leral.net | S'informer en temps réel

1ère édition des Prix Jeunesse de la Francophonie 35<35 : Les 35 jeunes innovateurs qui font bouger l’espace francophone en 2016

De la France aux Etats-Unis, en passant du Mali à la Hollande et même du Vietnam à la Pologne, des candidatures ont été reçues de partout à travers le globe pour la première édition des Prix Jeunesse de la Francophonie 35<35.


Rédigé par leral.net le Jeudi 28 Juillet 2016 à 12:58 | | 0 commentaire(s)|

Abidjan, Côte d’Ivoire, 2 août 2016 / - Les premiers « Prix Jeunesse de la Francophonie 35<35 (F3535) » ont annoncé aujourd’hui les trente-cinq (35) jeunes personnalités en dessous de 35 ans qui font bouger l’espace francophone en 2016.

Les Prix Jeunesse de la Francophonie 35<35, premiers Prix Jeunesse de l’espace francophone en matière d’innovation, récompensent des jeunes francophones âgés de 18 à 35 ans qui ont fait des réalisations exceptionnelles au cours de l’année.

Sélectionnés parmi plus de 200 candidatures en provenance de vingt-six pays, ces 35 jeunes finalistes font partie de ceux dont les réalisations ont été les plus marquantes et qui devraient bénéficier de visibilité tant dans l’espace francophone que partout ailleurs dans le monde.

Débutée en février 2016, Les Prix Jeunesse de la Francophonie 35<35 auront ainsi en seulement quatre mois mobilisé des centaines de personnes. Un engouement certain dont ne s’explique pas encore Richard Seshie, Commissaire Général des Prix Jeunesse de la Francophonie 35<35.

« Nous avons toujours cru que le monde francophone regorgeait de jeunes innovateurs comme partout ailleurs dans out le reste du monde, d’où cette initiative pour les mettre en lumière. Le nombre de candidatures élevé sur une courte période pour une première édition prouve que nous sommes sur le bon chemin. (…) Nous avons même reçu des candidatures de jeunes francophones des Etats-Unis, de la Pologne et de la Hollande, ce qui a été une belle surprise. Les Prix Jeunesse de la Francophonie 35<35 sont appelés à devenir un rendez-vous annuel et incontournable pour célébrer les meilleures innovations francophones », a-t-il indiqué.

Ces 35 jeunes seront récompensés au cours d’une cérémonie festive organisée le 29 octobre 2016 à Abidjan, Côte d’Ivoire. La cérémonie sera rehaussée de la présence de nombreux décideurs du monde francophone.

Les lauréats repartiront chacun avec un trophée et des prix (1er, 2e et 3e prix) dans chacune des 11 catégories. Deux super prix seront également décernés au cours de la cérémonie de récompense. « La Jeune Personnalité Francophone de l’Année» et «L’Initiative Féminine Jeunesse Francophone de l’Année». Soit un total de 35 récompenses.

En outre, plusieurs finalistes auront l’opportunité de partager leurs idées ou innovations devant un public de 1500 participants à l’occasion d’un des plus grands évènements intellectuels dans l’espace francophone organisé dans la même période.

Avec plus de 900 millions d’habitants répartis sur les cinq continents et représentant 14 % de la population mondiale, les pays ayant en partage la langue française sont le creuset d’innovations suscitées par des personnalités-jeunes en dessous de 35 ans qui ne bénéficient pas toujours de visibilité globale.

Les Prix Jeunesse de la Francophonie 35<35 entendent offrir une visibilité inégalée aux Lauréats.

Les 35 jeunes innovateurs qui font bouger l’espace francophone sont :


Agriculture et Agri Business

Koné Gninlnagnon (29 ans), Katio-Akpa, Côte d’Ivoire

« Aider à l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire en riz »

Alors que la Côte d’Ivoire consomme plus de 1,6 millions de tonnes de riz par an, elle n’en produit que 600.000 tonnes par an dans le même temps. Soit un gap de 1 million de tonnes à produire par an pour combler son déficit alimentaire dans la céréale la plus prisée du pays. Et aider à combler ce déficit, c’est l’une des missions que s’est assignée Koné Gninlnagnon avec la Katio-Akpa. Son entreprise est en effet responsable de la mise sur le marché ivoirien du premier riz de luxe d’origine ivoirienne dénommé « riz Délice » dans un secteur dominé par de grandes multinationales. L’objectif à long terme de Katio-Akpa est d’être parmi les plus grandes industries de transformation de riz en Côte d’Ivoire. Pour y parvenir, Koné Gninlnagnon se propose d’engager plus de 20.000 jeunes dans la production de riz en rendant disponible plus de 50.000 hectares et leur accompagnement sur les 5 prochaines années.

