leral.net | S'informer en temps réel

​Serigne Mboup, Président Unccias : « Si on faisait un recensement des organisations patronales on en trouverait plus de 2000 »


Rédigé par leral.net le Mercredi 7 Juin 2017 à 11:53 | | 0 commentaire(s)|

Le président de l’Union Nationale des Chambres de Commerce d’Industrie et d’Agriculture du Sénégal (UNCCIAS), dans une interview accordée au quotidien la Tribune largement revenu sur la prolifération des Organisations patronales et professionnelles à l’image des partis politiques et syndicats. Serigne Mboup assure, «si on faisait un recensement on en trouverait plus de 2000 ».

Répondant à la question de savoir ce qu’il reproche concrètement aux organisations patronales, le patron des chambres consulaires du Sénégal d’expliquer : «Si comme pour les syndicats l’Etat avait organisé des élections de représentativité patronales, on saurait exactement qui est qui est qui pèse quoi dans ce secteur».
 
Très remonté contre ses paires, il ajoute : «Certains versent dans l’usurpation en s’agitant à travers les médias, en prétendant avoir une envergure qu’ils n’ont pas pour être reçus et confortés par le ministre du Commerce ou le ministre de l’Economie et des Finances. Dérouler le tapis rouge à ce genre de personnes pour leur confier la gestion des chambres de commerce, d’industrie et de services sera nécessairement source de conflits ».
 
«Logiquement on devrait fusionner toutes les organisations patronales et en faire une organisation unique pour avoir plus de lisibilité sur ce secteur. Tous les opérateurs économiques pourraient alors s’organiser dans le giron des chambres de commerce », propose-t-il face à nos confrères.
 
Serigne Mboup qui s’est prononcé dans le cadre des réformes consulaires en cours n’a pas aussi manqué de citer des pays en exemple en ces termes : « Dans de grandes économies comme Dubaï, l’Arabie Saoudite et tant d’autres, il n’y a que des chambres de commerce au lieu d’un patronat éclaté. Il faudrait faire comme en France, au Mali, en Côte d’Ivoire où il n’y a qu’un seul et unique patronat ».
Revenant sur la prolifération des organisations patronales et professionnelles Serigne Mnoup dénigre : « Nous jetons la pierre sur les partis politiques et les syndicats en disant qu’ils prolifèrent au Sénégal mais je vous assure que si on faisait un recensement des organisations patronales on en trouverait 2000 ».