leral.net | S'informer en temps réel

A l’ère de la falsification de l’histoire, de l’usurpation des fonctions et de la récupération, Me Mbaye Jacques Diop dame le pion à tous!

L’exercice de Me Mbaye Jacques Diop dans la récupération et la falsification de l’histoire, grave en elle-même, a surpris plus d’un. Et au fil du temps, cet exercice de manipulation prend l’allure d’une conspiration, par le fait du silence de certains acteurs témoins vivants encore. Cette conspiration qui devrait inquiéter tous les acteurs et témoins de bonne foi de cette époque, page glorieuse de notre histoire politique d’avant indépendance, ne semble pas être le cas du moins, pas pour tous.


Rédigé par leral.net le Dimanche 25 Octobre 2009 à 17:34 | | 11 commentaire(s)|

Mbaye Jacques Diop sait mieux que quiconque, qu’il n’a joué aucun rôle significatif, dans la conception, la préparation et l’exécution de la manifestation des véritables porteurs de pancartes lors de la visite du général De Gaule, le 26 Août 1958, qui plus est, d’en être le président de ladite association.

Le périple en Afrique du Général De Gaule et le référendum de 1958 sont le résultat d’intenses luttes populaires contre l’empire colonial français en Afrique et en Asie, dans un contexte mondial dominé par l’affirmation de la puissance de l’URSS et de la Chine populaire.

Cette période-là, était celle de rupture et fut un tournant décisif dans l’histoire du monde surtout pour la décolonisation et la libération des peuples opprimés.

L’accueil réservé au Général De Gaule à Dakar et à Conakry n’était point fortuit ni hasard. Il fut une manifestation d’une volonté d’indépendance, précédée d’intenses activités politiques, culturelles et intellectuelles, le tout, sous la conduite et dans une ambiance révolutionnaire des organisations patriotiques comme le RDA, le PAI, l’UGTAN des Soumaïla et Lamine Diallo, l’UGEAO, le RJDS, le Conseil de la jeunesse du Sénégal, l’Union culturelle musulmane, la réunion de Cotonou qui était trahie par l’UPS de Senghor, la naissance du PRA-Sénégal etc…

L’histoire, seulement cinquantenaire de ce patrimoine de luttes reconnaît et retiendra les hommes et les femmes qui furent les aiguilleurs de ces moments historiques d’enseignement. Certains sont encore en vie et jusqu’ici n’ont pas désarmé, ils n’ont pas aussi vendu leur âme au diable et n’ont non plus transhumé pour l’honneur ou l’argent ! Avec cette alternance dévoyée et son chef de file Me Wade, toute sorte de supercherie sera tentée par ses animateurs actuels, pour se faire un nom à tout prix.

Les journalistes ont le devoir et l’obligation dans leurs investigations pour la manifestation de la vérité, de recueillir les témoignages et documents auprès de ces acteurs encore vivants. Parmi ceux-là, on ppourrait citer entre autres, Docteur Abdoulaye Ly, Thierno Ba, Fatou Diop, Malick Camara, Makhtar Mbow, Dr Daouda Sow, Malick Sow, Ndéné Ndao, Samba Niang, Abdoul Wahab Ly, Amath Dansokho, Alla Kane, Gor Mag Thiam et tant d’autres. Les historiens dignes de ce nom de notre pays devront certainement faire des recherches partout où il le faut et notamment, en France, car, aux Archives nationales du Sénégal, toutes les pages du « Paris-Dakar et « des Echos d’Afrique », relatives à la tournée africaine du Général De Gaule ont été presque purement et simplement arrachées et volées. C’est là un crime bien assimilable à celui, contre l’humanité. Les responsables de ces forfaits demeureront certainement inconnus et impunis, mais ils ne seront jamais pardonnés par les peuples africains.

Me Mbaye Jacques Diop, connu parmi les responsables animateurs du MJUPS dans les années 60, assumait-il une quelconque responsabilité de dirigeant de premier plan en 58 ? Auprès de ceux notoirement connus comme principaux dirigeants du MJUPS tels que : Amadou Racine Ndiaye, Kabirou Mbodj, Léopold Faye, Amadou Sam Wagne, Alioune Diagne Mbor ancien ministre, etc…Il serait vivement souhaitable, pour l’éclairage de l’histoire politique dans notre pays et aussi aider à comprendre objectivement, les générations présentes et futures, que ceux-là qui savent et furent témoins apportassent leur témoignage en tant que camarades de parti et compagnons à cette époque de Mbaye Jacques Diop.

