Leral.net | S'informer en temps réel



APRES LE SOUTIEN EXPRIME A LAURENT GBAGBO Malaise au Parti socialiste

Rédigé par (Plus d'informations demain sur leral .net) le 7 Décembre 2010 à 21:48 | Lu 881 fois

Le Parti socialiste est dans le malaise. La sortie de Me Jacques Baudin qui a exprimé le soutien du Parti socialiste sénégalais à Laurent Gbagbo, a plongé le parti de Ousmane Tanor Dieng dans l’émoi. Outre le malaise que cette question a pu créer au sommet de la formation socialiste jusqu’à pousser le Bureau politique à en faire un point essentiel de l’ordre du jour de sa réunion, mercredi prochain, le soutien ou non de Laurent Gbagbo anime les discussions privées entre militants désabusés.


APRES LE SOUTIEN EXPRIME A LAURENT GBAGBO Malaise au Parti socialiste
Déjà dans la matinée du samedi, au lendemain du coup de pouce du Ps sénégalais, annoncé par Me Baudin au président sortant ivoirien, des voix discordantes se sont manifestées un peu partout. Dans un restaurant de Dakar, nous avons surpris des échanges agités entre des responsables socialistes portant sur la sortie de l’ancien ministre des Affaires étrangères sous Diouf.
«Personne n’est habilité à prendre une position pareille alors que les instances du parti ne sont pas encore prononcées», défendait un ancien député. Il était soutenu par un socialiste assis à côté de lui. Mais en face, un autre responsable défendait le contraire et tentait, disait-il, de comprendre la sortie de Me Baudin. «Un porte parole ne dit que ce qu’on lui demande de dire», argumentait-il. Sans convaincre l’ancien parlementaire : «Un porte parole ne peut et ne doit qu’exprimer la position du parti et les instances ne se sont pas encore réunies. Il n’y a pas de position officielle du parti socialiste», tranche-t-il.
Dans l’après midi, Abdou Aziz Tall, ancien Directeur de Lonase est venu enfoncer le clou en exprimant, dans les media, une position contraire à celle de Me Baudin. L’ancien responsable socialiste, qui milite désormais dans les mouvements citoyens estime que la présidentielle ivoirienne figure parmi les plus chères au monde. « Les partisans de Gbagbo ne peuvent pas empêcher à la Commission électorale indépendante de proclamer les résultats en déchirant devant les cameras de la télévision les résultats et dire que la Cei n’a pas respecté le délai qui lui était fixé». Pour M. Tall, les deux parties étaient d’accord pour que le scrutin soit certifié par l’Onu. «Je ne sais par quelle gymnastique juridique, on peut faire perdre Ouattara, qui avait près de 12 points d’avance sur le président sortant », dit-il.
A son avis, l’appartenance à la même famille socialiste ne peut justifier la position du Ps. «La crédibilité de cette formation est entamée par cette position incongrue. Et si on laisse passer cette forfaiture de Gbagbo, il n’y a plus lieu d’organiser des élections en Afrique puisque tous les présidents vont s’engouffrer dans cette brèche », soutient le conseiller en management, par ailleurs diplômé en sciences politiques.
S’exprimant sur la question, la maire de Louga, Aminata Mbengue Ndiaye, comprend la sortie de Jacques Baudin. «Nous sommes de la même famille socialiste. Le président Wade a soutenu Ouattara et personne n’a trouvé à redire», soutient le membre du Bureau politique socialiste. «Il faut que tout le monde joue le jeu en Côte d’Ivoire. Aussi bien Gbagbo que Ouattara. Et puis Tanor n’a pas fait de déclaration, il s’agit plutôt d’une sortie de Me Jacques Baudin», se défend-elle. Alors, le Ps se désolidarise-t-il du maire de Diourbel ? «Je n’ai pas dit cela», répond Aminata Mbengue Ndiaye qui dit attendre la prochaine réunion du Bureau politique.
Abdoulaye Elimane Kane, ancien ministre et membre de l’instance suprême du Ps ne s’entoure pas, lui, de détails. Très laconique, l’ancien porte-parole du Ps tranche : «Je ne peux pas me prononcer. J’attends la réunion du bureau politique».
Comme à son habitude, Abdoulaye Willane, le jeune maire socialiste de Kaffrine, est plus prolixe. «En réagissant de la sorte, ceux qui ont réagi, dont Me Baudin mettent le Ps dans une situation de gêne. Car il n’y a pas encore de position du Ps», souligne A Willane. Et d’ajouter, très nuancé : «nous prenons acte de la situation délicate, préoccupante et inquiétante qui prévaut en Côte d’Ivoire. Au delà des simples regrets, en tant que démocrate et homme politique africain, je suis déçu car au terme du débat entre les deux candidats, j’étais fier. Je m’attendais à une hauteur de vue, un don de soi de part et d’autre, mais finalement, ce que nous avons vu prouve que les gens ont très vite espéré sortir du tunnel. Alors que se poursuit la dramatique et ténébreuse nuit ivoirienne», relève le jeune responsable socialiste. Selon lui, «les ressources de l’humanité regorgent d’intelligence, de tact, de dignité, de capacités managériales et de négociations qui doivent permettre de comprendre la délicatesse de la crise ivoirienne. Je crois en l’homme, on a connu deux guerres mondiales, des génocides, mais les ressorts ne manquent pas pour faire aboutir la paix».
Abdoulaye Willane n’en relève pas moins que la sortie de Jacques Baudin agite son parti. « Depuis hier (samedi, Ndlr), des réactions de militants du Parti socialiste, de citoyens sénégalais et de l’opinion publique nationale en général, nous parviennent pour se préoccuper des positions exprimées par certains responsables du Parti sur la situation en Côte d’Ivoire suite à la publication des résultats du deuxième tour de l’élection présidentielle».
Il place cette situation dans le cadre de «la démocratie interne (…) qui autorise chaque responsable et chaque militant, à exprimer des positions personnelles sur toutes les questions». Mais, tient-il à rassurer : «aujourd’hui comme demain, le Parti socialiste s’engage à œuvrer pour l’avènement de la démocratie en Afrique et pour l’ancrage définitif, avec toutes les patriotes et démocrates de notre pays, d’un système électoral fiable et crédible comme recommandé par nombre d’instances internationales». Si ce n’est pas remettre de l’ordre dans la sortie de Me Jacques Baudin, cela y ressemble fort bien. Le maire de Diourbel s’est pourtant clairement exprimé «au nom du Ps et de son secrétaire général.»

SOURCE: Le Point du Jour Abbou SALL


1.Posté par Deugrek le 08/12/2010 09:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


PS vous ne changerez jamais!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Wérououououou ngén yéna tagué sén bopp.
Vous etes foutus beaucoup de sénegalais vous ont tourné le dos à cause de cette déclaration aux antipodes des principes de la morale te de la democratie.
ay deueuum ngéén dolén changer je suis déçu!!!!!! moi qui me disait que vous avez pris le bon bout à l'opposition.

2.Posté par ndiaya le 08/12/2010 11:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

COMMENT QUELQU UN QUI A CONDUIT LE PS A LA DEFAITE AVEC TOUS LES MOYENS PEUT IL DEMAIN SANS MOYENS CONDUIRE CE PARTI A LA VICTOIRE. TANOR NE PENSES QU A SA POCHE AVEC SES NOMBREUSES FEMMES ET LES A COTES. IL AIME LE SEXE ET IL LUI FAUT DES GENS COMME GBAGBO POUR LE FINANCER.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site