Kpante Gambah Labopou (29 ans), Choco Togo, Togo

« Révolutionner l’histoire du cacao au Togo »

Choco Togo est spécialisé dans la production, la transformation, la commercialisation et la promotion, de la filière café-cacao au Togo. Le chocolat « Choco Togo » est le premier chocolat produit au Togo avec du cacao bio, équitable et fait avec des ingrédients 100% naturels et locaux. Les fèves de cacao cultivées par 1 500 petits exploitants de la région d’Akébou, au Sud-Ouest du Togo, sont ensuite décortiquées par une quarantaine de femmes de la région, puis transformées à Lomé en tablettes de 80 grammes qui sont vendues 1 000 Francs CFA (1,50 euro) dans les boutiques de la capitale. Si une tonne de chocolat a été fabriquée en 2015, la production s'accélère, désormais, avec déjà trois tonnes produites en 2016.


Zodome Gildas (32 ans), Bio Phyto, Bénin


« Proposer des intrants sains qui n’altèrent pas la santé des agriculteurs ni des consommateurs et respectueuse de l’environnement»


Chaque année, 1,5 millions de cas d’empoisonnements aux pesticides entraineraient la mort de plusieurs milliers de travailleurs agricoles (dont les enfants) dans les pays du Sud. Après 5 années d’expérience dans la fonction publique en qualité de conseiller agricole en milieux ruraux, Zodome Gildas ressent une contradiction entre sa vocation première et son activité, témoin des impacts néfastes des pesticides chimiques dans l’agriculture. C’est la naissance de Bio Phyto, une entreprise solidaire béninoise œuvrant depuis 2011 dans la production d’engrais et de pesticides biologiques à base de la graine de neem et de plantes aromatiques locales avec un mode de production semi-industriel. Entre 2011 et 2015, plus de 700 tonnes de graines de neem et 1700 tonnes de plantes aromatiques ont été achetées (150,000 Euros d’achats aux paysans) et par la suite valorisées.



Appui à l’Entrepreneuriat

Birane Babacar (28 ans), Concree, Sénégal


« L’incubation virtuelle au service des entrepreneurs en Afrique »

En Afrique, 9 entrepreneurs sur 10 échouent dès les premières années de leur initiative entrepreneurs. Créer la première plateforme d’incubation virtuelle en Afrique francophone – c’est le pari audacieux dans lequel s’est lancé Birane Babacar avec CONCREE.com.

Concree est une plateforme en ligne de formation et d’accompagnement d’entrepreneurs à la création, au financement et au développement de leurs startups. Et le modèle montre ses premiers signes de succès ! Concree a ainsi accompagné virtuellement 243 entrepreneurs et 25 startups. Le top 5 des startups accompagnées par Concree comptabilisent 90,000 euros de chiffre d’affaires et plus de 30 emplois créés.


Tiburce Chaffa (30 ans), Business coaching, Bénin

« Bâtir une nouvelle génération de business leaders en Afrique »

70% des jeunes diplômés des universités béninoises sont mis sur le marché de l’emploi chaque année et ne trouvent pas d’emploi. Et plusieurs parmi eux décident d’entreprendre. Pour mieux les préparer, Tiburce Chaffa a réussi à démocratiser le business coaching au Bénin.

Il développe des programmes de coaching pour entrepreneurs et intrapreneurs ; intenses et basés sur de réelles expériences africaines. Ce sont plus de 60 écoles et universités au Bénin où le programme est présent et le programme KIF TA LIFE réalisé avec MTN BENIN en 2014 a permis d’impacter plus de 600.000 jeunes béninois selon lui. En 2015, ce sont près de 100 jeunes entrepreneurs numériques ayant reçu un financement d’Etat qui ont été formés et coachés pour le compte du gouvernement béninois.

« Nous avons la seule application de coaching qui existe au Benin et en Afrique Noire», souligne cet entrepreneur qui a réalisé un chiffre d’affaires de 100,000 euros en 2015.

