leral.net | S'informer en temps réel

ARTS ET –LITTERATURE Aminata Sow Fall s’installe au Cirlac

Le Centre International d’Etudes, de Recherches et de réactivation sur la littérature, les Arts et la culture (Cirlac) est la nouvelle résidence culturelle de l’écrivain Aminata Sow Fall. Elle a construit le Cirlac à Sanar sur fonds propres estimés à environs 360 millions de franc Cfa. Face à la presse, la Saint-Louisienne a annoncé son nouveau livre. Situé dans un cadre convivial, le Cirlac est composé de 3 salles de conférence, 2 appartements, 26 chambres équipées et une cafétéria. La résidence culturelle se situe à 10km de Saint-Louis du Sénégal, au nord du pays.


Rédigé par leral.net le Lundi 25 Octobre 2010 à 08:31 | | 1 commentaire(s)|

ARTS ET –LITTERATURE Aminata Sow Fall s’installe au Cirlac
Le Centre International d’Etudes, de Recherches et de réactivation sur la littérature, les Arts et la culture (Cirlac) est la nouvelle résidence culturelle.il prend le relais du Caec (centre africain animation et d’échanges culturels). Il se situe à Sanar 10km après la ville de Saint-Louis du Sénégal. Le Cirlac se veut un pôle dynamique d’échanges, de recherches et de créativités. C’est un espace de loisir, d’études et de réflexions avec une maison d’accueil de deux appartements, 26 chambres équipées et une cafétéria. Ce nouveau bijou a couté à l’auteur de « La grève des Battu » une somme d’environs 360 millions de nos francs.

L’enseignante, écrivain livre ses sentiments « Tout le bonheur que je ressens pour le monde de la culture, le Cirlac est une œuvre de longue haleine qui était dans mon coeur. Son histoire a commencé en 1987. Je suis satisfaite aujourd’hui de remplir le besoin du ventre. Mon choix personnel c’est d’écrire un livre ». Et madame Sow d’ajouter« André Maquin est venu ici au Cirlac, ça m’a guéri. C’est un réel plaisir pour moi et un bonheur pour l’Afrique ».

Selon la fondatrice du Centre africain animation et d’échange culturel (Caec) « Le développement n’est pas la seule satisfaction des besoins alimentaires. Le développement intégral de l’être humain, doit concerner également la culture. La culture, c’est nous, c’est l’homme. Si on n’a pas la culture, d’éducation, de valeurs propres on en adopte d’autres qui peuvent nous pervertir. Elle est le socle de l’existence et du développement ». Selon l’initiatrice du projet, la structure est dirigée en collégialité avec des professeurs titulaires, sociologues et des philosophes. Les recettes du centre vont rester à l’intérieur pour d’autres activités culturelles ».

A propos de financements, Aminata Sow Fall fait savoir qu’elle n’a pas reçu de soutient de l’Etat « Le Cirlac je l’ai construit avec les moyens des bords. Cela m’a gouté énormément cher. En 1987, quand j’avais l’idée du Caec, j’avais dis à Diouf (Abdou Diouf, l’ancien président de la République, ndlr), que je vais me débrouiller. C’était la meilleure manière de me tester » soutient-elle.

« La source de la création, elle est pareille pour tout le monde. Personne ne fabrique un écrivain, chacun a ses talents. La culture se réanime et cela s’adapte à la vie ».

L’écrivain a saisi l’occasion de ce déjeuner de presse pour annoncer son neuvième livre qui ne sera un pamphlet a-t-elle dit. Des personnalités d’Afrique, d’Europe et d’Amérique ont visité le Cirlac situé au nord du Sénégal.

Des ténors de la culture et d’illustres artistes, des sénateurs, le représentant de l’ambassade des Etats-Unis entre autres ont assisté à la cérémonie, clôturée par des chants animés par Samba Diabaré Samb et Mawa Kouyaté.



1.Posté par souleymane kane le 04/11/2010 22:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A.S.Fall est un temple non moins important de la culture

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image