Leral.net | S'informer en temps réel



A Ouaga, les deux roues ne font plus la loi

le 12 Septembre 2012 à 15:27 | Lu 473 fois

Le nombre d'usagers de la route a explosé dans la capitale burkinabè. Les taxis se fraient un chemin et les autorités tentent de réglementer...


A Ouaga, les deux roues ne font plus la loi
Il y a vingt ans, à Ouagadougou, au Burkina Faso, le mot «embouteillages» faisait penser à ces scènes où un séducteur impénitent voyait débarquer, dans son célibatorium, deux filles à qui il faisait la cour parallèlement.

On craignait davantage les crêpages de chignons que les carambolages de carrosserie.

Les rues de ce gros village burkinabè, peu goudronnées, étaient peu fréquentées par les automobiles; pas assez, en tout cas, pour créer des bouchons.

Parfois surnommée «ouaga-deux-roues», la cité sahélienne était connue comme la capitale des cyclomoteurs, ce moyen de locomotion idéal pour se faufiler à travers les «six-mètres».

De plus, la ville comptait bien moins de feux tricolores ou de ralentisseurs qu’aujourd’hui.

Puis, Ouagadougou s’est étendue sur près de 300.000 hectares. Une population d’un million et demi d’habitants a de plus en plus accès à des véhicules à quatre roues, notamment des «au-revoir-la-France», qui coûtent parfois moins cher qu’une motocyclette neuve.

Sur les nouvelles grandes artères bitumées, les automobilistes du Faso ont donc fait connaissance avec les embouteillages, les vrais. Empruntez, à 18 heures 30, l’avenue Bassawarga, qui relie la place de la Nation au quartier de la Patte d’Oie.

A cette heure qu’on appelle la «descente», les voitures roulent comme des escargots, surtout quand un «suppositoire» —entendez, par là, un carambolage dont vous êtes la première victime— compromet le peu de fluidité que connaissent ces rues étroites.

Contournez l’obstacle par l’est, en empruntant Boinsyaaré et vous ne serez guère mieux loti. Arrivé au niveau de la Maternité Saint-Camille, quand vous ne vous lamenterez pas sur un pare-chocs froissé, vous ne pourrez que pleurer sur votre carburant qui brûle à vue d’œil sans pour autant que le véhicule ne progresse.

«Taximan n’est pas gentil»

Bloqué dans les bouchons, vous avez tout loisir d’observer la rue saturée qui vous entoure. Il n’est pas rare de constater que vous êtes précédé par trois véhicules verts et suivis par deux autres.

Au Faso, le vert est la couleur des taxis. Ces automobiles, parmi les plus délabrées, pullulent dans les rues de la capitale burkinabè.

Elles ont la réputation d’échapper aux règles élémentaires de la prudence, du confort et de la civilité. En 1978 déjà, le Voltaïque Amadou Balaké chantait «Taximan n’est pas gentil». Même si la scène comptée dans les paroles se déroulait à Abidjan, c’est bien son expérience en Haute-Volta qui a inspiré l’auteur.


1.Posté par ndiaye le 13/09/2012 02:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Spammeurs sur leral.net : Solange Massage, Chérif Aïdara , Nouveau Sénégal sont des escrocs !
LERAL.NET - De nos jours, il est difficile d’échapper aux escrocs qui sont partout et utilisent tous les moyens possibles (ou même impossibles) pour arnaquer les honnêtes citoyens.



Ces truands n’ont qu’un seul but : se faire de l’argent à n’importe quel prix. Ils sont entrain de polluer les forums de discussions des sites internet sénégalais les plus visités tels que Leral. Ces voyous utilisent cet espace d’expression réservé aux internautes pour y insérer gratuitement leurs publicités mensongères.

Selon une source, « Solange qui se dit être une jeune fille et qui fait des séances de massage doux et relaxant dans un cadre convivial et discret n’est en réalité qu’une prostituée ».
Ce qui n’est pas vraiment une révélation car les internautes ont toujours compris que ce « massage doux » se termine toujours au lit.

« Chérif Aïdara, le petit fils de Cheikh Sadibou Aïdara, grand marabout est la aujourd’hui pour ceux qui ont besoin d’aide dans tous les domaines », annonce un autre escroc. S’il était Cherif et marabout comme il le dit, avait-il besoin de faire sa publicité dans les forums de discussions des sites web ? C’est parce que ce type veut rouler les naïfs dans la farine qu’il procède ainsi.

Outre « Solange » et « Chérif Aïdara » (leurs vrais noms ?), « HG4 » et « Vimax » qui proposent des produits aphrodisiaques et « Nouveau Sénégal » veulent aussi leurrer les internautes. Ces derniers doivent rester vigilants pour ne pas tomber dans le piège de ces bandits.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site