leral.net | S'informer en temps réel

2ème passage du PM à l'Hémicycle : Les députés de Rewmi boycottent Mahammed Dionne

Le passage du Premier ministre à l'Assemblée nationale n'est pas vu d'un bon œil par tous les députés. Thierno Bocoum avait déjà annoncé la couleur en qualifiant l'exercice de comédie. Leur absence, hier à l'Hémicycle, peut donc être prise comme une suite logique de leur démarche qui ne cautionne pas la manière dont est mené le débat.


Rédigé par leral.net le Vendredi 24 Avril 2015 à 09:06 | | 22 commentaire(s)|

2ème passage du PM à l'Hémicycle : Les députés de Rewmi boycottent Mahammed Dionne
« Nous avons refusé de cautionner une communication du gouvernement. A la place d’un dialogue qu’on nous avait promis, il s’est agi plutôt d’une communication à sens unique et d’une propagande gouvernementale », a réagi le député Thierno Bocoum dans les colonnes du Pop. Selon lui, « le gouvernement a le droit de faire sa communication, de rendre visible ce qu’ils appellent des réalisations, mais on ne doit pas accepter que l’Assemblée nationale soit utilisée comme une tribune pour tout simplement permettre au gouvernement de faire sa communication ». Ils auraient mieux fait, dit-il, de « choisir un hôtel pour faire leur communication et laisser tranquillement l’Assemblée nationale qui a un rôle de contrôle de l’action du gouvernement ». L’autre aspect que déplore le porte parole de Rewmi, « c’est que l’esprit du dialogue a été complètement biaisé, il n’y a pas eu d’interaction entre les députés et le gouvernement. Au contraire, les députés se sont limités à lire des questions qu’ils avaient déjà envoyées et il revenait au gouvernement de dérouler ». Le député estime, en outre, qu’on ne peut pas aujourd’hui cautionner une telle procédure qui, également, exclut la majorité des partis politiques représentés à l’Assemblée nationale et qui se retrouvent au niveau des non-inscrits. « On a constaté aujourd’hui qu’un député non-inscrit peut rester plus de deux ans sans même avoir la possibilité - ne serait-ce que de poser une seule question d’actualité - si on sort les trois mois de vacances parlementaires. Cela veut dire tout simplement qu’on veut tous nous confiner dans un rôle de spectateurs, dans un rôle de complices… », regrette encore Thierno Bocoum dans le journal.






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image