Me Mbaye Jacques Diop ne serait-il pas de la génération des Ousmane Diagne de Thiès, Mansour Bouna Ndiaye et dans quelle sphère évoluait-il, est-ce en étudiant capacitaire en droit, en travailleur ou en chômeur ? Edifiez-nous s’il vous plait ! Ensuite, viendra en 62-63, le groupe senghorien des Moustapha Niasse et Djibo Ka.

Alors, comment Mbaye Jacques Diop a-t-il pu mobiliser des populations sénégalaises de toutes conditions, et de tous âges, en les dotant de pancartes sur la base des mots d’ordre du PAI à savoir : « Indépendance immédiate et sans condition » « Non à la Communauté du Caporal » !!! Serait-il aussi l’auteur des gribouillages dans les rues et artères de Dakar et autres villes du pays? Le Parti UPS et tous ses responsables avaient opté avec les marabouts chefs religieux, pour l’assimilation et la Communauté franco africaine, ils avaient appelé à voter Oui ! En fait, ils avaient tous fui le pays ! Seul Valdiodio Ndiaye et Ibrahima Sarr avaient accepté de recevoir le Général au nom du Conseil de gouvernement de la Loi Cadre. Si Mbaye Jacques Diop s’était vraiment illustré par une opposition singulière nette et claire contre la position de son parti, l’UPS, il resterait aussi célèbre que Valdidio Ndiaye. Non ! L’illustre inconnu de l’époque, Mbaye Jacques Diop, cherche seulement aujourd’hui à se faire un nom ou une place au soleil, en voulant travestir des faits historiques avérés. En vérité, entre Mbaye Jacques Diop et Mbaye Paye, au-delà du prénom qu’ils partagent, ils n’ont rien en commun et leurs chemins ne se sont croisés nulle part sur le terrain de la lutte politique.

Notre camarade Mbaye Paye, époux de l’héroïque Thioumbé Samb, dialecticien avéré, intransigeant sur les principes, était avec ses compagnons inséparables Mbagne Faly Diouf, Mamadou Mbengue, l’un des animateurs responsables du PAI dans Dakar. Il fut le tribun dans les meetings du PAI haranguant les foules comme aux meetings de « MBOTH » rue Raffenel x Sandiniery. Cet homme de conviction, de courage et de foi, n’a jamais flirté avec l’UPS ou le MJUPS. C’est donc une insulte à sa mémoire quand Mbaye Jacques Diop l’associe à ses actions d’arnaque en sollicitant auprès du président Wade pour le défunt Mbaye Paye, une décoration à titre posthume!!!

Cette action d’opportunisme et de récupération était perceptible déjà aux funérailles de notre camarade dans l’adresse de son neveu Doudou Wade, pour lequel, Mbaye Paye n’a jamais caché son appréciation et son dégoût, quant à leurs relations d’assistance et de considération.

Mbaye Paye, membre de notre Comité National Préparatoire pour la Commémoration du cinquantième anniversaire du Manifeste du PAI a pleinement assumé toutes ses tâches relatives la célébration du 15 Septembre 2007 à l’ENDSS à Dakar. Alors qu’avec lui, on s’acheminait vers la tenue du colloque International sur « la Réalité du Manifeste du PAI au XXIe siècle » organisé à la Maison de la culture Douta Seck à Dakar les 15 et 16 Novembre 2008, Mbaye Paye nous quitta le 13 Novembre 2008 au soir.

C’est par hasard, que convalescent, Mbaye allait rendre une visite de courtoisie à sa sœur de sang, mère du président Doudou Wade, épouse donc d’un autre camarade des périodes chaudes de la lutte du PAI, feu Adama Wade, que la mort le frappa dans la maison de celle-ci. Occasion ne fut plus belle pour le neveu Doudou Wade, de s’approprier cérémonies et oraison funèbre à des fins obscures. Dans son discours il déclarait que Mbaye Paye était connu comme le compagnon de lutte pour l’indépendance nationale de Mbaye Jacques Diop !

