leral.net | S'informer en temps réel

A quand la fin de l’épisode des forces du désordre au Sénégal ?

La Police sénégalaise, va-t-elle devenir républicaine avec Pathé Seck? Les fonctionnaires de Police vont-ils arriver, enfin à comprendre, leur rôle de garants de la sécurité des sénégalais? La Police sénégalaise, doit-elle demeurer une institution dirigée par des gens qui n'ont aucune notion du service public, aucun engagement pour servir le peuple sénégalais, sauf si ce n'est de réprimer ? Toutes ces victimes ne peuvent pas mourir, sans réaction, sans justice, sans sanction. Le constat a été sans appel, depuis que Waax Waxeet Wade accéda au pouvoir, en 2000 : l’usage abusif de la force a atteint un summum. Les sénégalais n’avaient pas encore réalisé, que ce vieux traître de Waax Waxeet Wade avait des objectifs « monarchisants » pour le Sénégal. Les responsables de la Police pour des raisons qu’ils doivent expliquer devant les juridictions spécialisées en matière de crimes militaires, ont toujours rayé de leurs missions « la notion d’utilisation raisonnable de la Force ». Nous ne disons pas à la Police de ne pas encadrer et de ne pas faire régner la sécurité. Mais nous déplorons la manière qui ne répond nullement à l’éthique à la déontologie policière.


