leral.net | S'informer en temps réel

3 sénégalais d’origine libanaise jugés pour offre et cession de drogue

L’un risque deux ans de prison, les deux autres la relaxe

Les trois jeunes libano-sénégalais jugés, hier, pour offre et cession de drogue risque deux ans pour le premier et la relaxe pour les deux autres. Ils seront fixés sur leur sort le 12 mai prochain.


Rédigé par leral.net le Samedi 9 Mai 2015 à 19:51 | | 6 commentaire(s)|

3 sénégalais d’origine libanaise jugés pour offre et cession de drogue
Un trio de jeunes libano-sénégalais a eu à s’expliquer, hier, à la deuxième Chambre du tribunal des flagrants délits de Dakar, pour détention de neuf (9) sachets « de drogue faite d’un mélange de chanvre indien et d’un autre produit », comme le note le procès-verbal. Wael Hussein, le seul à être placé sous mandat de dépôt, et ses deux compatriotes, Ali Haraffedine et Abdallah Stéphane Rais, sous liberté provisoire, sont des élèves en classe de Terminale.
Wael Hussein, qui a pleuré tout au long de l’audience, a bien reconnu qu’il fumait du chanvre indien. Mais c’est quand il a commencé la classe de Terminale qu’il a arrêté. M. Hussein dit qu’il a reçu le coup de fil d’un élément de la gendarmerie qui avait fait usage d’un pseudonyme, Sedo, pour lui dire de lui livrer de la drogue. Comme l’élève avait dit qu’il avait arrêté de fumer, Sedo s’est montré insistant et Wael Hussein a promis de le mettre en rapport avec le fournisseu r, Ibrahima Sylla, pour la livraison de 10 kg de « skunk».
Le jour de la livraison, Hussein était accompagné d’Ali Haraffédine et d’Abdallah Stéphane Rais. Le fournisseur Ibrahima Sylla était également à l’arrière de la voiture. Arrivé au lieu du rendez-vous, Ibrahima Sylla a senti le coup et s’est retiré, laissant la drogue sous le siège du conducteur de la voiture de Wael Hussein. Quelque temps après, les gendarmes se sont pointés et ont arrêté les trois (3) jeunes.
Le Procureur, revenant sur les faits, reconnaît que tout a été orchestré par Ibrahima Sylla. Ajoutant qu’Ali Haraffédine et Abdallah Stéphane Rais n’ont été que des accompagnateurs. Le représentant du ministère public affirme que la drogue a été saisie à bord du véhicule de Hussein qui a servi comme intermédiaire. Il a requis la relaxe pour Ali Haraffédine et Abdallah Stéphane Rais, et une peine d’emprisonnement de 2 ans ferme pour Wael Hussein pour le délit de complicité d’offre et de cession.
Les cinq (5) avocats qui assuraient la défense des prévenus ont tous jugé que l’arrestation des jeunes est un coup monté, car les enquêteurs ont incité les jeunes à transporter la drogue. La première, qui est une compatriote aux prévenus, a tout d’abord remercié Mes Lénine et Sambou qui se sont constitués de leur propre gré pour assurer la défense des jeunes. Au terme de sa plaidoirie, elle a plaidé la relaxe pure et simple, à défaut au bénéfice du doute, en plus de la restitution du véhicule, car les jeunes préparant le bac dans moins d’un mois.
Les autres confrères ont abondé dans le même sens et Me Lénine est allé même jusqu’à indexer les gendarmes qui ont incité le jeune Wael à transporter de la drogue et laissé filer Ibrahima Sylla, alors qu’ils connaissent tout sur lui. Ils ont tous plaidé pour une relaxe pure et simple, à défaut du bénéfice du doute pour Wael Hussein et un renvoi des fins de la poursuite d’Ali Haraffédine et d’Abdallah Stéphane Rais.
Le délibéré de cette affaire sera rendu le 12 mai prochain.
Mouhamed SARR






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image