leral.net | S'informer en temps réel

A la classe politique du Sénégal, pour un minimum de consensus et pour éviter de prendre le peuple en otage

Le 25 mars 2012, notre pays, le Sénégal venait de vivre sa seconde alternance en l’espace d’une dizaine d’année, après une série de péripéties, avec la candidature honteuse et le waxx waxxéét du Président Wade. Une candidature validée dans des conditions encore honteuses, et qui aura coûté au peuple sénégalais, au moins 15 pertes en vies humaines, sans compter les autres victimes indirectes de cet épisode. Paix à leur âme !!


Rédigé par leral.net le Lundi 15 Avril 2013 à 10:32 | | 1 commentaire(s)|

A  la classe politique du Sénégal, pour un minimum de consensus et pour éviter de prendre le peuple en otage
Les mobilisations sociales et citoyennes depuis la journée historique du 23 Juin qui avaient fini par avoir raison du clan des « Wade et ses Wadayons ». Cette seconde alternance a eu lieu sous les auspices des « Assises nationales », qui avaient formulé de grandes recommandations pour opérer de profondes ruptures dans la gouvernance et dans la façon de faire la politique. L’élection du Président Macky, lui –même victime de l’ostracisme de son ex maître Wéddii, élection sur le programme de Yoonu Yokkuté, s’est faite sous une ère d’espoir et de souci de rupture. Ainsi, comme en 2000, dans une moindre mesure, les attentes et la demande étaient très fortes au soir de la proclamation des résultats du second tour de mars 2012.Le Président Macky Sall, qui venait de gagner ces élections, avec la Coalition « Benno Bokk Yaakaar » a tout de suite entrepris une série de premières mesures dont la diminution des prix des denrées de première nécessité. La question des biens mal acquis est ensuite venue s’ajouter aux mesures de rupture et de changement. Le problème de l’école.
Mais, depuis un certain temps, il faut constater que le consensus qui devait être consolidé est plutôt entrain de s’estomper. De plus en plus, les débats se font bas et ce sont des invectives, des injures, des attaques malsaines qui se font entendre tous les jours à travers la presse. Et comme le disait un commentateur ces derniers jours « La mouvance présidentielle est en péril. Les différents responsables de BBY ne ratent aucune occasion pour s’entre déchirer. » S’il vous plait, ne « singer » pas Me Wéddii ! Oui, lui qui avait utilisé toutes les subterfuges pour casser la coalition qui l’avait amené au pouvoir, sous la complicité de certains de ses lieutenants ! Lui qui a réussi à diviser en deux, tous les partis politiques de la Coalition de 2000, à défaut de les faire fondre dans son parti des démons sataniques, (PDS) ou de les faire aligner sur le départ de la fameuse « génération des commissionnaires 15% ».
Ce n’est pas le moment !! Car les attentes des populations sont énormes ! Vous devez vous rappeler que «La coalition BBY est porteuse d’un Espoir de tout un peuple ; ce peuple qui a fait beaucoup de sacrifices pour pouvoir balayer le régime des Wadayons. La coalition est aussi porteuse selon les propos des organisations de femmes qui y participent d’un projet de changements, de rupture dans la Gouvernance, d’un projet d’une société de prospérité, pour accompagner le Président Macky Sall sur la demande sociale, l’amélioration et la modification du format de notre école, la gestion des inondations dans un contexte de changements climatiques, la cherté de la vie, dans un contexte de mondialisation néolibérale

