leral.net | S'informer en temps réel

A cause de ses quatre actes lourds : Mariama Sarr, commissaire politique, n’inspire pas confiance chez les apéristes de Kébémer

L’Alliance pour la République n’est pas encore sortie de l’ornière dans le département de Kébémer. Pour cause, quelques jours après le passage sur les lieux du commissaire politique Mariama Sarr, dix anciens coordonnateurs de l’Apr, issus des Collectivités locales du département de Kébémer, ont animé, ce 23 février 2014, une conférence de presse.


Rédigé par leral.net le Lundi 24 Février 2014 à 13:32 | | 0 commentaire(s)|

A cause de ses quatre actes lourds : Mariama Sarr, commissaire politique, n’inspire pas confiance chez les apéristes de Kébémer
C’est pour déverser leur trop-plein de colère sur l’ex-ministre de la Femme, coupable ou supposée comme tel d’une litanie d’actes lourds de nature à faire croire à plus d’un qu’elle est loin d’être neutre dans sa fonction de commissaire politique de l’Apr pour laquelle elle a été dépêchée sur place la semaine dernière.

Premier acte lourd de Mariama Sarr : « Sur la route de Kébémer, en provenance de Dakar, l’ex-ministre de la Femme était en étroite relation avec Khalifa Dia et les membres de son camp qui non seulement étaient informés, en temps réel, de la position exacte de l’ex-ministre de la Femme mais aussi, l’avaient accueillie avec des motos « Jakarta » à l’entrée de la Ville.
Deuxième acte lourd : « Dès l’entame de la rencontre qu’elle a présidée à Kébémer, autant Mariama Sarr a dit qu’elle est venue pour concilier et fédérer sans esprit partisan, et non pour confectionner une liste ou nommer qui que se soit, autant elle s’est illustrée de manière partisane rien que dans sa façon de distribuer les rôles », constatent pour s’en désoler les responsables apéristes qui ont fait face à la presse, ce dimanche. « D’ailleurs, cette partialité flagrante s’est manifestée par son non-respect de la liste des orateurs et du temps de parole ». Ce contact permanent dont Mariama et Khalifa sont suspectés.
Autre acte lourd posé par Mariama Sarr : « A notre arrivée, toutes les places étaient déjà occupées par les hommes de main de Khalifa Dia qui étaient venus à bord de cars et qui nous ont empêchés (nos leaders et la délégation) d’accéder à la table, nous priant même d’aller nous mettre derrière, obligeant Ousmane Cissé et Sangoné Sall de se replier pour éviter du grabuge », rappellent les dix coordonnateurs apéristes.

Et, ajoutent-ils : « Il a fallu notre détermination, nous militants, pour qu’ils puissent siéger et ce sans aucune réaction de Mme Mariama Sarr qui devait jouer son rôle de superviseur ». « Quant à la prise de parole d’Ousmane Cissé, les sbires de Khalifa Dia occupèrent la sonorisation et c’est cela qui a motivé toute cette cohue. Car, à sa prise de parole, le directeur des Mines et de la Géologie a été ovationné par ses militants et sans griotisme. Mais, là ou le bât blesse, c’est que nous, apéristes de souche, coordonnateurs et militants confondus, n’avons pas eu droit au micro, bien que nous nous étions inscrits ».

En tant que commissaire, Mariama s’est « nuitamment rendue à Guéoul et a dîné avec son Khalifa »
Énième acte lourd dont est créditée l’ex-ministre de la Femme : « A la fin de la rencontre qu’elle a présidé dans la Commune de Kébémer, Mariama Sarr s’est rendue à Guéoul où elle a dîné chez Khalifa Dia », dénoncent-ils. Désireux de lever toute équivoque, les apéristes de dire à qui veut les entendre que leur sortie n’a pas pour but de nuire à qui que ce soit. Seulement, il y a de ces contextes où, pour avoir la paix, il faut dire la vérité ».

Actusen.com






Hebergeur d'image