leral.net | S'informer en temps réel

APIX, le cap suivant


Rédigé par leral.net le Mercredi 25 Septembre 2013 à 19:32 | | 0 commentaire(s)|

Stratégie orientée Client

Après avoir salué l’heureuse idée du Président Wade de mettre en place une agence

chargée de promouvoir les investissements au Sénégal (APIX) et l’excellent travail

d’organisation structurelle et de mise en orbite réussit par les anciens Directeurs Aminata

Niane et Diène Farba Sarr, l’APIX gagnerait à s’attaquer au cap suivant: une réorientation

du management stratégique axée sur le Client (Investisseur). Tout en consolidant les acquis

qui ont fait du Sénégal sur le plan de son environnement des affaires, l’une des destinations

les attractives dans les Zones UEMOA et CEDEAO, il reste maintenant pour l’APIX, à

être beaucoup plus agressive sur le plan de sa stratégie marketing, relations publiques et

communication d’influence, sur les marchés mondiaux et sur les radars des investisseurs

internationaux (Multinationales systémiques), pour un meilleur positionnement et une

meilleure visibilité de ‘’l’Offre Sénégal’’ sur les marchés mondiaux et régionaux pour mieux

vendre la destination Sénégal, avec nos avantages concurrentiels et compétitifs qui font la

différence quand toute somme est égale par ailleurs.

Cependant, le Sénégal, à travers l’APIX, devrait avoir une claire lisibilité sur ses priorités

stratégiques et sur ses dynamiques sectorielles en vue de s’aligner sur les secteurs les

plus pourvoyeurs d’emplois pour l’économie nationale. Le Sénégal se doit également

de bien choisir pour sa structure économique et sur le log terme, le niveau d’insertion et

les fragments de chaînes de valeur les plus pertinents pour s’insérer dans la nouvelle

division internationale du travail, pour tirer parti de la mondialisation qui est finalement, un

morcellement et une totalité qui exige d’avoir une double présence: ici et là-bas.

Car, nos deux zones (EUMOA et CEMAC) intéressent de plus en plus les investisseurs

internationaux que les Zones de la SADC, CEMAC et de l’UMA, parce qu’elle est plus

intégrée (même monnaie ‘’FCFA’’, même langue officielle ‘’Français’’, même code des

affaires ‘’OHADA’’, plus ou moins les mêmes codes écrits et diffus dans les relations

interpersonnelles, les mêmes cultures et valeurs en matière de business).

En ce sens, le moment est venu pour le Sénégal et pour l’APIX, de passer d’une stratégie

jusque là axée Concurrent (Pays) vers une stratégie orientée Client (Investisseur), pour

mieux attirer la liquidité locale comme étrangère en quête de fraicheur. La transition d’une

stratégie axée Concurrent (défensive) vers une stratégie orientée Client (offensive) se justifie

par le fait que d’ici à 2020, l’Afrique est et sera la destination et la direction de la croissance

économique mondiale. Aujourd’hui, la question n’est plus de savoir est-ce qu’il faut investir

en Afrique mais comment y être, et au plus vite. Et dans cette ruée vers l’Afrique, le premier

déterminant du choix d’investissement des capitaux étrangers reste la zone géographique,

pour des questions de stabilité, d’économie d’échelle et de marché. Et c’est dans ce sens

que le Sénégal intéresse de plus en plus les capitaux étrangers du fait de notre double

appartenance à deux zones économiquement prometteuses (UEMOA et CEDEAO), et

du fait de ce ‘’plus’’ pour le Sénégal qui fonde ses avantages comparatifs sur les autres

pays de la Zone UEMOA et CEDEAO: sa stabilité économique et politique et sa situation

géographique, même si nous devons faire mieux en termes de maitrise de l’énergie et de

formation d’une main d’œuvre qualifiée (cadres intermédiaires et techniciens).

Ainsi, depuis le début des années 2000, nos Etats respectifs se sont livrés à une course

contre la montre pour offrir à ces capitaux étrangers, le meilleur environnement des affaires

possibles dans leurs aires géographiques respectives. Cette stratégie essentiellement

axée sur le(s) Concurrent(s) a eu un effet pervers avec comme conséquence, d’importants

manques à gagner (dépenses fiscales) pour nos Trésors publics et de larges avantages

en nature (foncier, ressources naturelles) octroyés aux investisseurs qui n’ont pas souvent

produit l’effet escompté en termes d’investissements.

A cet effet et sous ce rapport, il nous semble que trois secteurs cibles seraient

particulièrement profitables à notre l’économie nationale, en termes d’employabilité et de

croissance du PIB, et qui mériteraient une attention toute particulière de la part de l’APIX

pour promouvoir les investissements au Sénégal: le secteur Industriel (industries extractives

et Agro-industrie), le secteur Touristique (tourisme balnéaire et tourisme d’affaires) et le

secteur Artisanal (artisanat de production, artisanat d’art et artisanat de service).

Mohamadou SY ‘’Siré’’ / siresy@gmail.com

CEO ‘’Epsilone Consulting’’, stratégie & management

Casablanca, Maroc

NB: Les 12 déterminants dans le choix d’investissement des capitaux internationaux.

1-La Stabilité économique

2- La Stabilité politique

3-Le Coût des matières premières

4-Le Marché local

5- La Transparence de réglementation commerciale et cadre juridique

6- La Disponibilité d’une main d’œuvre qualifiée

7- Les Coûts de la main-d’œuvre

8- La Disponibilité des fournisseurs locaux

9- La Qualité de la vie

10- Les Accords bilatéraux et traités de double imposition

11- Ensemble de mesures incitatives

12- Le Marché des exportations






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image