Obin Guiako (32 ans), Baby Lab, Côte d’Ivoire


« Contribuer au développement de plusieurs FabLab à caractère inclusif sur le continent Africain »

Baby Lab est le premier FabLab ivoirien inscrit dans le réseau du MIT situé dans le quartier d’Abobo, commune la plus défavorisée de la ville d’Abidjan. Chez Baby Lab, des dizaines d’enfants et de jeunes jouent avec des déchets en leur donnant une seconde vie, s’initient à l’open source et l’éducation au numérique. Son objectif ? Promouvoir la fabrication numérique et l'utilisation de logiciels libres par le partage des connaissances pour faciliter l’accès au numérique pour tous. « Les FabLab sont des espaces d’innovation, de rencontre et de partage du savoir pour promouvoir la science et la technologie sur continent. Ils aideront à préparer la jeunesse Africaine à pour la transition numérique déjà en cours dans les grandes nations car pour moi le prochain Einstein est Africain », soutient Obin Guiako.



Blog et Innovation Média


Guebo Israël Yoroba (34 ans), Avenue 225.com, Côte d’Ivoire

« Démocratiser la pratique du journalisme et du multimédia »


Guebo Israël est un pionnier pour toute une génération de bloggeurs en Afrique noire. L’histoire des « Avenues » démarre en 2008 où Guebo Israël anime un blog qui retentit en Côte d’Ivoire. Il milite pour un journalisme qui replace le citoyen au cœur de l’information et crée les « Avenues », une plateforme qui forme des jeunes à la pratique du journalisme, du blogging et du multimédia à travers l’Afrique. Le projet est implémenté dans 8 pays d'Afrique. Côte d'Ivoire (Avenue225), Burkina Faso (Avenue226), Mali (Avenue223), Sénégal (Avenue221), Guinée (Avenue224), Togo (Avenue228), Bénin (Avenue229), Congo-Brazzaville (Avenue242). Plus de 150 jeunes ont été formés et représentent aujourd’hui des influenceurs qui montrent le quotidien de leurs pays, au travers de leur propre regard et loin des clichés classiques.

Katche Corinne (28 ans), MyAfroWeek.com, France


« Dénicher l’ensemble des bons plans Culture Afro à Paris et au-delà »

MyAfroWeek.com est le site qui déniche l’ensemble des événements (bons plans) de la culture Afro à Paris et au-delà. Du sport à la beauté, de la mode à la musique, MyAfroWeek s’est donné pour mission de rassembler autour d’une même plateforme, l’ensemble des événements qui mettent en valeur la Culture Afro dans sa globalité (Afrique francophone & anglophone, Caribéenne, Latine…).

Kouamé Ouattara Amie (32 ans), Ayanawebzine, Côte d’Ivoire

« Réveiller les super qualités de chaque femme »


Répondre au besoin des femmes de sa génération d’avoir des informations, conseils et astuces sur leur vie quotidienne, tel est le leitmotiv de Ayanawebzine, 1er web magazine (webzine) féminin ivoirien. Ayanawebzine est une plateforme de partages d’expériences et de conseils sur la vie des femmes africaines, talentueuses, passionnées et inspirantes, il a pour but de promouvoir la femme africaine à travers ses activités, son aura, ses expériences.

Résolument sensible à la cause féminine, Amie Ouattara Kouamé et est convaincue qu’une femme bien dans sa peau est capable d’atteindre tous les objectifs qu’elle s’est assignée.



Culture et Divertissement

Marie Esther Dupont (27 ans), co-animatrice d’émission radio, Haïti/Etats-Unis

« Apporter un peu d’Haïti à la diaspora américaine »

« Sérénade du samedi soir » est une émission radiophonique qui fait la promotion d’anciennes et nouvelles œuvres de la musique Compas d’origine haïtienne aux Etats-Unis. Pour Marie Esther Dupont, la vie est un miracle. Car en Haïti, seulement 1 jeune sur 10 a la possibilité de réussir. Et pour elle, qui a failli être mise à la porte de la maison familiale par ses parents par faute de moyens financiers, tout n’était pas gagné d’avance. Son émission donne l’occasion aux membres de la diaspora haïtienne de rester connecter à la culture et aux coutumes de leur patrie d’origine et aux Américains de découvrir une musique originale. Marie Esther Dupont a aussi mis sur pied un réseau d’animateurs vivant en Haïti ou dans la Diaspora.