Rédigé par leral.net le Dimanche 2 Décembre 2012 à 10:46 | | 1 commentaire(s)|

A quand la fin de l’épisode des forces du désordre au Sénégal ?
Depuis la mort de Balla Gaye, le 31 Janvier 2001, les sénégalais épris de justice, veulent comprendre pourquoi, la Police sénégalaise, a choisi de foncer vers le chemin ténébreux « des forces du désordre ». Les responsables de la Police sont allés tellement loin dans leur perversion, concernant la sécurité, qu’ils ont commandé ces deux « camions anti-émeutes » d’Israël. Ces engins qui ne doivent même pas être au Sénégal, ont été commandés pour persécuter le peuple sénégalais en général, et les étudiants de manière particulière. Ces étudiants qui sont fatigués de manifester colère sur colère, revendication sur revendication, sont catalogués comme des apprentis terroristes par ces barons du pouvoir, et les responsables de la Police. Donc, il fallait commander du matériel spécifique pour toujours les terroriser. A défaut de régler les problèmes de survie d’un peuple, le pouvoir libéral avait choisi de le martyriser. Et malheureusement, les responsables de la Police et les conseillers techniques basés au ministère de l’intérieur, en tant que fonctionnaires de l’Etat, avaient suivi cette barbarie rampante.
Un paradoxe inquiétant est en train de sévir au niveau de nos forces de l’ordre : ils ne bénéficient pas d’une formation adéquate, d’une formation réelle, mais ils ont, en leur possession, un arsenal technique qui ne peut être utilisé raisonnablement que seulement si l’on bénéficie d’une formation adaptée. Monsieur le Ministre de l’Intérieur, cela doit être très rapidement maitrisé. La force doit être utilisée de façon raisonnable, en cas d’intervention, pour pouvoir ensuite dire à la population civile « Force restera à la Loi ».
Quand on confie la sécurité des sénégalais à une minorité sans formation, sans encadrement, à une minorité de responsables animée par la chasse-aux-primes, on ne pourra jamais avoir des résultats positifs pour notre sécurité. Des soi-disant cadres qui n'ont d'yeux et de pensées que sur les promotions vers l'ONU, ou vers d’autres missions à l’étranger, ceux-là, ne pourront jamais orienter, comme il se doit, les contingents qui relèvent de leur responsabilité. Une chose est claire, si le Général Pathé Seck ne travaille pas pour l'intérêt du Sénégal, il sera manipulé et encadré par des gens minoritaires qui veulent maintenir la Police sénégalaise dans un état de corruption, de chantage, de réseaux. Beaucoup de jeunes diplômés n'attendent que le fait d'être responsabilisés pour conduire cette Police vers un univers totalement républicain, au service de la Population. Ils ont une ambition noble qui est de supprimer la Police-Guichet du Trésor Public. On parle de Guichet du Trésor Public, parce que la corruption dans la voie publique, comme dans les bureaux, au niveau des commissariats et des postes de Police, est devenue tellement banale qu'on a l'impression d'avoir affaire à des agents du trésor public qui demandent de l'argent à tout bout de champ. Il faut que cela cesse. Comment peut-on expliquer la présence d’insécurité et de raquette au niveau des axes de transports ? Au nom de la corruption entretenue par certains conducteurs et certains policiers dans la voie publique, des centaines de sénégalais meurent chaque année dans nos routes par accident. La, aussi, le ministère des transports et des infrastructures, doit travailler sérieusement avec le ministère de l’intérieur pour éradiquer ce fléau, qui est une grande cause de mortalité au Sénégal. Ça suffit, avec ces morts- provoquées. Oui provoquées parce que les trois quarts (3/4) des véhicules au Sénégal n’ont pas un contrôle technique valide. Davantage de respect pour ce Sénégal pauvre !
Il faut que les policiers aient droit à des formations tous les six (6) au grand maximum. Des formations sur la maîtrise-de-soi, des formations sur la gestion des violences, des formations sur l'accueil du public, des formations pour mieux cerner leur domaine d'intervention et leur mode d'intervention. Il faut qu'on leur fasse comprendre qu'ils sont des agents au service du peuple, qui doivent traiter le public comme des gens qui ont droit à un service bien défini, des gens qui doivent être protégés. Les policiers ne doivent pas être des agents de napoléon ou du Pharaon, nous ne sommes plus dans l'antiquité, ou le moyen-âge, ou à la Période des royaumes. Nous sommes dans une République, chers amis et frères policiers. Il faut que cette Police arrête de semer le désordre au niveau de ses missions.
Un proche parent et ami nous reproche toujours de tirer sur la Police à chaque instant. Nous, nous disons que c’est une alerte seulement, et de façon citoyenne, sur le manque de professionnalisme de la Police Sénégalaise, le manque de formation et de connaissance de sa mission. Comment expliquer vous le fait que le jour de l’audition de Karim Wade, fils de Wax waxeet wade, Il leur a fallu plus d'une heure pour comprendre que ce qui était autour de la caserne Samba Diéry Diallo relevait de leur domaine d’intervention ? Les brigades du secteur ont laissé deux groupes se mesurer depuis le matin, sans envoyer des éléments sur Place. Conséquences, jeunes de l’APR et du PDS ont failli s’entretuer.
Et Tout ceci ne pourrait se faire qu’en ayant le courage d’introduire une un réel programme de formation et d’encadrement de ces agents. La formation d’un fonctionnaire de l’Etat doit toujours, faire partie des éléments qui lui donnent un équilibre, dans l’exercice de ses fonctions.
Il faut aussi le dire, la plus grande responsabilité de cette débâcle de la Police, réside sur le fait que ses responsables ne veulent pas faire avancer cette institution. Ils veulent la maintenir à l'état primitif. La maintenir informelle, en quelque sorte, pour avoir une mainmise et entretenir, en tout temps, et en tout lieu, des pratiques très mafiosi, qui défigurent la Police. Que faut-il penser des responsables de la Police qui n'ont aucune ambition, pour faire de cette Police, un exemple au niveau de l'Afrique. Il faut arrêter avec cette tromperie, avec ce mépris, avec cette irresponsabilité. La déontologie policière n’existe pratiquement plus, et cela est d’une extrême dangerosité.
