leral.net | S'informer en temps réel

À la table de Pape Diouf " Mon mariage..... chuuuut !

Pape Diouf nous a donné rendez vous le jeudi 16 janvier dans son appartement à Hann Maristes. il n’est pas difficile de connaitre les lieux. Un artiste n’est jamais un voisin incognito. C’est un de ses frères qui nous ouvre la porte.


Rédigé par leral.net le Vendredi 6 Février 2009 à 01:31 | | 0 commentaire(s)|

À la table de Pape Diouf " Mon mariage..... chuuuut !
Son manager Abdoulaye Diouf suivra interpellant Diop le maire, le photographe de Dakarlife, le sourire en coin.

"J’ai peur de ton engin ! Toujours à l’affût de scènes que personne ne soupçonne, Diop !-sans transition, il pour-suit fatigué, je suis un peu fatigué. Nous venons d’une tournée européenne. Nous avons été constamment sur la route ! ».« Heh Diop ! Grand ! Nous avons un contentieux ! Ta photo houlala !... il a fallu que je m’explique encore ! ». Celui qui tient ces propos avec un large sourire est Pape Diouf. Il est 14 heures passées. Et si l’on repasse sur ses échanges avec Diop, l’on comprend qu’il n’y a rien à comprendre. Juste une affaire de photo avec une fan qui a fait du bruit... Nous laissons Pape Diouf aller se changer après une douche. Il revient avec même allant.

En attendant que le yassa soit servi, notre attention se focalise sur la télévision. Il est question d’un rendez-vous religieux à Diamal. Un petit zapping, nous nous retrouvons en pleine jungle avec un couple de léopards qui se partage une proie. La parabole fait des merveilles.

Nous reprenons l’antenne avec Pape Diouf. Il est distrait par ses deux téléphones qui n’arrêtent pas de sonner.

Parfois, il s’isole : c’est son père qui lui parle. Sa mère aussi se manifeste à l’autre bout du fil pendant notre visite.

Notre hôte interroge du regard. En fait, il n’y a pas de question à poser pour le moment. C’est le concept d’« A la table de... ». Il le sait mais on ne sait jamais avec les journalistes, semble-t-il manifester. Il gigote des pieds. L’artiste n’aime pas les moments de silence. Une habitude, vu que sa demeure est en fait une vraie ruche, des admirateurs ou plutôt des admiratrices défilent.

Nous avons rencontré une coiffeuse qui a fait ses premiers pas au Etats-unis. Une admiratrice venant de Kaolack nous a également trouvé sur les lieux au moment où s’annonçait une autre venant de Gambie. Il reçoit tout ce beau monde avec bonhomie non feinte. Pape Diouf pose des questions au détour d’une émission sur le retour de Idrissa Seck au Pds. Deux invités occasionnels y vont de leur interprétation. Le riz était bon. Cela inspire.

Le chanteur de la "Génération consciente" y est allé à plusieurs reprises de ses compliments à la cuisinière tout en souhaitant ardemment que ses parents à plaisanterie, les Faye ne l’entendent pas. Désolé pour lui, ses réflexions sont diffusées sur quinze mille exemplaires.

La télévision est passée aux clips. Du rap avec une séquence sur des danseuses pas très chaudement habillées. Nous sommes loin de Diamal et de sa spiritualité. Un moment de silence , et Pape Diouf apprécie son slogan sur la génération consciente après le bout de chemin parcouru. « Je l’ai adopté de l’animateur de Radio France internationale Claudy Siar, dit-il. Nous qui venons de la Banlieue devrons donner une image de la périphérie autre que celle de la violence , la drogue etc. Nous sommes encore jeunes mais nous n’oublions pas nos ainés qui nous guident encore afin que malgré le succès, nous n’en n’oublierons pas nos valeurs. Mon père,et d’autres personnes dignes de respect comme Momo Sy, Pape Babacar Diouf, nous suivent encore ». L’artiste ne semble pas grisé par le succès. c’est avec une égale courtoisie qu’il accueille surtout ces admiratrices. Celles qui lui font des avances avec insistance ? Il sourit, réfléchit un peu et nous souligne : « Il y a plusieurs sorte d’amour. Euhh... Mais laquelle qu’en soit la forme, il faut pouvoir gérer cela avec tact ! ». Il s’en ait bien tiré l’artiste. Même tempo sur l’élu de son cœur. « Vous savez le mariage est une affaire de concordance d’étoiles cela se fera avec la volonté divine » affirme t-il.

Dites Pape Diouf, croyez vous que vous allez vous en sortir aussi facilement ? « Grand, j’ai une petite amie, nous avons des projets de vie commune. Les choses ne vont plus tarder. Mais moins j’en dirai , mieux ce sera. Seytané dafa mince vous comprenez le malin immisce rapidement dans les projets affichés. » Bye bye Satan !

Le projet le plus immédiat est celui de l’anniversaire des quatre ans du décès de Ndongo Lô. Nous en sommes à la veille. Pape Diouf à l’occasion nous propose de prier pour lui : une fatiha et onze likhlass... Très ému par cette séquence, il se ressaisit, bonne âme et nous confie le court destin de Ndongo Lô lui permet de relativiser le succès et d’avoir un recours constant à Dieu.

Ndongo Lô qui était son ami et dont leur photo commune trône dans son salon réitère le lien avec une génération... consciente.

Massamba Mbaye

Source:Dakarlife/Galsentv.com






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image