Nowak Jan et Iris Munos, Drameducation, Pologne

« Promotion de l’enseignement du français langue étrangère à travers le théâtre »

Drameducation développe, depuis 5 ans, toute une série de projets qui lient le théâtre francophone contemporain et l’enseignement de la langue française. Le programme « 10 sur 10 » consiste à organiser une résidence d’écriture durant laquelle 10 auteurs francophones, écrivent en 10 jours 10 pièces de 10 pages pour 10 comédiens non francophones! Puis, ces pièces sont publiées et envoyées aux professeurs et aux jeunes intéressés au théâtre. Si les professeurs veulent organiser un atelier de théâtre en français, ils peuvent profiter d’un accompagnement professionnel. Un comédien ou une comédienne française travaille avec la troupe et aide à la mise en scène de la pièce « 10 sur 10 ». L’objectif est double; d’un côté faire du théâtre en français afin d’améliorer le niveau de langue chez les élèves, de l’autre côté apprendre le français pour pouvoir participer activement aux événements théâtraux francophones.

Kakou Fonou N’Guessan Rosine (alias Yehni Djidji) (28 ans), 225nouvelles.com, Côte d’Ivoire

« Aimer le livre et encourager à l’écriture par diverses initiatives »

www.225nouvelles.com est une plateforme qui relaie l’actualité littéraire ivoirienne et offre aux auteurs une lucarne pour publier leurs productions écrites. 225nouvelles a publié 460 textes provenant de 68 contributeurs. Le projet le plus récent à déployer est celui des livres sonores « Loukô ». Il vise à permettre aux 51% d’analphabètes en Côte d’Ivoire ainsi qu’aux 200.000 handicapés visuels en Côte d’Ivoire de lire autrement et de réduire ainsi la fracture intellectuelle entre les populations.


Dirigeant et Manager

Barry Mamadou Bailo et Chaikou Ahmed Tidiane Balde, Destin en Main, Guinée


« Célébrer l’éducation par excellence »


Destin en Main est le leader dans l’organisation d’activités extra-éducatives et ludiques tels que TOP SCHOOL, une compétition interscolaire nationale télévisée annuelle en faveur des tout petits pour l’amélioration et la consolidation de l’éducation en Guinée; gage de tout développement durable. Elle se centre également sur l’autonomisation des jeunes à travers la formation et la création de petites entreprises.

Dosso Moussa Kofamos (28 ans), « Top 10 de la Mode ivoirienne », Côte d’Ivoire

« Promouvoir une industrie de la mode en Côte d’Ivoire comme source de développement et de création d’emplois »

Précurseur dans la communication spécialisée mode en Côte d’Ivoire, son événement les ‘‘Top 10 de la Mode ivoirienne’’ donne chaque année l’opportunité à 20 jeunes créateurs d’être révélés et à des jeunes mannequins d’intégrer le milieu. Je voudrais promouvoir une industrie de la mode en Côte d'Ivoire comme source de développement et de création d’emploi.

N’Zore Kouadio N’Doli Germain (35 ans), Douce Mer, Côte d’Ivoire

« Combler le déficit en protéines animales et halieutiques »

Le déficit en protéines animales et halieutiques est évalué à 40% au profit des populations vulnérables en Afrique. La société Douce Mer commercialise des poissons congelés et viandes surgelées en gros et demi-gros aux populations des régions situées à l’intérieur de la Côte d’Ivoire. Sur deux années d’exercice, avec un chiffre d’affaires de près de 400,000 euros, l’entreprise a mis en place deux unités d’exploitation qui collabore avec un groupement d’intérêt économique (G.I.E) de 30 demi-grossistes et 90 détaillantes.


Entrepreneuriat


Bakayoko Mohamed Lamine (33 ans), Groupe Avva, Côte d’Ivoire

« Africaniser et ensuite démocratiser la consommation du café moulu »

Groupe Avva Côte d’Ivoire est une société qui produit du café moulu, du café aromatisé au gout fruité et mélangé avec des épices locales (kinkéliba, kanifi, gingembre) et des grains torréfiés. Avva a aujourd’hui 17 employés, dont 30% de femmes et un chiffre d’affaires annuel de près de 500,000 euros. L’entreprise offre ses déchets gratuitement aux horticulteurs locaux qui les utilisent comme un puissant engrais biologique. Le prochain cap, c’est celui de pouvoir écouler l’équivalent de 1 000 000 de tasses de Avva Café par jour en Afrique.


