leral.net | S'informer en temps réel

8 mars, journée internationale de la Femme: LES FEMMES DERRIERE LE MINISTRE MARIAMA SARR POUR L’EMERGENCE DU SENEGAL.


Rédigé par leral.net le Samedi 11 Mars 2017 à 15:12 | | 0 commentaire(s)|

Les femmes sont de véritables actrices de développement économique et social c’est du moins  la conviction de Madame Mariama SARR, Ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfance qui a présidé la célébration de la journée dédiée aux Femmes.
 
L’occasion a été saisie pour revenir sur le parcours d’illustres femmes qui se battent tous les jours pour l’émancipation de la femme. Des exemples et des icônes honorées par Madame Mariama SARR.

Ensuite les milliers de participants ont eu droit à un film qui retrace le parcours élogieux de femmes qui se sont approprié des nouveaux métiers jadis considérés comme la chasse gardée des hommes. C’est le cas de Sophie DIOUCK bien assise au siège d’un bus de Dakar Dem DIKK qui tient la direction de son volant avec des passagers rassurés du comportement de la première femme conductrice de bus au Sénégal. Tout comme elle, d’autres femmes se distinguent à Kédougou dans le transport de gros engins de mines à Sabadola. Preuve que les femmes ont aujourd’hui défié une croyance ancestrale qui les consigne dans des tâches ménagères.

En célébrant le 08 Mars, le ministre Mariama SARR veut montrer à la face du monde la détermination et la diversité des activités des femmes que nous retrouvons dans tous les secteurs d’activité de notre économie. Elles jouent un rôle prépondérant dans la préservation de la nature et de la biodiversité, l’exemple à Kaffrine où des hectares sont reboisés par des femmes.

Elles contribuent aussi à la lutte pour la préservation de l’écosystème,  des GIE de Fatick luttent tous les jours pour la régénération de la Mangrove. A Ngor des femmes bravent la mer à la recherche de produits halieutiques tout comme à Guédiawaye, les femmes tanneuses mènent leurs activités génératrices de revenus sous un soleil de plomb. Dans les secteurs de l’agriculture,  de l’élevage, de la pèche, de l’artisanat, de l’industrie et de la transformation, les femmes se distinguent bien.
 
Panel pour réfléchir sur la condition des femmes sénégalaises
 
Comme pour répondre aux objectifs du Thème « les femmes dans un monde du travail en pleine évolution: planète 50-50 d’ici 2030 » , un panel a réuni des sommités femmes pour un partage d’expériences et les conclusions de ces travaux laissent apparaître : des progrès importants notés avec la mise en œuvre du PSE, référentiel de politique nationale en matière de développement économique et social. Les statistiques traduisent l’existence d’inégalités qui marquent le monde du travail et affectent les femmes malgré le fait qu’elles représentent, 50,1% pour une population globale estimée à 13.5 millions d’habitants (recensement de 2013) et qu’elles soient responsables des travaux domestiques.
 
Et selon l’enquête de suivi de la pauvreté réalisée en 2011, le taux de chômage est de 10,2% et il est plus élevé chez les femmes avec 13,3% contre 7,7% chez les hommes. 
 
Le taux de sous-emploi en 2011, établi à 32% pour l’ensemble de la population en activité, est de 37% chez les femmes actives.
 
L’Enquête Nationale sur l’Emploi au Sénégal (ENES) de 2015 fait état d’un chômage concentré sur les femmes. Le taux de chômage estimé 15,7% en 2015 pour la population de 15 ans et plus, est plus important chez les femmes (22,6% contre 9,8% chez les hommes).  Le taux d’activité estimé à 53,5% chez les personnes âgées d’au moins 15 ans est marqué par des disparités selon le sexe (37,8% chez les femmes contre 57,4% chez les hommes pour la population de 10 ans ou plus).

Le sous-emploi lié à la durée du travail (proportion des personnes ayant un emploi et qui ont travaillé moins de 40 heures dans la semaine) qui est de 26,8% est plus important chez les femmes (39,3%) que chez les hommes (19,9%). Concernant l’emploi salarié qui ne concerne que 28,7% de l’emploi, il touche davantage les hommes (32,3%) que les femmes (22,9%).  Le taux d’occupation par sexe au niveau de la population des 15 ans ou plus, est de 59,0% chez les hommes contre 32,8% pour les femmes.  
 
