leral.net | S'informer en temps réel

ATTRAIT POUR VIOLENCE A ASCENDANT: Moustapha D. accuse son père de lui avoir pris ses sept millions de francs Cfa pour épouser deux femmes, avant de l'envoyer en prison

Tout simplement invraisemblable les faits qui ont valu à Moustapha D. d'être retenu en prison plusieurs semaines durant. Accusé de violence à ascendant par son père, il a révélé que c'est plutôt celui-ci qui a dissipé ses sept (07) millions et épousé des femmes avec, avant de le jeter en prison. Il a été relaxé par le tribu­nal.


Rédigé par leral.net le Jeudi 1 Octobre 2009 à 07:45 | | 0 commentaire(s)|

Entre Moustapha D. et son père, on se regarde désormais en chiens de faïence. Pour preuve, le père a fini par traîner le fils devant le Tribunal des Flagrants délits qui l'a jugé, hier, en, l'ab­sence du plaignant. Comparaissant pour vio­lence à ascendant, Moustapha D., environ 27 ans, a énergiquement nié les faits.

Précisant que la vérité des faits est tout autre, il a dit au Juge que, tout petit, il vivait avec sa grand-mère qui l'a éduqué. Seulement, il y a deux ans, il dit avoir regagné le domicile de son père. «Puisque j'avais épargné 7 441 000 F, gagné à la sueur de mon front, j'ai dit à mon père mon souhait d'investir cet argent. Il m'a conseillé de m'orienter vers le bâtiment et en cela, m'a cédé l'un de ses terrains. Je lui ai remis les sept millions afin qu'il m'y construise un bâtiment à usage commercial. Ce qu'il a fait et mis en location les différentes pièces. Mais, depuis, il encaisse les locations et en fait un usage personnel», a-t-il expliqué.

Ne pouvant entrer en possession du fruit de son investissement, Moustapha; qui avait le sentiment d'avoir été arnaqué par son père, dit l'avoir interpellé, en vain. «Il me répondait tou­jours qu'il avait utilisé l'argent collecté auprès des locataires pour honorer ses dettes, alors qu'en réalité, il n'a rien fait d'autre que d'épouser deux femmes», a-t-il déploré. Pour solutionner le différend, il dit avoir informé sa grand-mère qui a fait diligence pour provoquer une réunion de famille. Mais à chaque fois, il note que son père s'arrangeait pour faire faux­bond. Puis le pire se produisit.

Un jour, raconte-t-il, son père l'a convoqué pour négocier, mais rapidement il est devenu

hystérique, s'est mis à le sermonner et a fini par injurier sa mère, décédée récemment. Poursuivant son propos, Moustapha indique que son pere s'est rué sur lui, avant d'être retenu par son frère. Et «le lendemain, il m'a envoyé la police, prétextant que je l'avais vio­lenté», conclut-il.

À sa suite, le Tribunal lui a signifié que des locataires de son père ont témoigné que, le jour des faits, il était ivre et s'en était pris à ce dernier. Ce qu'il a réfuté. Au final, le Juge lui a conseillé de ne jamais affronter pour quelque raison son père; avant de le relaxer au bénéfice du doute, alors que le Parquet avait requis l'ap­plication de la loi.

Abdoulaye Diedhiou
Source Le Populaire







Hebergeur d'image