leral.net | S'informer en temps réel

AFEME : LA JOURNEE PANAFRICAINE DES FEMMES CELEBRE SOUS LE SIGNE DE LA PARITE

A l’image de beaucoup de pays africains, le Sénégal a célébré le 31 Juillet passé ,la Journée Panafricaine des Femmes. L’AFEME (l’Association des Femmes de la Médina) n’a pas voulu être en reste. Elle a organisé sa 4éme Edition « Sargal Jigeenu Médina » à son siége social situé à la Rue 27/30, sis dans ce même quartier.


Rédigé par leral.net le Mardi 3 Août 2010 à 11:00 | | 0 commentaire(s)|

AFEME : LA JOURNEE PANAFRICAINE DES FEMMES CELEBRE SOUS LE SIGNE DE LA PARITE
L’édition 2010 de la Journée Panafricaine des Femmes est célébrée, ce week-end par l’Association des Femmes de la Médina (AFEME , en acronyme ).Organisée devant son siége situé sur la Rue 27/30, la rencontre a vu une mobilisation forte des membres et autres sympathisants de la structure féminine. D’autres organisations de femmes ont aussi honoré de leur présence l’événement : le Cosef, le Réseau Siggil Jigeen etc. A en croire sa Présidente, Madame THIOUNE Yacine NDIAYE : « Nous sommes en 2010, à notre 4éme édition .Nous avons un point de vue sur des questions comme la Renaissance africaine. Le panafricanisme ne peut pas marcher si l’on néglige la gent féminine. Par la tenue de ce Sargal, nous voulons rendre hommage à certaines femmes leaders au niveau national. Nous voulons cultiver le sens du civisme au sein des femmes, leur faire émerger une prise de conscience tout en prenant en compte la cible jeunes filles .Et depuis la 1ére Edition, nous notons une forte adhésion de personnes dans l’association ». Se prononçant sur le concept de la parité en vogue dans le pays, Mme THIOUNE de faire savoir : « Il y a un piége certain dans cette parité. Elles ne visent qu’aux fonctions politiques. Aujourd’hui, les femmes doivent se perfectionner car, par exemple, au niveau de certaines collectivités locales beaucoup d’entre elles ignorent les règles de procédures. La question de la terre, n’en parle pas ! Voilà des défaillances que nous avons l’impérieux devoir de juguler ».
Rappelons que durant cette rencontre, la vie et l’œuvre de vaillantes femmes ont été visitées, et notamment, celles de la malienne Aoua KEITA.

Ibrahima NGOM leral.net






Hebergeur d'image