Vangsy Goma (31 ans), Africab, Congo/Côte d’Ivoire

« Simplifier la mobilité individuelle en Afrique »

Africab est une solution de mobilité urbaine qui veut révolutionner le transport de personnes en Afrique tout en offrant des emplois stables à ses chauffeurs. Les 150 chauffeurs Africab se décrivent comme pionniers en Côte d’Ivoire. Avec une communauté digitale de plus de 40.000 personnes, Africab a fêté sa 15.000e course en 4 mois d’activité ! Depuis lors, le nombre des courses a explosé avec la marque AFRICAB qui s’impose comme le N°1 du VTC en Cote d’Ivoire.

Hamidou Abdoulaye Nafissa (30 ans), production d’aliments pour bétail, Niger

« Auto suffire le Niger en aliments de bétail de qualité »

Le Niger est un pays d’élevage, près de 80% de la population vit de cette activité. Mais, malheureusement le pays a un problème d’aliments pour bétail de bonne qualité et en quantité suffisante.

Chaque année, le gouvernement nigérien exporte pour plusieurs millions d’euros en aliments peu nutritifs pour le bétail. Issue d’une famille d’éleveurs et nomades (les peulhs), Hamidou Nafissa a toujours été fascinée par les animaux et aime prendre soins d’eux.

Vu ce problème qui perdure; l’entreprise de Hamidou Nafissa, Salma s’est spécialisée dans la production et la vente d’aliments pour bétail. Au niveau de la production, elle dispose de machines qui broient des intrants locaux. Après cette étape, suivent celles du mélange, du séchage et de la mise en sac. L’entreprise dispose également de points de ventes à travers le pays pour écouler sa production.

Nafissa est la seule femme d’un secteur considéré comme une chasse gardée des hommes. « Exceller dans cette activité est un défi permanent pour moi.», aime-t-elle rappeler.


Entrepreneuriat Social

Hien Kouamé Christelle (33 ans), Oniveau, Côte d’Ivoire


« Accéder pour les élèves aux devoirs et pratiques des établissements qui ont les meilleurs taux de réussite national aux examens »

En Côte d’Ivoire, sur les 5 dernières années, le taux moyen de réussite au Baccalauréat est de 31%. Sur 500.000 élèves régulièrement inscrits au cycle secondaire, ce sont près de 300.000 élèves qui n’accèdent pas au niveau supérieur chaque année. Oniveau est la plateforme d’éducation en ligne qui permet à des milliers d’élèves en Côte d’Ivoire d’accéder aux devoirs et pratiques des établissements qui ont les meilleurs taux de réussite national aux examens. Les contenus et plateformes proposés pour l’éducation sont inédits en Côte d’Ivoire et même en Afrique. La plateforme scolaire propose 3 principaux accès : le web, le support papier et les échanges physiques. En plus d’un système de redistribution des revenus par des récompenses pour inciter à l’émulation en milieu scolaire. Oniveau est passé d’un chiffre d’affaires de 13,000 euros en 2014 à 130,000 euros en 2015. Pour la rentrée scolaire 2016-2017, la plateforme scolaire incitative sera lancée auprès de 50 établissements.

Lalaye Didier (32 ans), dépistage et prise en charge de la bilharziose, Tchad/Hollande

« Soigner gratuitement la bilharziose à domicile »


La bilharziose représente le deuxième problème de santé publique au Tchad derrière le paludisme. Mais il n’existe aucun programme national concernant cette maladie. Qui ne se manifeste pas de façon aigue; donc souvent ignorée avec des complications pourtant très néfastes (par exemple 70% des cancers de la vessie au Tchad sont une complication de la bilharziose). Lalaye Didier a créé un laboratoire de santé mobile de dépistage et de prise en charge de la Bilharziose dans les villages de la sous-préfecture de Torrock (50 000 habitants) dans le Mayo Kebbi Ouest. Le contact avec les groupes cibles est établi par téléphone. Tous les parents désirant faire des examens aux enfants qui présentent des problèmes urinaires envoient un message sur un numéro spécial communiqué à tous. Les rendez-vous sont alors pris et les prélèvements ont lieu sans que les enfants n’aient à se déplacer. Les résultats sont donnés par SMS. Ceux qui sont déclarés positifs reçoivent leurs médicaments livrés directement à domicile. Notons que le laboratoire mobile fait également d’autres analyses comme un laboratoire normal d’hôpital. En 2016, l’entreprise a fait l’introduction d’un e-microscope (déjà testé), adaptable au téléphone portable. A ce jour, 1713 enfants ont été dépistés et 432 ont été traités avec succès. L’ambition est d’élargir le faisceau de maladies infantiles sur lesquelles elle doit mettre l’accent et l’intégrer dans son programme.

