A.K Guèye, souteneur de l’imam Alioune Ndao, déféré au parquet pour trouble à l’ordre public, participation à une manifestation illicite


Rédigé par leral.net le Mardi 9 Mai 2017 à 11:19 | | 0 commentaire(s)|

A.K Guèye, souteneur de l’imam Alioune Ndao, déféré au parquet pour trouble à l’ordre public, participation à une manifestation illicite

Ancien membre du mouvement ‘’Y en a marre’’, Abdou Karim Guèye qui milite actuellement au sein du mouvement ‘’Nitu degg’’, a été déféré au parquet depuis ce vendredi. Poursuivi pour trouble à l’ordre public et participation à une manifestation illicite, le jeune homme manifestait avec ses camarades, pour la libération de l’imam Alioune Badara Ndao qui est incarcéré depuis quelques mois, pour apologie au terrorisme.

L’objectif dit-il, c‘était d’informer les populations sur l’état de santé fragile de l’imam qui doit bénéficier d’une liberté provisoire. Mais en lieu et place de la libération de ce dernier, il est allé le retrouver en prison. Et il faut dire qu’il n’en est pas à son premier coup, puisqu’il avait déjà été arrêté et condamné pour des faits similaires.

Dans le cas d’espèce, c’est le 4 mai dernier que les éléments du commissariat de la Médina ont été informés d’un rassemblement illicite à la place de la Nation (anciennement place de l’Obélisque). Un déplacement a permis aux limiers de trouver sur place un regroupement constitué d’une quinzaine de personnes, qui s’était formé pour effectuer un sit-in.

Imam Ndao doit être libéré, car il souffre d’une maladie chronique soutient A.B Gueye. Ce, à la suite de quoi, les membres de ce mouvement ont tous quitté les lieux. A l’exception d’Abdou Karim Guèye qui s’est entêté selon eux, à vouloir tenir une conférence de presse où il traitait de tous les noms d’oiseaux le gouvernement et son administration.

Un comportement qui a été perçu par les hommes du commissaire Safiétou Mbaye comme une défiance. Manu militari, il a été arrêté et conduit à la police. Et devant les enquêteurs, il a nié sans convaincre, soulignant qu’il voulait seulement organiser un point de presse en prélude à une manifestation qu’il devait tenir le 12 mai prochain.

Une manifestation dit-il, dont le but était d’attirer l’attention des Sénégalais sur le fait que l’imam Ndao souffre d’une maladie chronique et qu’il devrait bénéficier d’une liberté provisoire. « Nous souhaitons tirer la sonnette d’alarme pour accélérer sa libération, puisque sa situation n’est pas compatible à la vie carcérale », a-t-il soutenu.

voxpopuli










Hebergeur d'image