en crise ; la lancinante question de l’emploi des jeunes, dans un contexte mondial de chômage même dans les pays dits développés .
Que celles et ceux qui souhaitent rester dans la coalition le fassent avec un minimum de sincérité, de confiance mutuelle, de loyauté, et du respect de la parole donnée au peuple sénégalais à un moment historique très difficile, mais déterminant.
Mais, il faut en même temps que les cadres de l’APR, ne soient amenés à casser la Coalition, en voulant pousser au dehors des partenaires à qui ils voudraient prendre des places ou des postes. Il est tout de même possible d’envisager une formule de participation aux élections locales de 2014, sans pour autant se donner en spectacle aux yeux du monde. Encore que, dans les ruptures annoncées au soir du 25 mars 2012, il était attendu de reconsidérer les élections locales, qui en vérité, sont et devraient restées des élections citoyennes, qui permettent aux populations des collectivités de choisir sans interférence leurs élus, à l’heure de la 3eme phase de la décentralisation au Sénégal. Le président Sall doit sonner la fin de la récréation, pour arrêter la cacophonie, la confusion qui s’installe, à juste un an de gouvernance ; je ne dis pas de règne, car personne ne peut régner au Sénégal ; mais il est possible de gouverner, dans une démarche de transparence, de participation citoyenne, de gestion intègre des ressources et des biens.
Et pendant que la confusion tente de s’emparer de la retenue, de la confiance entre alliés, voilà qu’on nous annonce que les Honorables Députés se préparent à une fronde pour que les véhicules achetées leur soient données. Mon œil ! « Les députés prépareraient une fronde au niveau de l’Assemblée nationale. Ces derniers voudraient, à l’image de Me Abdoulaye Wade qui offrait gracieusement les 4x4 aux députés de la 10e et 11elégislature, contraindre Macky Sall à suivre l’exemple de son prédécesseur. » Oh !! Honorables !! C’est justement parce que Wade, s’amusait avec les biens de l’Etat, qu’il a été balayé (ce qui explique la tracte actuelle des biens mal gérés, mal acquis, et bien placés dans des paradis fiscaux, loin des caisses du trésor et des impôts.)
Et si la fronde qu’on vous prête se confirme, alors, sachez qu’une autre à l’image de ce mémorable jour d’un 23 Juin, pourrait aussi vous empêcher d’entrer dans vos bureaux de l’hémicycle. Mais, en tant que représentant du peuple, imaginez-vous un seul instant si chaque fonctionnaire, disait que le véhicule de fonction qui m’est affectée doit me revenir ! Imaginez –vous que chaque chauffeur, disent pareil ; que chaque médecin dise le matériel médical mis à ma disposition, doit me revenir par force ! Imaginez –vous que les Assistantes et Secrétaires de Direction disent pareil ! Alors où en en serait le peuple sénégalais que vous représentez ? Il ne faudrait pas verser dans le laxisme de l’ancien régime, où on disait les députés de Wade ! Non, Macky ne voudrait pas je crois que vous soyez ses « Députés, » mais plutôt les Députés du peuple sénégalais qui lui demande des ruptures, des changements. Certains députés pensent que si Macky Sall n’accède pas à leur requête, il récupérera des véhicules 4x4 « Toyota Fortuner » au bord de l’abîme. Je voulais seulement croire que ceci n’est pas ce pensent nos Honorables !!! Sinon, ils nous auront dé- Honorés ! Un an après la victoire citoyenne et politique sur les Wade, ce n’est pas le type de discours ou d’actes que nous attendions. Si les véhicules tombaient en panne, il y a bien un service d’entretien, et de réparation à la charge de l’Etat !
Et c’est tout comme si, partout, une certaine classe politique voulait mettre la pression, sur le Président, par le chantage, la menace, la délation, le complot, etc. Il y a alors danger !!!
Heureusement que, conscientes du danger, les femmes de la coalition tentent d’éteindre le feu ! La réunion qu’elles ont tenu vient renforcer nos espoirs qu’il y a bien des acteurs (trices) déterminées à défendre les intérêts du peuple.
Et c’est pourquoi, nous voudrions rappeler que nous sommes à l’ère des grands ensembles et des Coalitions dans la Gouvernance !
Faudrait-il mettre dans ces rappels, les propos du Chef de l’Etat, qui recommande de faire de l’éthique, la principale arme de travail. Pour que cette seconde alternance soit plus bénéfique au peuple sénégalais, il faudrait travailler à Réinventer la politique, pour garantir l’accès aux biens et services sociaux essentiels, pour marcher ensemble sur le chemin du Yookuté, le programme par lequel le peuple a choisi le 25 mars 2012.
Alors, au nom de ce peuple, faites un minimum de consensus politique pour relever les défis et problèmes auquel il fait face.
Mais, si vraiment les hommes ne sont pas capables de relever ces défis, alors, remettez les gouvernails du Bateau Sénégal aux femmes, qui vous interpellent et vous demandent plus de retenue, de sincérité, et de loyauté !! Et c’est justement ce qui est attendu de vous.



Mamadou Mignane Diouf / Buur Sine/
Membre du Forum social sénégalais / midiouf@yahoo.fr




1.Posté par SO le 15/04/2013 10:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je crois ce message devrait etre lancé aux journalistes qui passent tout leur temps à essayer de mettre les gens les uns contre les autres.
Aulieu de debattre sur des sujets de developpement en allant à l'intereieur du pays chercher les bonnes informations il preferent debattre de jour comme de nuit sur des sujets politiciens.
Ce sont ces journalistes qui creent d'une façon virtuel la crise dans la tête des gens.
Le jour que la presse prendra de la hauteur ce jour la on verra qu'il y aurait un consensus sur les vrais problemes du pays.
Mais les hommes politiques ne repondront q'aux questions que cette presse le plus souvent partisane poserait.
On a vu que si les politiciens sont ensemble il dissertent sur un éclatement imminent et pendant que ces derniers travaillent chacun dans son coin il nous tympanisent sur la necessité d'un consensus.
DONC COMME ON LE VOIT LE VRAI MALADE DANS CE PAYS C'EST NOTRE PRESSE

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image