leral.net | S'informer en temps réel
Hebergeur d'image

(06 photos) Autoroute à péage: Eiffage-Senac bloque deux patientes, jusqu’à ce qu’elles s’évanouissent…


Rédigé par leral.net le Jeudi 18 Mai 2017 à 16:46 | | 0 commentaire(s)|

La scène qui, est à la fois pathétique et surréaliste, se passe au Sénégal, un pays indépendant depuis 1960, porte la marque de Eiffage-Senac, une entreprise appartenant à un ancien “colon”, et a glacé le sang de plus d’un. En effet, sur l’Autoroute à péage, pour une brouille autour d’une carte Rapido, deux personnes ont failli passer, ce mercredi, de vie à trépas.

A l’origine, une carte Rapido rechargée et fonctionnelle à l’aller, mais bloquée au retour sur l’Autoroute à péage

Arrivé à hauteur du péage, il recharge sa carte Rapido avec 3000 F Cfa. Et les portes lui sont grandement ouvertes pour qu’il rallie Petit Mbao. Ainsi, sans séisme ni onde de choc, le monsieur a pu aller à la rescousse de sa sœur. Mais c’est sur le chemin du retour que le pire à failli se produire. Car une fois au poste de péage, la carte Rapido refuse de marcher.

Alors, les agents de l’entreprise Effage-Senac somment le monsieur de faire marche arrière et d’aller faire la queue, non sans payer le ticket, moyennant un billet de banque. Là, le monsieur, à bord de son véhicule, fit, d’abord, comprendre aux agents de la Société française qu’il s’est déjà acquitté d’une recharge de sa carte Rapido”, raconte à Actusen.com, un premier témoin de la scène.

D’ailleurs, pour convaincre ses interlocuteurs, le monsieur, dont la sœur était dans un piteux état, leur brandit le ticket qui atteste qu’il venait de recharger sa carte avec 3000 F Cfa. Mais c’est peine perdue. Car les agents de Eiffage-Senac ne veulent rien entendre et campent sur leur volonté de lui faire faire la queue.

Pourtant, l’usager s’est acquitté de son ticket de 3000 pour recharger la Carte Rapido

Ensuite, “le monsieur leur explique qu’il convoie une patiente dont l’état de santé se détériore, au fur et à mesure que le temps file. Sans compter le fait que sa génitrice, qui est, également, à bord du véhicule, est d’une santé fragile.

Mais c’était sans compter avec les agents de Eiffage-Senac, qui ont persisté et signé à l’idée que le monsieur devait, coûte que coûte, rebrousser chemin et aller faire la queue qui s’étalait sur des dizaines de mètres. On était avant 9 heures du matin”, confie à Actusen.com un autre usager de l’Autoroute à péage.

Le monsieur dont la sœur et la maman étaient dans un état critique, finit par péter un câble et fait dans la résistance-tout-terrain. Pour ce faire, il exige qu’on lui ouvre le passage, parce que non seulement la vie desdits membres de sa famille ne tenait plus qu’à un fil, mais aussi s’il y a panne des installations de l’Autoroute à péage, sa responsabilité ne saurait être engagée. Mais il bute sur un niet catégorique de la Société Eiffage-Senac.

Malade, la maman du conducteur du véhicule s’évanouit et a failli passer de vie à trépas, dans la dispute

Dans la foulée, la maman du conducteur du véhicule bascule vers un début de chaos. Pour cause, sa tension chute drastiquement. Puis, la femme tombe dans les pommes. C’est la peur généralisée. Les nombreuses tentatives de la réanimer se muent en échec. Pris de panique, on appelle les Sapeurs-pompiers de Pikine. Qui, heureusement, se transportent très vite sur les lieux.

Mais leur exercice ne sera pas un simple jeu d’enfants. Dans la mesure où pendant que les sapeurs-pompiers cherchaient à aider la dame très mal en point à renouer avec la vie, la sœur du Monsieur qui a maille à pâtir avec les Agents de Eiffage-Senac tombe, à son tour, en syncope. L’assistance passe par tous les états et les éléments des Sapeurs-pompiers, multiplient les tentatives pour parer au pire.

La patiente, sœur au conducteur du véhicule arrêté, tombe dans les vapes, à son tour

Heureusement que la Providence était avec eux. Et elle a fait de sorte que les deux patientes, qui ont failli perdre la partie, soient réanimés. Seulement, pour éviter tout cauchemar, les Sapeurs-pompiers laissent un des leurs aux côtés des patientes, jusqu’à l’hôpital Général de Grand-Yoff. Où, les patientes ont été, selon des sources médicales contactées par Actusen.com, mises sous surveillance ; avec à la clé, des perfusions.

Les Sapeurs-pompiers de Pikine, appelés pour faire renouer les deux “victimes” de Eiffage-Senac avec la vie

L’homme, qui convoyait sa maman et sa sœur malades, devra résoudre une autre équation. En effet, a aussi appris Actusen.com, la Gendarmerie a confisqué son permis de conduire.

Car non seulement, il lui est collé le délit réel ou supposé d’avoir utilisé des mots déplacés à l’endroit des hommes en bleu, en faction au point de péage sur l’Autoroute. Mais aussi, lorsque ces derniers lui ont réclamé, dans un premier temps, son permis de conduire, il n’avait pas voulu obtempérer, avant de revenir à de meilleurs sentiments.

La Gendarmerie entre dans la danse 

Quant à un autre interlocuteur, le conducteur avait refusé de donner son permis, parce qu’il voulait s’assurer que les gendarmes allaient lui délivrer une attestation, après l’avoir verbalisé.

D’autant que, pour motiver son refus d’obtempérer à l’injonction à lui faite, il disait aux pandores que puisque sur leur tenue n’étaient mentionnés ni leurs filiations ni leurs matricules, il ne saurait donner son sésame pour ne plus avoir d’interlocuteur.

 



(06 photos) Autoroute à péage: Eiffage-Senac bloque deux patientes, jusqu’à ce qu’elles s’évanouissent…



Actusen.com










Hebergeur d'image