leral.net | S'informer en temps réel

130 millions pour la construction de la cellule de Habré au Cap Manuel


Rédigé par leral.net le Mardi 2 Juillet 2013 à 10:19 | | 1 commentaire(s)|

130 millions pour la construction de la cellule de Habré au Cap Manuel
L’ancien Président tchadien doit faire face au juge d’instruction aujourd’hui après 48 heures de garde à vue. S’il est placé sous mandat de dépôt, Hissène Habré sera détenu soit à la prison de Rebeuss soit au Cap Manuel dans une cellule autre que celle qui était prévue pour l'accueillir. L’Observateur informe que le gouvernement s’était proposé de réfectionner la Maison d’arrêt et de correction du Cap Manuel pour accueillir les accusés du procès Habré. Un montant de 130 millions FCfa est prévu à cet effet. Les travaux sont en cours.



1.Posté par verite le 02/07/2013 21:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Procès Habré : les vassaux nègres vous saluent bien

Et l’on viendra s’étonner après cela que la communication gouvernementale — et, par extension, celle du président de la République — soit nulle ! Alors que les priorités du peuple sénégalais, qui a plébiscité le candidat Macky Sall au second tour de la dernière élection présidentielle en mars dernier, sont bien connues, le Gouvernement, lui, comme s’il était un corps étranger à notre société, a des centres d’intérêts qui sont tout autres. Naturellement, ce hiatus entre les besoins du peuple et l’agenda de ceux qui le dirigent, ce fossé abyssal entre les aspirations du premier et les préoccupations des seconds peut brouiller n’importe quel message et réduire à néant la stratégie de communication la mieux élaborée. A partir de ce moment, on aura beau faire venir à grands frais les gourous de com les plus réputés et les plus efficaces à travers le monde, ils ne pourront guère réussir à changer la perception — forcément négative — que le peuple peut avoir de l’action d’un gouvernement qui se moque de ses problèmes, de ses soucis et desiderata comme d’une guigne. Preuve de cet espèce de je m’en-foutisme gouvernemental en total décalage avec les attentes des Sénégalais, le zèle mis dans l’organisation du procès de l’ancien président tchadien, M. Hissène Habré. Sous prétexte que l’Union Africaine lui aurait délivré un mandat en ce sens et parce que, surtout, certains pays africains comme la Belgique et des Ong prétendument de défense des droits de l’homme veulent voir jugé cet homme réfugié dans notre pays depuis 1990, le régime du président Macky Sall, soucieux de plaire à nos maîtres blancs, s’est démené comme un beau diable et a fait des pieds et des mains pour organiser ce procès de la honte pour les Africains.

A peine arrivés au pouvoir, et alors que, encore une fois, les priorités qui ont chassé les Wade sont ailleurs, les nouveaux dirigeants ont placé ce procès au centre de leur agenda. En dix mois, alors que la demande sociale n’est pas réglée, que les prix des denrées de première nécessité ne cessent d’augmenter — dernière hausse en date annoncée, celle du prix du pain —, alors que les coupures d’électricité ont recommencé de plus belle, que les entreprises ferment en cascade, que le chômage des jeunes n’a jamais été aussi important — le gouvernement trouve le temps et les moyens d’organiser un procès qui va coûter au bas mot six milliards de nos francs. Et comme s’il avait le feu aux trousses, il a fait le tour des capitales occidentales pour tendre la sébile aux bailleurs afin qu’ils financent ce procès d’un ancien chef d’Etat africain dont le plus grand crime est d’avoir défait les troupes du défunt « Guide » libyen Mouammar Kadhafi et leur puissante armada, et d’avoir accessoirement humilié la France dans l’affaire de l’enlèvement de l’archéologue Françoise Claustre. D’avoir tué aussi le commandant français Galopin. Ce grand patriote africain qui a résisté aux impérialismes français et libyen, il fallait, évidemment, l’humilier. Sans compter que l’homme qui lui a succédé à la tête du Tchad, le dictateur Idriss Déby Itno, ne dormira lui-même tranquille que lorsqu’il saura son ancien patron entre les hauts murs d’une forteresse. Ou carrément au fond d’une tombe, ce qu’à Dieu ne plaise.

C’est pourquoi cet homme, Déby, qui fut le tout-puissant et redoutable chef des services de sécurité du président Hissène Habré et qui, si tortures et meurtres il y a eu, devait forcément être celui qui a les mains tâchées de sang, cet homme, donc, non content d’avoir rassemblé de prétendues victimes de Habré et les avoir incitées à porter plainte contre lui… au Sénégal ! a aussi décidé de contribuer financièrement à la tenue du procès de celui qu’il a défait militairement avec l’aide des troupes françaises. Ainsi, alors que, légitimement, dans tout procès pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité au Tchad, Déby devait être au banc des accusés en tant qu’auteur principal, voilà que c’est lui qui contribue à hauteur de deux milliards au procès de Habré ! C’est comme si un voleur, non content de réussir par des manœuvres à faire juger sa victime, prend en charge tous les frais relatifs à son procès histoire de s’assurer de son emprisonnement !

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image