leral.net | S'informer en temps réel

2014: une année pour agir définitivement et dissoudre les logiques purement politiciennes dépassées et HAS BEEN au Sénégal pour un développement territorial ancré ( Pr Mamadou Gaye )

Directeur des études, BEM Dakar

Nous souhaitons à tous les citoyens sénégalais d'ici et d'ailleurs une bonne et heureuse année 2014. Le Sénégal devra dorénavant impliquer dignement, de manière participative et responsable ses fils suivant seulement leurs compétences. Chacun dans son domaine pourra contribuer sans obligatoirement être d'un parti politique donné. Faisons de la politique pour l'économie au service des communautés.


Rédigé par leral.net le Jeudi 2 Janvier 2014 à 08:00 | | 1 commentaire(s)|

2014: une année pour agir définitivement et dissoudre les logiques purement politiciennes dépassées et HAS BEEN au Sénégal pour un développement territorial ancré ( Pr Mamadou Gaye )
Il est temps ou jamais de bien le comprendre par les gouvernants. Nous nous rangeons dans une perspective de destruction constructrice du débat public actuel dans notre pays. Les politiciens du pays, tous partis politiques confondus, sont dépassés par les vagues du numérique et du green. Ces politiciens actuels, qui nous entretiennent en permanence devant les micros, sont vachement en retard et nous avons besoin de penser localement et pour l'inter-génération. A quand l'équité et l'éthique territoriale au Sénégal? Je lance un défi aux intellectuels sénégalais. Ils doivent reprendre leur plume. Merci au Pr Chérif Salif SY pour ses contributions. Réveillons nous et entrons dans le débat pour assainir cette situation. Le peuple nous attend. Nous en avons marre!!!!!!!!
Tournons cette page presque sexagénaire des débats politiques vides axés sur le discours du PR ou d'un PM et passons à la vitesse mesurée actuelle des initiatives concrètes territoriales dans la déconcentration et la décentralisation non encore actée. Nous pensons que le Sénégal réfléchit sur une stratégie de développement territorial sans les territoires de vie du pays. Historiquement le pays torodo vassalisé plus tard par les jolfos du Joloff est parti de la vallée du fleuve qui a donné son nom à notre territoire d'appartenance mais nous ignorons de facto l'identité territoriale du Sénégal.
Le pays est par obédience maritime et fluviale. Nous pouvons irriguer le développement centrifuge de notre pays par une meilleure lecture des leviers territoriaux maritimes du pays. Lisons encore une fois les articles de feu Cheikh Anta Diop et nous verrons tous scientifiques confondus, de manière honnête dans une visée de gouvernance territoriale, que le pays voire le continent a ce qu'il faut pour un décollage imminent. Je vous assure que notre pays n'a ni besoin de Boston Group, ni de Deloite ou de McKinsey pour bâtir des constellations marshalliennes ou des districts industriels dans l'innovation territoriale et sociale réussie. Le développement pour une émergence factuelle passera par une jonction réfléchie du fore-land avec l'hinterland du Sénégal.
Notre réelle économie ne doit être extravertie ou des centralités du monde vers nos territoires de vie. La vraie stratégie de création de valeur ou de YOKKUTE réside dans un transport ferroviaire arrimé au transport maritime dans du Just in Time japonais pour des centres de commerce enclavés au Niger, au Burkina Faso, et au Mali. Quittons le magasinage et le stockage dans un port de 3éme génération en retard sur son temps, le PAD, vers de la supply chain durable d'un PAD de 4 éme génération émulant les plateformes portuaires de Rotterdam, de Hambourg, de New York-New Jersey, de Singapour, et de Cape Town. Dans ces villes rayonnent des centres secondaires urbanisés ayant tous les équipements de manutention, de dédouanement, de manutention et de distribution des biens et services de la global economy. Dépassons l'analyse classique de la compétitivité et de la demande portuaire en ayant un positionnement différent avec les ports d'Abidjan, de Tema ou de Conakry. Nos dirigeants politiques depuis les indépendances sont quasi aveugles sur les potentialités territoriales de notre pays qui je répète est une économie maritime par essence. Il ne s'agit pas de l'économie halieutique seulement mais une richesse logistique maritime territorialisée en lien avec son hinterland. Le centre de gravité économique du pays est oriental avec ses entrepôts terrestres au service d'une douane rénovée, d'un transit avancé, d'une création de valeur et d'un commerce non de surface mais plutôt dans des places centrales urbaines réticulées avec le foreland comme les villes de Dakar, de Rufisque, de Saint Louis et de Mbour.
Notre économie territoriale devra être centrée dans une transformation des périphéries terrestres dotées de plateformes logistiques multimodales pour un captage des flux dérivants des centralités maritimes de Dakar, de Saint Louis, de Mbour, de Toubacouta, de Cap Skirring, de Banjul et autres. Thiès, Diourbel, Sébikotane, Diass, Khombole, Kédougou, Podor, Matam, Touba, Linguère et les autres villes secondaires du pays sont assis sur des mines d'or territoriales pour un développement local non achevé. Comment faire du Sénégal un pays émergent avec des jeunesses épanouies et des ressources durablement exploitées dans une responsabilité politique sociale?

Léopold Sédar Senghor est bien respecté mais il a de la grammaire française classique qui ne pouvait faire en aucune manière du développement économique et de la croissance. Abdou Diouf est un grand homme d'état mais il a le discours en sciences politiques simplement pour calmer des masses. Abdoulaye Wade est un économiste mais malheureusement un territorialiste timide et incompris de son temps. Il a démarré quelque chose mais il n y a pas eu d'ancrage territorial. Macky Sall est un jeune président qui a les atouts et la chance du millénaire pour une renaissance territoriale mais n'a pas les hommes qu'il faut pour porter le développement humain et durable dans le respect et la philosophie des territorialités du pays. C'est ici que nous pensons que chaque spécialiste a droit à une contribution. Ce que nous avons clairement proposé durant le second tour des élections présidentielles passées au Pr Luc Sarr, notre collègue et ami, PCA des ADS reste valable et se résume en une rampe de lancement pour le décollage du pays. Nous sommes disponibles pour enrichir et développer dans ce sens pour une création d'emplois soutenus et une croissance à deux chiffres d'ici au maximum 10 ans.
We Dare!!!!! Nous osons défier le territoire pour son développement harmonieux. Le pays a besoin d'une nouvelle race de leaders. Bonne et heureuse année à vous.

Pr Mamadou Gaye
IAM Dakar Mermoz Sénégal
00 221 77 182 94 52
Email: maggay0104@gmail.com








Hebergeur d'image



Hebergeur d'image