Tiam Calvin (29 ans), projet TECO², Burkina Faso

« Production de revêtements de toitures innovantes, écologiques et économiques à partir des déchets plastiques recyclés »

Les problèmes d’inconfort thermique au sein des habitats en Afrique subsaharienne et la prolifération galopante des déchets plastiques dans la nature, source de pollution environnementale diverse sont à l’origine du projet. Transformer des sachets plastiques en toitures de maisons, telle est la mission que s’est assignée le projet TECO², pour atténuer la chaleur élevée générée par les toitures en tôle métallique au sein des habitats en Afrique subsaharienne. Créé en 2011, le projet est actif dans la collecte et le tri de déchets plastiques dans la ville de Ouagadougou : (uniquement dans cette ville, près de 12 000 tonnes de déchets plastiques valorisables sont produits chaque année et demeurent sans source de valorisation propre.) – travaillant avec 37 groupements et associations et ayant contribué à la création de près de 120 emplois verts. « Notre toiture a passé la phase de prototype et nous venons d’achever les travaux pour la construction d’une unité de production semi-artisanale afin de produire à grandeur réelle les premiers revêtements de toiture TECO », s’enthousiasme Tiam Calvin.


Plaidoyer & Activisme

Birwe Habmo (26 ans), « migration pour tous », Cameroun/Belgique

« Sensibiliser sur les conséquences et les dangers liés à la migration clandestine et la migration sélective »

Au moment où des milliers des réfugiés économiques, des réfugiés climatiques ou des migrants fuyant la guerre et les conflits se noient dans la Méditerranée en tentant de gagner l’Europe, Birwe Habmo, conscient du fait que la migration est un droit fondamental mais paradoxalement elle reste sélective et discriminatoire, a jugé pertinente la création d’une association pour promouvoir la migration pour tous. A travers des séminaires, des conférences, des campagnes de sensibilisation, des expositions culturelles, des assistances mensuelles aux migrants, l’association cherche à attirer l’attention sur le droit de tous à migrer.

Neeleshwar Urjoon (34 ans), « Braille in Paradise », Ile Maurice

« Amélioration des conditions de vie des enfants aveugles et des gens vulnérables »

A Maurice, il y a beaucoup de facilités mais très peu sont adaptées pour les jeunes handicapés. Il y a plus de 50.000 handicapés à Maurice et les plus jeunes sont souvent laissés pour compte. Dans certaines librairies de Maurice, il n’y a guère de médiathèque ou de bibliothèque pour les jeunes aveugles. Et s’il en existe, ces bureaux ont des horaires d’ouverture et de fermeture très stricts à respecter.

La mission que s’est donnée Neeleshwar Urjoon consiste à donner une plateforme aux jeunes aveugles qui les aident dans leur éducation. Le travail de l’association consiste à encadrer les jeunes aveugles en leur prêtant des livres en braille gratuitement via un modèle de livraison innovant qui fait intervenir la Poste. L’enfant aveugle n’a pas besoin de se déplacer mais son facteur déposera le livre à son domicile. Quand l’enfant finit de lire, le même procédé est déclenché inversement. La librairie propose des livres en braille pour les plus petits jusqu’à 18 ans.

Yousra N’Diaye (31 ans), « Mouvement Zohoura », Tchad

« Agir pour améliorer la condition des femmes au Tchad »

Alors qu’elles sont un véritable pilier socio-économique, les femmes tchadiennes sont pourtant sous-représentées dans les instances décisionnelles et subissent toutes formes de violences. Son mouvement agit pour une pleine participation des femmes dans la vie de la société à travers un plaidoyer pour leur éducation, en mettant la pression pour que les textes en leur faveur soient respectés, et en les réinsérant dans la vie sociale et professionnelle. « Je rêve d’une société tchadienne où les filles et les garçons ont les mêmes chances et les mêmes opportunités de réussir dans la vie », aspire Yousra N’Diaye. Qui est à l’origine de la création d’un collectif d’organisations de la société civile pour dénoncer systématiquement les cas de viol (mouvement Zohoura né suite au viol collectif de cette jeune fille de 16 ans en février 2016).