Quelle grossièreté ! Mais cela préparait ceci ! Par des affinités familiales, Mbaye Paye devient un sujet d’exploitation facile et de récupération de la République. Comment comprendre autrement ce mensonge et cette sollicitation pour Mbaye Paye, le fait de vouloir l’élever au grade de l’Ordre National du Lion, adressée à un libéral viscéralement antimarxiste et foncièrement contre le PAI ? Pourquoi Mbaye Jacques oublie-t-il ses propres compagnons et responsables MJUPS de l’époque ? Pourquoi Me Wade ne répond-il pas à la lettre du camarade Charles Guèye sur la réhabilitation des militants PAI des années chaudes de lutte pour l’indépendance nationale, les libertés et la démocratie, tous, victimes de la répression des colonialistes et de leurs valets néocoloniaux ?

Ceux qui s’empressent de féliciter Mbaye Jacques Diop au nom du PAI, ne sont pas qualifiés pour légitimer les actions de falsification de celui-ci car, ils n’ont connu le « PAI-RBS » qu’en 1975-76 !! Et Mbaye Paye ne s’est jamais associé à l’opération Majhmout Diop- Jean Collin contre le PAI combattant.

Ce que nous avons proposé lors du colloque International, c’est de faire du 15 Septembre la journée nationale des martyrs et combattants pour la dignité africaine et l’indépendance nationale.

Il faut que Mbaye Jacques Diop arrête son imposture, et avec lui, ceux qu’il a manipulés aussi, sous le nom usurpé de « porteurs de pancartes » car, on ne doit pas jouer avec l’histoire d’un peuple et trop c’est trop !!


Moctar Fofana Niang et Mandiaye Gaye

Matafofana39@yahoo.fr

Gaye_mandiaye@hotmail.com



1.Posté par Yaakar le 25/10/2009 23:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Oui il faut savoir remettre les pendules à l'heure. Mais au vue de ce qui se passe avec ses nègres soient disants politiciens, journalistes et intellectuels, je pense personnellement que l'indépendance est une erreur.

2.Posté par KOUL le 25/10/2009 23:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

heureusement que la vraie histoire ne ment jamais

3.Posté par georges le 26/10/2009 13:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci camarades Niang et Gaye,
"Seule la vérité est révolutionnnaire"(..). Votre texte est limpide et clair. Précieux. Chez les acteurs, les vrais, j'ai entendu parler d'un certain Yves Diagne aussi. Il est important que ces "barbus" de notre Histoire, soient connus de la jeune génération.

4.Posté par dieng le 26/10/2009 14:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

merci !!!

les sénégalais ont la mémoire très courte. Les véritables héros sont devenus silencieux. Seuls les traitres jouent les premiers rôles. Je me demande où sont les philosophes les historiens et.c Pour rappel on ne souvient même plus de blondin DIOP qui est venu sacrifier sa vie dans la prison de gorée. Aucun des intellectuel de cette époque n'a voulu se souvenir de lui. C'est triste un pays ou l'argent a fini de polluer les âmes c'est pas étonnant. Même les intellectuels ont démissionné.

5.Posté par COUMBATINE le 26/10/2009 17:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Relativement à la posture historique de monsieur Mbaye Jacques DIOP et d'une manière générale à l'interprétation actuelle de notre Histoire nationale, il y beaucoup à dire, beaucoup à démentir, trop à rectifier.

Vous dites que ce sont Valdiodio NDIAYE et Ibrahima SARR qui ont accueilli le général de Gaulle à la Place Protet, actuelle Place de l'Indépendance.

Mais si vous consultez les archives cinématographiques de l'événement - ce que j'ai eu la chance de faire à l'INA de Paris-vous verrez que ce sont Valdiodio NDIAYE et Boubacar Obèye DIOP qui étaient sur le podium pendant le discours de Valdiodio.

Ce n'était pas un fait anondin ou ordinaire mais le déroulement d'un processus pour que rien ne vienne interrompre ce discours dont l'achévement n'était pas certain.

Où donc étaient les porteurs de pancartes?

A la vérité, les détenteurs encore vivants de cette part de notre mémoire collective et les grands historiens de notre Histoire ,s'ils ne la contrefont, se complaisent dans un silence coupable mu par des intérets bassement égoïstes.

Dans une société, quand les derniers deviennent premiers par confiscation et capture, c'est l'avénement des contre valeurs et la mort de l'éthique.