Ce qui fait dire à Madame Mariama SARR que «… de tels facteurs montrent que le système économique, dans sa globalité, a besoin de réformes profondes et les réalités de discriminations dans le travail, exigent des ruptures qui sont devenues possibles avec la mise en œuvre du PSE fondée sur une démarche holistique et inclusive dans les initiatives de développement. La problématique des femmes dans un monde du travail en pleine évolution : planète 50/50 d’ici 2030, pose des questions fondamentales qui interpellent à la fois les politiques, les syndicalistes, la société civile, le secteur privé, les partenaires et surtout les communautés, à travailler en synergie. Le PSE  vise entre autres, à faire du Sénégal un pays émergent avec une société solidaire dans un Etat de droit sans discrimination ou les hommes et les femmes ont les mêmes chances de participer à son développement et de jouir  des bénéfices de sa croissance ».  
 
Son discours sonne comme une rupture face à des partenaires techniques et financiers qui ont participé aux travaux et à la célébration du 08 mars au Grand théâtre. Le Ministre Mariama SARR rassure « Le Sénégal a ratifié les conventions internationales relatives à l'égalité de rémunération ; la discrimination en matière d’emploi et de profession ; la Protection de la Maternité garantissant la protection des droits de la femme enceinte ou allaitante, contre la discrimination en milieu de travail ; le droit d’organisation et de négociation collective. Dans le même sens, l’action d’autonomisation socio-économique des femmes et des filles a permis des progrès faisant du Sénégal un pays-phare.

Aussi, l’approche holistique est-elle un modèle de bonne pratique qui articule la formation, le financement et l’accompagnement ciblés sur les besoins, et par ailleurs, la lutte contre les violences faites aux femmes ainsi que la facilitation de l’accès aux équipements et services sociaux de base et à la protection sociale.

 
Dès les premières heures de la matinée les locaux du Grand théâtre sont pris d’assaut par des femmes toutes de blanc vêtues. Une visité guidée dans les stands laisse apparaître une diversité de produits exposés. Allant de la peinture à la teinture sans oublier les produits forestiers horticoles, agricoles et les produits locaux. Les stands aménagés pour cette circonstance ont été visités par Madame Le Ministre. Occasion saisie pour encourager et féliciter les femmes productrices, actrices de développement. « C’est le lieu de rendre un vibrant hommage à toutes les femmes qui ont porté le combat sur les droits des femmes.   

A titre posthume
  • Feue Adja Awa NDIAYE
  • Feue Caroline DIOP
  • Feue Fatoumata MATAR NDIAYE
  • Feue Awa Paye GUEYE
  • Feue Aminata DIACK
 
Femmes pionnières
 
  • Annette MBAYE D'ERNEVILLE
  • Aminata SARR
  • Aminata Sow FALL
  • Adja Fa Mbaye  Fall DIOP
  • Adja Fatou Niang SIGA
  • Adja Khar Mbaye MADIAGA
  • Adja Koorka DIAW
« A travers celles-ci, nous rendons hommage et prions pour toutes les femmes qui ne sont plus avec nous et dont l’action perdure dans les progrès que nous ne cessons de réaliser ». Propos de Madame Mariama SARR en guise de reconnaissance aux efforts consentis par ces braves femmes citées en exemple pour la jeune génération de femmes leaders.
 
Pour conclure, une invite est lancée pour un monde du travail avec plus de places aux femmes: « je lance un vibrant appel à tous les acteurs femmes mais aussi aux hommes afin qu’ensemble, nous puissions relever les défis et parvenir à ce monde de travail idéal, réaliste et durable.
J’exhorte les ministères et institutions publiques, les partenaires, la société civile, les organisations politiques et syndicales, le privé, à promouvoir la synergie entre les parties prenantes et la solidarité avec ces milliers de femmes qui luttent quotidiennement pour vivre dans la dignité et être respectées. »

C’est sur ces notes que les cantatrices de Sorano et autres artistes ont tenu en haleine le public jusque tard dans la soirée, une manière de communier avec les femmes du Sénégal à l’occasion de la journée qui leurs est dédiée
 
 
 











Hebergeur d'image