leral.net | S'informer en temps réel

APR, un désordre sans frein, ni fin ?


Rédigé par leral.net le Mardi 9 Mai 2017 à 18:56 | | 0 commentaire(s)|

A y regarder de plus près, on découvre que l’Alliance pour la République (Apr) tangue dangereusement. Les partisans du président ne doivent pas faire de la morale un élément de leur projet mais le sens même de leurs actions.Ils mettent le président dans une mauvaise posture car, à force de se larguer des mûres et des pas vertes, les Sénégalais vont se lasser, comme le prédit Abdou Aziz Mbaye,conseiller à la Présidence.
 
 
Invité sur la tribune du «Grand Jury» de la RFM, hier, l’ancien directeur de cabinet du président Macky Sall a abordé la crise au sein de l’Apr. Abdou Aziz Mbaye fustige, particulièrement,certains comportements au sein du camp présidentiel qui, selon lui, prêtent à confusion et déteignent sur les véritables enjeux qui attendent le parti. «Il faut savoir qu’on a besoin de gagner des élections en 2017 et en 2019.
 
 
L’heure n’est pas aux batailles du genre. Il faut rappeler à Macky Sall que les bilans économiques ne retiennent plus pour autant les Sénégalais, si ce n’était que cela, Abdoulaye Wade ne serait pas battu ; il faut encore et surtout un bilan moral», alerte M. Mbaye. Au Sénégal, beaucoup de nos pères et de nos mères n’ont jamais été élus. Ils ont toujours vu la politique «comme un sac d’emmerdements». L’appréciation du diplomate et ministre conseiller de Macky Sall, apparaît comme une lueur dans une nuit sans fin. Un régime politique, ça s’organise. Une vie politique, ça s’organise.
 
 
Folle corrida

Le problème au niveau de l’Alliance pour la République (Apr) est que les responsables ne savent pas quoi faire de leur mandat ou de leur nomination à des responsabilités qui engagent l’image et l’identité de notre pays. La corrida entre Moustapha Diakhaté, Aliou Sall et Yakham Mbaye, la sortie virulente du député Moustapha Cissé Lo à l’encontre de ses frères de parti, les échauffourées d’hier à Bambilor lors d’un meeting organisé par le maire Ndiagne Diop et le ministre Oumar Guèye, Abdou Karim Sall, responsable des cadres apéristes à Pikine, qui dénonce que Mankoo Taxawu Senegaal est entièrement dévolue au chef de l’État et à personne d’autre.

«L’opposition n’est investie d’aucun pouvoir par les Sénégalais pour utiliser cette appellation», a indiqué, samedi, le responsable politique de la majorité lors d’un meeting de ralliement qu’il présidait à Thiaroye. L’interdiction à un combat fratricide entre le Président du Groupe parlementaire majoritaire à l’Assemblée Nationale (Moustapha Diakhaté) et un Ministre du Gouvernement de la même majorité (Yakham Mbaye) avec comme motif, les contorsions politiques du Maire de Guédiawaye (Aliou Sall), au demeurant frère du Président de la République... Tous du même bord. Tous du même parti, l’APR. Tous en charge de conduire, chacun à son niveau, le Sénégal, notre pays à tous, vers le développement et la prospérité».

Pieds dans le gaz

Macky Sall et l’Apr ont les pieds dans le gaz de schiste. Un responsable politique des Yvelines, en France disait: " chaque fois que vous verrez un homme politique qui vous parle de morale,vous pourrez être certain qu’il en est dénué" .Aujourd’hui, comment les citoyens sénégalais ne redouteraient-ils pas d’affronter les forces économiques et politiques qui ignorent ou brident leurs aspirations ?

Pour que la liberté de chacun brise de trop pesantes contraintes, pour que la marche à l’égalité élimine d’odieux privilèges, pour que l’esprit de fraternité supplante le règne des « faucons » dans la jungle de l’affairisme, pour que la justice imprègne toute la société, pour que la soif de culture l’emporte sur les appétits des marchands, oui, pour atteindre ces objectifs ambitieux, la lutte ne sera pas rude pour ce peuple qui a goûté les saveurs de l’alternance démocratique. "La Politique ce n’est pas l’habileté à piéger ses adversaires pour les mettre en prison. Ce n’est pas non plus humilier ses collaborateurs. La Politique c’est un Art. Cela peut être beau".

"L’Histoire regorge d’épopées en la matière. La mémoire des peuples s’en nourrit. A contrario, les poubelles de l’Histoire regorgent de dictateurs vomis par leurs contemporains.On chante Lumumba! Qui parle encore de Mobutu ? On célèbre Sankara ! Blaise, ancien Chef de l’Etat du Burkina Faso rase les murs en Côte d’Ivoire.... Comprenne qui pourra!", nous apprend Amadou Tidiane Wone. Sans doute, le président Macky Sall va reconduire la rencontre extraordinaire du Secrétariat Exécutif de son parti convoquée vendredi dernier. L’alerte de Abdou Aziz Mbaye en est une, vraiment. L’Apr a déserté le camp de la morale.
 
Abdoulaye DIOP
Senbusinet
 
 








Hebergeur d'image