A la vérité, nous devons avoir le courage de procéder à une relecture objective de notre vie nationale pour, comme l'annonce si bien l'illustre Cheikh Ahmed Tidiane SY Al Makhtoum, procéder au lavage pacifique du pays avant d'être contraint de le laver par le sang.

Nul ne peut falsifier notre Histoire nationale grace à la vigilence de nos excellents archivistes dont Saliou MBAYE est le pionnier et qui sauvegardent jusqu'ici notre mémoire collective dans divers supports et en divers lieux.

Plus encore, en dehors de DIEU, nul ne peut détruire notre cher vieux pays, le SENEGAL.

La raison et la vérité finiront toujours par triompher.

COUMBATINE.

6.Posté par Gaye le 26/10/2009 18:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dont acte!
Vous avez certainement raison sur la personne de Obeye Diop en lieu et place de Ibrahima sarr. Par contre, ma certitude , c'est bien Valdiodio qui avait prononcé le discours devant De gaule.
Ce que nous aimerions bien savoir pour l'éclairage justement de nous tous par contre, c'est ce que disent exactement, les archives du Sénégal sur les véritables porteurs de pancartes et précisément sur Mbaye Jacques Diop et sa place dans cette entité à l'époque.
Nous vous remercions pour la précision et souhaiterions vivement, que les précieux documents gardés à l'INA, une copie nous soit transférée aux archives nationales.

7.Posté par salam le 26/10/2009 22:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


J'ai toujours regardé avec la plus extreme réserve l'agitation de Mr Mbaye Jacques Diop, voire une certaine méfiance quant à son role à l'occasion de la visite du général de Gaulle à Dakar, le 26 aout 1958. Agé de 23 ans à l'époque et membre du parti de senghor qui pronait ouvertement l'ancrage du Sénégal à la Communauté et appelait à voter Oui au référendum, je ne vois pas comment il pouvait jouer un role significatif dans l'accueil hostile qui a été réservé à de Gaulle. Et puis, n'est-il pas suspect d'avoir attendu plus de 30 ans pour se souvenir d'avoir été un porteur de pancarte ? Oui, Messieurs Niang et Gaye ont raison bien que tardivement de crier le holà et de faire cesser le massacre. Et les historiens et les témoins ont un devoir moral de réagir pour mettre fin définitivement à l'imposture. y en a marre de cette récupération politique puérile et agaçante.

8.Posté par Ibrahima Koné le 27/10/2009 12:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci Moctar Fofana Niang et Mandiaye Gaye, NOUS AVONS BESOIN DES GENS COMME VOUS POUR QUE DES PROFITARDS NE PROSTITUENT NOTRE HISTOIRE. QUE LES ACTEURS ET TEMOINS DE L'HISTOIRE ECLAIRENT LE PEUPLE.

9.Posté par le citoyen le 27/10/2009 12:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il faut par ailleurs dire à mbaye sacques qu'il ferait mioeux de fabriquer de nouvelles pancartes pour dire non au régime dictatorial et corrompu de wade;là ilfera réellement oeuvre utile au lieu de ous pomper l'air avec ses pancartes usurpées;l'homme n'a jamais eu la sympathie des sénégalais du fait de sa roublardise;seuls certaines jeunes et vieux militants alimetaires de rufisque le supportent encore!il doit faire oeuvre utile pour rufisque qu'il a détruit et auprès de son nouveau maître ou se taire définitivement;des hommes de la race de me sacques sont nuisibles à notre société

10.Posté par le Niorois le 27/10/2009 19:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci et Merci.
Étant jeune intellectuel, je me suis toujours préoccupé de savoir comment Diop Mbaye Jacques,jeune partisan de Senghor, a pu jouer un rôle prépondérant à l'accueil de De Gaule. Je me suis dit peut être, comme tous les militants folkloristes, il y était pour soutenir son parti et applaudir le oui de Valy Mbandia , mais pas pour dire pas pour dire non. Aujourd'hui je suis édifié. j'incite alors les intellectuels contemporains des usurpateurs et parvenus de les rappeler à l'ordre.

11.Posté par Colonisé le 29/10/2009 17:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Aujourd'hui, par la faute des Mbaye Jacques Diop et autres Ablaye Wade, nous regrettons la colonisation française.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image