Service Public

Idoniyi Adémola Alexis (25 ans), parlement des jeunes du Bénin (PJB), Bénin

« Etre un expert en conseil entrepreneurial des jeunes »

Dans le cadre de sa mission participative au développement de la commune de Pobè et du Bénin en général, Idoniyi Adémola a eu à mener des activités sociales pouvant permettre à la population béninoise au niveau local de connaître le parlement des jeunes du Bénin (PJB) par ricochet le Parlement Francophone des jeunes (PFJ). Mais aussi, de faire participer tous les jeunes béninois aux instants de prise de décision au niveau local par l’installation d’un cadre de concertation réunissant actuellement 12 associations et organisations. Idoniyi Adémola a été élu Jeune leader du Bénin de 2016 par la fondation Friedrich Ebert Striftung.


Kadio Kadio Eric (28 ans), Union des Jeunes Parlementaires Africains, (UJPA), Côte d’Ivoire/Maroc

« Développement organisationnel et institutionnel de l’UJPA »

L’idée de création de l’Union des Jeunes Parlementaires Africains, regroupant les plus jeunes élus à l’échelle du continent naît de la volonté de 5 jeunes parlementaires issus de cinq pays du Continent, lors du sommet mondial de l’Union Interparlementaire consacré à la Jeunesse en 2014. L’UJPA œuvre à la formation et à la mise en réseau des jeunes parlementaires, à la conception et à l’exécution de programmes socio-économiques destinés à la Jeunesse africaine.

En charge du développement organisationnel et institutionnel de l’UJPA, Kadio Kadio Eric a défini et exécuté l’ensemble des procédures devant aboutir au fonctionnement de l’Union, travaillé à la définition de la stratégie 2015-2018 de l’Union et à l’extension des pays adhérents à un effectif de 30 États à ce jour.

Lawani Abdelaziz (33 ans), lutte contre les pratiques illégales non durables, Bénin/USA


« Fabrication et utilisation des drones pour la conservation de la biodiversité »


Lawani Abdelaziz fabrique et utilise les drones pour prévenir, identifier et lutter contre les pratiques illégales non durables telles que le braconnage, les feux de brousse incontrôlés, la surexploitation du bois et du poisson qui affecte la biodiversité dans les parcs W-Arly-Pendjary (WAP), un complexe de trois aires protégées en Afrique de l’Ouest qui couvre trois différents pays : le Bénin, le Burkina-Faso et le Niger. Par l’utilisation des drones, Lawani Abdelaziz veut faire reculer ces pratiques illégales. Et les drones permettent aussi une meilleure gestion de la biodiversité dans ces parcs et pour d’autres applications. D’où le projet de création d’une académie du drone pour former les jeunes sur la construction et l’utilisation des drones, la première initiative du genre en Afrique de l’Ouest.


Technologie

Aubin N’Goua (29 ans), Solar Box, Gabon

« La vulgarisation de l’énergie solaire »

Au Gabon, près de 3.000 villages ne sont pas encore électrifiés. A Libreville, la capitale gabonaise, les coupures d’électricité ne sont pas une chose rare. Solar Box Gabon loue et vend des kits solaires photovoltaïques en forme de cube qui sont particulièrement efficaces : « Grâce au pouvoir réfléchissant des rayons qui ricochent sur les parois, elles fournissent trois fois plus d’énergie qu’un panneau solaire classique », explique Aubin N’Goua. Les Cubes Solar Box servent comme énergie principale ou comme énergie d’appoint en remplacement des groupes électrogènes, chers et polluants pour les ménages et entreprises via un contrat d’abonnement et des mensualités selon différentes formules.

