Leral.net | S'informer en temps réel



70 familles de Louga et Saint-Louis invitées par des Italiens à confectionner des projets

Rédigé par (Plus d'informations demain sur leral .net) le 9 Juillet 2010 à 04:52 | Lu 1225 fois

Louga, 8 juil (APS) – Quelque 70 familles d’émigrés sénégalais à Louga et Saint-Louis sont invitées à élaborer des projets susceptibles d’être financés par trois structures de micro finance, à l’initiative d’un projet italien, a constaté l’APS.


70 familles de Louga et Saint-Louis invitées par des Italiens à confectionner des projets
Le projet italien "Sénégal Piémont et Sardaigne : migration et codéveloppement (SPES)" a démarré ses activités en octobre 2009.

Au cours d’une rencontre avec la presse, le coordonnateur du SPES au Sénégal, Simone Pettorruso, a indiqué que le projet a consenti un fonds de garantie de 35 millions dans trois structures financières décentralisées et veut faire bénéficier aux 70 familles cibles les activités génératrices de revenus.

Le projet qui travaille en parfaite harmonie avec 10 associations de sénégalais à Piémont et Sardaigne vient renforcer le rôle des migrants dans le codéveloppement communautaire et durable et faciliter la multiplication des bonnes pratiques, a soutenu M. Pettorruso.

Conduit par les ONG italiennes CISV et ARCOIRIS et les associations paysannes sénégalaises FONGS à Louga et ASESCAW à Ross-Béthio, le projet SPES veut amener 60% des familles cibles à développer des activités économiques durables avec la participation et l’appui effectif des ressortissants en Italie, a-t-il retenu.

Une formation en micro finance est actuellement en cours pour des membres de ces 70 familles cibles, a-t-il indiqué, ajoutant qu’un guide pratique au codéveloppement social et économique à l’intention des ressortissants a été élaboré.

Une vidéoconférence entre Louga, Turin et Cagliari a été réalisée et une journée d’échange et de capitalisation sur les bonnes pratiques dans les domaines du codéveloppement, organisée en Sardaigne et Piémont, pour une meilleure sensibilisation sur l’utilité du projet, a annoncé sa coordonnatrice à Piémont, Marianna Moretti.

Les cinq associations de ressortissants sénégalais avec lesquelles le projet travaille en Sardaigne ont fini de cibler des secteurs d’intervention qui vont de l’agriculture, du maraîchage au tourisme intégré en passant par l’élevage, l’artisanat et la transformation des produits locaux, a, pour sa part, relevé le coordonnateur en Sardaigne, Dino Pusceddu.



PON/SAB