Cette Police mérite des moyens, et doit être dotée de moyens, à la fois, humains, techniques et technologiques. Il est grand temps aussi que les Politiciens au pouvoir arrêtent d'utiliser cette Police au-delà des avantages qui leurs sont conférés. Ils ont trop introduit de l'impartialité dans la conduite de cette Police sénégalaise. La nomination à des postes de responsabilité au sein de la Police, doit être régie d'abord et avant tout par la compétence et le mérite, et non par les recommandations, les liens amicaux, les retours d'ascenseur, ou les liens familiaux. L'Etat sénégalais a le devoir d'éviter de rendre resauté cette Police. La police en souffre énormément. Donnons à cette Police les moyens qui sont les siens, pour qu'elle puisse devenir républicaine. L’éthique et la déontologie doivent être de rigueur, au niveau de cette institution.
Les nominations du dernier Conseil des ministres montrent clairement une volonté d’endormir les sénégalais et de maintenir notre de programme de sécurité dans un « statut quo ». Tout bouge mais rien ne change ! Ils nous disent que ces gens ont fauté, que ces gens sont incompétents (ce que nous savons déjà), mais ils ne veulent pas changer et sanctionner, mais veulent juste opérer à des changements de poste, à des mutations de manière beaucoup plus claire. Quand on n'est pas bon en défense, on peut être bon en attaque, ou en milieu de terrain (très rigolo).Ou bien laissez-moi je vais peut-être devenir un bon gardien. C'est cela le problème des institutions au Sénégal. Des centaines d'officiers compétents de la Police restent dans l'ombre, voire écartés, pour toujours nous laisser les mêmes gens, les mêmes incompétents qui ont conduit à la débâcle de la Police. Pourquoi ne pas oser changer ces gens? Non c'est grave !!! Toujours une minorité qui ne veut pas faire décoller nos institutions. Voilà un groupe qui contribue à la mal-gouvernance, un groupe d'officiers qui n'a pas pu mettre à l'orbite la Police Sénégalaise. La négociation avec la Police qu'on vous disait depuis plusieurs mois est en train de sortir ses premières conclusions. On protège les responsables et on essaie de camoufler leurs manquements. Désastre Désastre Désastre Desastre Desastre .......Desastreux Oui !
Cependant, nous attendons avec impatience, que les crimes par bavures, ou préméditées, sur des populations innocentes et sans défense, soient soldées par la justice sénégalaise. L’Etat sénégalais doit travailler à ce que ces enquêtes se passent le plus normalement possible. Aussi bien le dossier du Policier Fodé NDIAYE, tué sauvagement à Colobane, que tous les autres dossiers, notamment celui de notre Frère Mamadou DIOP. Nous notons une interférence de quelques réseaux, depuis pas mal de temps, dans l’instruction de ces dossiers des victimes de la barbarie policière. Nous la déplorons et la dénonçons avec une grande énergie. Il faut que l’Etat prenne ses responsabilités pour que la justice puisse régner dans ce pays. Nous n’allons plus jamais accepter ou faire l’économie de l’élimination de l’impunité. Kodé Mbengue, Pape MaFall Ndiaye, Harouna Sy, et beaucoup d’autres fonctionnaires de la Police qui ont constitué ce crime hiérarchique, savent pertinemment qu’ils ont été manipulés et abusés gravement par le clan waax waxeet wade. Ils sont sortis de leur cadre déontologique en voulant protéger et servir l’injustice. Le gouvernement waax waxeet wade s’est arrangé, avec la Police et le Préfet de Dakar, pour décrédibiliser et dissoudre cette manifestation à la Place de l’obélisque, la rendant du coup illégale aux yeux mêmes des responsables confrériques. Harouna Sy et sa ligne hiérarchique ont usé et abusé de la force, y trouvant même une réelle satisfaction de leur libido de forces du désordre jusqu’à attenter à la vie d’honnêtes citoyens. Dame Justice, nous vous attendons de façon responsable et citoyenne, pour enfin tourner la page de l’impunité dans notre Pays. Nous appelons solennellement, à travers ces lignes, Kodé Mbengue à démissionner et ceci pour la grâce de Dieu. Si sérieusement Monsieur Kodé Mbengue vous êtes un homme de justice et de Vérité, comme ne tarissent pas d’éloges sur vous, quelques-uns, nous on vous dit alors, déposez votre démission pour ne pas faire durer le suspense, ou bien même la mascarade ainsi que toute la ligne hiérarchique. Vous avez failli à votre mission chers officiers, et vous avez tué, blessé et torturé vos enfants, frères et cousins etc. Vous rappelant du coup, les célèbres vers de Khadimou Rassoul : « Le règne de l’erreur est d’un instant, celui de la Vérité perdurera jusqu’à l’heure. La vérité s’éternise, alors que l’Erreur, même au paroxysme de la célébrité, finit par s’évanouir et déchoir ».
Nous osons croire que la justice sénégalaise ne validera plus jamais l’injustice dans ce cas précis de crime parfaitement organisé à l’endroit de dignes citoyens sénégalais. Nous osons croire que la justice va lourdement sanctionner, après presque dix (10) mois d’attente, cette barbarie policière. La violence policière ne peut demeurer une norme dans ce pays.
Que la Grâce de Dieu soit sur notre Cher Sénégal. Que DIEU Le Tout Puissant veille sur la Sécurité et Justice sénégalaises.
Gorgui DIOP frère et condisciple de Mamadou DIOP



1.Posté par Nouveau site dnformation le 02/12/2012 12:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

VOUS POUVEZ DEVENIR LE MEILLEUR EXPERT EN RELATION INTERNATIONALE. TELECHARGER LA REVUE QUOTIDIENNE DE LA PRESSE INTERNATIONALE SUR :

www.senegal60.com

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image