Leral.net | S'informer en temps réel

32 MILLIARDS DE FCFA TROUVÉS DANS SON COMPTE : L’ex- Première dame de Mauritanie dans le collimateur des Sénateurs

Rédigé par Senegal Leral le 23 Août 2008 à 07:39 | Lu 1148 fois

32 MILLIARDS DE FCFA TROUVÉS DANS SON COMPTE : L’ex- Première dame de Mauritanie dans le collimateur des Sénateurs


32 MILLIARDS DE FCFA TROUVÉS DANS SON COMPTE : L’ex- Première dame de Mauritanie dans le collimateur des Sénateurs
L’histoire remonte à quelques mois, quand au sommet de l’Etat, les cartes ont commencé à se brouiller. Selon certaines indiscrétions, l’épouse du Chef de l’Etat, Mme Khatou Mint El Boukhary aurait commencé à adopter des attitudes peu orthodoxes, contraires à celles connues d’ordinaire des épouses de chefs d’Etat. De l’environnement du palais à la gestion financière en passant par les rouages des services de l’Etat, tout a été le monopole de l’épouse du Chef de l’Etat Sidi Ould Cheikh Abdallahi.
Mais, ce qui a attiré l’attention des sénateurs dont le chef de file, Mohcen Ould El Hadj, pour s’intéresser à la fondation et monter au créneau en demandant la constitution de commissions d’enquête en vue de la vérification de l’origine des fonds qui atterrissent à la fondation, ce sont les montants des dons et autres libéralités qui s’élèveraient à plusieurs milliards d’ouguiyas. Ces sénateurs au nombre de 7 avaient sollicité la tenue à l’époque d’une session extraordinaire du Sénat qui leur permettrait de voter la création de commissions d’enquête en vue de fouiner les fonds de la Fondation Khattou (FK). Devant le refus du gouvernement et du Président, les suspicions deviennent grandes pour les sénateurs qui en voulaient au président du Sénat d’abord et à celui de la République ensuite.
Des chiffres avancés par ci et par là, de l’ordre de plus de 14 milliards en 15 mois de gestion du pouvoir de Sidi Ould Cheikh Abdallahi, ont été à l’origine de la détermination principale qui a animé le Sénateur Mohcen et compagnie. Des questions fusaient de partout comme celles qui consistent à savoir comment l’épouse d’un Chef d’Etat peut-elle avoir le feu vert, voire le pouvoir de gérer certains fonds ou de bénéficier de certaines faveurs qui pourraient renflouer non seulement les caisses de la fondation mais lui permettre d’avoir la mainmise sur les services de l’Etat.
Certaines sources avancent que la fondation prétexterait qu’elle assisterait les sinistrés de la ville de Tintane en proie à une inondation depuis l’année dernière alors que les populations de cette ville continuent de souffrir. Ce prétexte aurait servi pour amener certains bailleurs de fonds à donner des sommes colossales au profit de la fondation. D’autres sources accusent l’épouse du Chef de l’Etat d’être à l’origine de certaines nominations au sommet de l’Etat.
On savait ces pratiques d’utilisation de fonds par les Chefs d’Etat eux-mêmes qui ont le monopole de cette gestion de fonds alloués à la Présidence. Mais du règne de Sidi Ould Cheikh Abdallahi, c’est tout le contraire. C’est l’épouse en lieu et place du Président de la République lui-même. Pour les observateurs avertis, si en un an de gestion, un compte privé peut s’alimenter jusqu’à hauteur de 14 milliards, en cinq ans, durée du mandat présidentiel, comment serait cette fondation ? Le citoyen mauritanien lambda n’arrive pas jusqu’ici à comprendre comment une telle chose peut se faire pendant que les populations souffrent. Car, tous les prix ont grimpé de manière exponentielle.
La convocation de l’assemblée extraordinaire le 20 août dernier par le président de la junte militaire en vue de travailler pour la création d’une haute cour de justice et de commissions d’enquête, présage déjà des lendemains difficiles pour le couple présidentiel. Le maintien en détention depuis le 06 août du président déchu jusqu'alors, en dit long sur la motivation et de la junte, et des parlementaires. D’ailleurs, le Général président a inscrit dans le registre de ses priorités, la lutte contre la corruption, la gabegie, la sécurité, l’instauration d’une véritable justice et la révision des prix des denrées de première nécessité. En tout état de cause, les jours à venir nous édifieront mieux sur le sort qui serait réservé au couple présidentiel. Khatou Mint Boukhary, celle qui a signé l’arrêt de règne de son mari Les révélations contenues dans l’interview de Baba Tandian ont confirmé sans démenti nécessaire, les agissements de l’ex-Première dame qui venait de signer la fin de règne de son mari. « Cette femme-là a conduit son mari à sa perte. A Sidi, on ne peut rien reprocher. C’est vrai qu’il a échoué économiquement, mais il avait la possibilité de redresser la barre. Mais malheureusement, le comportement de son épouse et la mauvaise maîtrise de Sidi et de l’espace familial ont fait que les gens voyaient un peu les dérives qui profilaient à l’horizon. Sa femme était au centre, sa fille à droite », a déclaré M. Tandian. Des sources bien au fait de la situation ont aussi fait des révélations qui corroborent ces propos. « Le président déchu a cherché le chaos, instauré un pouvoir familial, autorisé des détournements et cautionné le trafic d’influence; et il fallait mettre fin à cet état de fait », a déclaré le député Ould Zamel lors d’un entretien avec la presse. Aujourd’hui, les supputations vont bon train sur l’enrichissement illicite de l’ex-Première dame qui aurait dans son compte personnel une fortune de 14 milliards d’ouguiyas en 15 mois de pouvoir de son époux. Les sénateurs auraient-ils alors des raisons d’enquêter sur sa fortune ? C’est là toute la question. En tout cas, les révélations faites par le Président Baba Tandian dans son interview en disent long sur la mainmise de Madame Khatou Mint El Boukhary sur l’État et les fonds qui atterrissent dans sa fondation. M. Tandian qui a été d’ailleurs reçu par le Général Président le mercredi 13 Août dans l’après-midi pour les besoins d’une interview, a eu d’autres confirmations sur ce qu’il a déjà dit, et mieux , sur le déséquilibre total qu’a causé l’ex-Première dame à la présidence provoquant le dysfonctionnement de l’Etat et de ses services compétents avec les propres partisans de Sidi. Comme quoi, le comportement de l’ex-Première dame a été selon lui, à l'origine du courroux des militaires. « L’épouse du chef de l’Etat répond par des insultes ou des menaces. Et c’est là où les choses ont dégénéré pour des militaires... », dixit-il. Le général Mouhamed Ould Abdel Aziz, le tombeur de Taya et de Sidi en a-t-il cure de ce comportement au point de surveiller la dame comme du lait sur le feu ? Mais, la goutte d’eau qui a fait déborder le vase est l’incitation au limogeage des généraux qui se considèrent être les sauveurs d’une République qui a longtemps souffert des affres d’un régime aux abois. Sidi Ould Cheikh Abdallahi aura-t-il regretté d’avoir une telle épouse à ses côtés au moment de son règne ? Surtout d’après les Nouakchottois, elle avait abandonné son mari depuis plus de 4 ans et n’est revenu auprès de lui que pendant la campagne électorale. Allez savoir.

source : le matin


1.Posté par ndeye le 25/08/2008 09:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

cé bien posible cette femme est une femme de vie (noce rek la nékéwone si palais bi invité goorjiguéne yi) son époux est sans faute mais elle moye vipère bi elle en a bien profité

compatriote mauritanienne

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site