Leral.net | S'informer en temps réel



A Dakar, Obama loue le "héros" Mandela, soutient les homosexuels

le 27 Juin 2013 à 22:47 | Lu 795 fois

A Dakar, Obama loue le "héros" Mandela, soutient les homosexuels
Le président américain Barack Obama a rendu hommage jeudi à Dakar, première étape de sa tourné africaine, à l'ex-président sud-africain Nelson Mandela, un "héros pour le monde" au moment où il lutte pour sa survie, et apporté son soutien aux homosexuels africains persécutés.

Mandela, hospitalisé depuis trois semaines à Pretoria, "est un de mes héros. Je crois qu'il est un héros pour le monde entier, et le jour où il quittera cette terre, son héritage continuera à vivre à travers les âges", a déclaré M. Obama qui doit se rendre en Afrique du Sud vendredi, prochaine étape de son périple africain avant la Tanzanie.

Il a sans doute pensé à lui en se rendant jeudi après-midi en famille sur l'île de Gorée, au large de Dakar, d'où sont partis vers l'Amérique des milliers d'esclaves et où Mandela s'était lui aussi rendu en 1991, un an après ses 27 années passées dans les geôles du régime raciste d'apartheid.

"C'est un moment très fort", a affirmé M. Obama à Gorée, ajoutant: "Évidemment, pour un Africain-américain, un président africain-américain, avoir la possibilité de visiter ce site, je pense, me donne plus de motivation pour défendre les droits de l'Homme à travers le monde".

Barack Obama, un métis dont le père était Kenyan, était accompagné sur l'île par son épouse, Michelle, une descendante d'esclaves, et leurs deux filles Malia et Sasha.

Avant lui ses prédécesseurs Bill Clinton et George W. Bush s'étaient également rendus en 1998 et 2003 sur l'île de Gorée, passage obligé pour tous les visiteurs de marque à Dakar.

Interrogé par des journalistes américains, le président Obama a par ailleurs salué comme "une victoire pour la démocratie américaine" la décision de la Cour suprême prise la veille en faveur du mariage gay aux Etats-Unis.

"Tout le monde doit avoir les mêmes droits"

Il en a profité pour apporter son soutien aux homosexuels persécutés dans l'écrasante majorité des pays africains, hormis l'Afrique du Sud où le mariage gay est autorisé.

"Rattraper le temps perdu"

"Mon opinion est que, quelques soient la race, la religion, le genre, l'orientation sexuelle, face à la loi, tout le monde doit avoir les mêmes droits", a-t-il affirmé.

Mais, présent à ses côtés, le président sénégalais Macky Sall lui a répondu que bien que "très tolérant", son pays n'était "pas encore prêt à dépénaliser l'homosexualité".

Il a récemment exclu l'adoption d'une loi autorisant l'homosexualité au Sénégal, exigée par des organisations de défense des droits de l'Homme.

Hormis cette divergence, MM. Obama et Sall ont dit avoir en commun les mêmes valeurs concernant "la démocratie" et "la bonne gouvernance".

"Le Sénégal est une des démocraties les plus stables d'Afrique et et un de nos partenaires les plus forts dans la région", a affirmé Barak Obama.

Ce pays "va dans la bonne direction grâce à des réformes pour renforcer les institutions démocratiques", a-t-il affirmé, ajoutant: "Je crois que le Sénégal peut être un formidable exemple" pour le reste du continent.

Ex-colonie française indépendante depuis 1960 le Sénégal n'a jamais connu de coup d'Etat, ce qu'a tenu à saluer le président Obama.

Le Sénégal fait figure d'exception en Afrique de l'Ouest, une région frappée par les violences politiques et militaires, en particulier au Mali voisin, plongé dans la crise depuis un coup d'Etat en mars 2012. Celui-ci a précipité la chute du nord malien aux mains de groupes islamistes armés liés à Al-Qaïda et entraîné une intervention militaire franco-africaine pour les en chasser.

Les abords du Palais présidentiel où ont eu lieu l'entretien entre Barack Obama et Macky Sall et leur conférence de presse conjointe ont résonné du son des tam-tam et des cris de bienvenue de quelques centaines de personnes venues saluer le président américain.

Mais en dehors de ces manifestations de joie organisées, le centre de Dakar est resté presque désert, tant les restrictions de circulation imposées pour la visite du président américain étaient draconiennes.

Après un dîner officiel offert par le président Sall, Barack Obama, arrivé mercredi soir à Dakar, devait y passer une dernière nuit avant de partir vendredi matin pour l'Afrique du Sud.


Source:lalibre.be


1.Posté par Webmaster10 le 28/06/2013 09:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Création de Sites Internet à des Prix défiant toute Concurrence.

Contact: 77 719 49 73.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site