leral.net | S'informer en temps réel

11 Septembre : Hillary Clinton fait un malaise et relance les interrogations sur son état de santé

Un communiqué explique que l'ex-première dame a eu "un coup de chaud" durant l'hommage et qu'elle est partie rejoindre l'appartement de sa fille Chelsea.


Rédigé par leral.net le Dimanche 11 Septembre 2016 à 19:29 | | 0 commentaire(s)|

Le milliardaire républicain répète depuis des mois que l'ancienne chef de la diplomatie américaine âgée de 68 ans souffre de problèmes de santé, ce qui la rend inéligible à la présidence.

La présence d'Hillary Clinton à la cérémonie anniversaire du 11 Septembre 2001 devait consolider sa stature présidentielle. Mais un "coup de chaud" et un départ prématuré dimanche ternissent davantage un week-end noir, après son "erreur stupide" sur les électeurs "pitoyables" de Donald Trump. La candidate démocrate a participé dimanche matin à la minute de silence à l'occasion de la cérémonie de commémoration des attentats du 11 septembre 2001 à New York, à l'instar du milliardaire républicain.

Vers 9h30 locales, après une heure et trente minutes passées à Ground Zero, l'ancienne Première dame "a eu un coup de chaud" et a quitté les lieux pour rejoindre l'appartement new-yorkais de sa fille Chelsea, a affirmé son équipe de campagne. Elle en est ressortie tout sourire en fin de matinée devant les caméras de télévision, assurant qu'elle se "sent bien" et saluant la foule.
Rattrapée par des collaborateurs

Sur une vidéo amateur de l'incident, Hillary Clinton, statique, perd l'équilibre devant le SUV noir dans lequel elle doit monter, et semble s'effondrer mais est rattrapée par des collaborateurs. L'épisode devrait donner du grain à moudre à Donald Trump, qui répète depuis des mois qu'Hillary Clinton souffre de problèmes médicaux tenus secrets, ce qui la rend inapte à la fonction suprême.
L'incident, "même s'il ne signifie probablement rien, va servir de preuve" à Donald Trump pour soutenir ces allégations, analyse pour l'Agence France-Presse Jennifer Lawless, professeur à l'American University à Washington. Toutefois, reconnaît-elle, il va obliger l'équipe de campagne d'Hillary Clinton "à la montrer en forme et énergique" et à "multiplier des meetings" dans les prochains jours.
Toutefois, un sondage Washington Post-ABC News publié dimanche donne toujours l'ancienne Première dame en tête avec 46% des intentions de vote contre 41% pour le magnat de l'immobilier.
SOURCE LEPOINT.FR






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image