de « politiques » ou de « technocrates ». Parmi ceux de ses proches qu’il avait envoyés «au front», presque tous seront mieux reconnus politiquement, surtout ceux de Dakar qui étaient (presque) annoncés au bûcher.

Il y a aussi Thiès, où le président Sall voulait réellement faire mordre la poussière à son grand rival, Idrissa Seck. Dans les faits, il entend selon toute vraisemblance, consolider les positions des responsables de la majorité là où il aura de forts rivaux dans quelques mois, lors de la présidentielle. Dakar, Thiès et Podor.
 
 Toutefois, tout n’est pas marron. Il y a toujours Touba et le département de Mbacké qui refusent de voter pour lui ; et il y a les départements de Saraya et Kédougou au sud-est, qui ont dit non à « Benno ». Dans la composition d’un gouvernement, il y a aussi le fait du Prince. Ici, le président de la République peut dérouter tout son monde et désigner des « inconnus ».
 
Au regard de sa volonté d’avoir un bilan fort en 2019, de«grands» noms de technocrates sont annoncés.  Mais aussi des personnalités à «récompenser», avec de petits portefeuilles. Il devrait naturellement virer beaucoup de monde, surtout « ceux qui ne servent à rien ».

Bref, le pivot est sous le panier, seul avec la balle. Un dunk fait toujours du bruit…
 
Source Kritikhebdo