leral.net | S'informer en temps réel

A propos des crises récurrentes dans l’enseignement supérieur. (Serigne Ousmane BEYE)

Depuis quelques temps, l’enseignement supérieur connaît des soubresauts inhérents à l’action d’un groupe d’étudiants qui veulent empêcher le déroulement normal des activités dans les universités du pays, particulièrement à l’Université Cheickh Anta DIOP(UCAD).


Rédigé par leral.net le Mardi 7 Janvier 2014 à 18:59 | | 0 commentaire(s)|

A propos des crises récurrentes dans l’enseignement supérieur. (Serigne Ousmane BEYE)
Ils disent s’opposer aux conclusions des Concertations Nationales sur l’Avenir de l’Enseignement Supérieur (CNAES), notamment à l’augmentation des frais d’inscription.

C’est ainsi que mercredi 18 décembre 2013, la fondation Léopold Sédar SENGHOR, en voulant commémorer les dix(10) ans du décès du Président-poète, avait prévu d’organiser une conférence à l’UCAD II. Le professeur Paulin HOUNTOUNDJI du Bénin devait introduire le sujet, avec comme « Répondant » le professeur Souleymane Bachir DIAGNE.
A la grande surprise de l’assistance, un groupe d’étudiants a fait irruption dans l’amphithéâtre pour interrompre la cérémonie. La raison de leur descente dans ce temple du savoir, est qu’ils n’acceptent pas la présence du professeur Souleymane Bachir DIAGNE à l’UCAD, au seul motif qu’il a présidé les Concertations Nationales sur l’Avenir de l’enseignement Supérieur (CNAES). C’est renversant et triste, justement pour l’avenir de l’enseignement supérieur au Sénégal. Pour ces étudiants, le professeur Bachir Diagne est à l’origine de l’augmentation des frais d’inscription. « LUX MEA LEX », la lumière est ma loi, telle est la devise de l’Université CHEICKH ANTA DIOP de Dakar (UCAD). Dans ce temple du savoir, il faut faire valoir les méninges et non les biceps. C’est une des raisons pour lesquelles, l’on parle d’ailleurs de franchises universitaires.
La question qui mérite d’être posée est : comment peut-on interdire l’accès à l’UCAD au professeur Souleymane Bachir DIAGNE ? Qui fait la fierté de la communauté universitaire. Un professeur émérite qui, après avoir transmis ses connaissances à des générations d’étudiants de son pays, est allé aux ETATS-UNIS, poursuivre ses enseignements. Pour tout ce qu’il a fait dans l’enseignement et la recherche, le pays doit-être fier de lui. Aucun universitaire n’a plus de légitimité que lui, par conséquent, il ne mérite pas ce traitement de la part de ce groupe d’étudiants. Le malheur, c’est que ces derniers ont agi devant un hôte de marque, qui nous vient d’un pays ami et frère, le professeur Paulin HOUNTOUNDJI du Bénin. Où est passée la Téranga sénégalaise ? Quarante huit heures avant cet incident regrettable, c’est le Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, le professeur Mary Teuw NIANE venu pour présider un forum sur le thème Université/Entreprise qui était déclaré persona non grata à l’UCAD. Alors, si le Ministre de tutelle, professeur d’Université, ancien recteur, est interdit d’accès à l’UCAD, cela montre le manque de discernement et de raison de ce groupe d’étudiants.
Les étudiants de l’université Gaston Berger de Saint-Louis (UGB), ont choisi dorénavant une autre méthode, qui est d’organiser des marches pacifiques pour exprimer leur mécontentement et, dans la discipline. C’est le moins qu’on puisse attendre d’un étudiant.




Serigne Ousmane BEYE
Enseignant/Ucad
beyeouse@ucad.sn






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image