Poueme Serge (33 ans), Camidus, Cameroun

« La gestion du cycle de vie de la terre par l’usage de données géospatiales »

Camidus est une entreprise qui développe des technologies civiques permettant d’améliorer la gestion de la terre en combinant le géospatial, le cloud computing et le mobile aux principes de l’urbanisme. Sa mission est de fournir des produits innovateurs adaptés aux réalités des municipalités, gouvernements et acteurs du secteur public ou privé qui prennent part à la gestion du cycle de vie de la terre ou dont les activités requièrent l’usage de données géospatiales. Pour ce faire, Camidus a développé CALAR, une plateforme technologique pour la gouvernance du cadastre et du registre foncier. L’adoption de ce type de technologie sur le continent permettrait de prévenir les conflits fonciers en améliorant la qualité de l’information du cadastre, de réduire les délais de traitement des transactions foncières notamment ceux liés à l’obtention d’un titre foncier et de protéger les droits de propriété des citoyens en empêchant la contrefaçon de documents officiels. L’entreprise a réalisé 5 démonstrations majeures à ce jour pour Ketracco au Kenya, les États de Jarkhand et Gujarat en Inde, les Républiques du Bangladesh et du Népal.

Aminata SOW (28 ans), Genius Family, Sénégal


« Initier et accompagner les acteurs du secteur informel vers l’utilisation de solutions TIC »


Le secteur informel participe fortement à l’économie sénégalaise. Il occupe plus de 45% de la population active et représente plus de 40% du PIB. Mais les acteurs du commerce sénégalais sont confrontés au quotidien à des difficultés de gestion et les outils qu’ils utilisent ne répondent pas à leurs besoins réels. Genius Family propose des solutions web, mobile & SMS, des applications adaptées aux besoins des utilisateurs. Sa mission consiste à offrir aux PME, PMI, TPE, commerçants, aviculteurs... de meilleures méthodes et outils de travail afin d’améliorer leur rentabilité. A travers ses solutions, les clients de Genius Family qui étaient informels arrivent aujourd’hui à avoir une traçabilité sur toutes les transactions au sein de leur entreprise sur leur smartphone ou ordinateur. L’entreprise est présente dans 5 villes du Sénégal et ambitionne se déployer durablement dans la sous-région.

Coup de Cœur

Berthe Wothian Hossein (32 ans), vétérinaire, Côte d’Ivoire

« Production, transformation et commercialisation des produits d’élevage bovin et leurs dérivés »

Assistant vétérinaire de formation, Berthe Wothian Hossein est à la tête de son entreprise qui intervient dans la production, la transformation et la commercialisation des produits d’élevage bovin et leurs dérivés. Avec un cheptel de 25 vaches dont 17 vaches de race métissé, l’entreprise est à sa phase de démarrage avec une production de 15 litres de lait par vache et par jour pour satisfaire le besoin des populations et les PME d’Abidjan et ses localités environnantes. En plus de la production de lait, les futurs produits dérivés incluent le yaourt mélangé à du gingembre, à la menthe, au bissap, à l’attiéké, au thé de Gambie - des saveurs locales bien connues et appréciées des populations ouest Africaines.


Nguyen Giang Huong (32 ans), bibliothécaire, Vietnam/France


« Exploration du riche fonds d’archives de l’écrivain vietnamien francophone Pham Van Ky (1916-1992) »

C’est pendant son doctorat portant sur la littérature vietnamienne francophone du XXe siècle que Nguyen Huong découvre le fonds de manuscrits de l’écrivain Pham Van Ky.

Aujourd’hui en tant que chargée de collections à la Bibliothèque nationale de France, le travail de Nguyen Huong vise à sortir de l’ombre cet écrivain émérite, Grand prix du roman de l’Académie Française en 1961 qui a consacré toute sa vie à étudier la rencontre Orient-Occident afin de trouver une conciliation harmonieuse entre les cultures.

Kebe Fatoumata (31 ans), astronaute, Mali/France

« Enseigner l’astronomie dans les quartiers populaires et zones sensibles de la région parisienne »

Doctorante en astronomie à l'université Pierre-et-Marie-Curie et à l’Observatoire de Paris, Kebe Fatoumata enseigne l’astronomie dans les quartiers populaires et zones sensibles en France, afin de permettre aux jeunes de banlieue d’avoir le courage, l’énergie et l’ambition de vivre leur passion. « L’astronomie leur paraissant être un domaine élitiste je me suis dit que si je leur inculquais certaines notions de ce domaine, cela leur permettrait de déconstruire leurs préjugés et à oser avoir une ambition », raconte l’astronome. C’est la première fois que des ateliers d’astronomie sont dédiés à la résolution d'un problème social.

‘‘Que vous inspirent ces Finalistes ?
Utilisez le hashtag #prix3535 et exprimez-vous.’’






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image