leral.net | S'informer en temps réel

AVIS : L’exception sénégalaise ! Pour combien de temps encore ?

Pour beaucoup, le Sénégal est un pays profondément ancré dans une culture dialogique, de paix. Ce qui n’est pas faux. Depuis son indépendance (et bien avant encore), la jeune république a su surmonter de grandes difficultés tant sur le plan politique que social. Donc, ce n’est point l’absence de crises majeures qui constitue la particularité sénégalaise. Comme la plupart des pays africains, la terre de la teranga s’est confrontée à des problèmes de natures très complexes dont un seul suffisait pour la métamorphoser en poudrière.


Rédigé par leral.net le Mercredi 9 Mars 2011 à 00:24 | | 4 commentaire(s)|

AVIS : L’exception sénégalaise ! Pour combien de temps encore ?
De la crise de la fédération du Mali à l’assassinat de Mr Sèye en passant par la grande grève de 1988 (sans oublier les affaires du Président Dia, de Blondin Diop…), le Sénégal a connu au cours de sa « petite histoire » des bouleversements sociopolitiques de grandes envergures. En 2000, tous les observateurs, s’accordaient à dire que ça y est : le pays a atteint son point culminant dans sa méthode de « diplomatie sociale ». Et cette fois-ci (comme les autres fois d’ailleurs), le pays s’en est sorti encore plus grand.
L’exception sénégalaise s’explique, d’après certains spécialistes, par trois facteurs que sont la langue, la religion et l’éducation. La langue joue un rôle capital dans le maintien de la cohésion sociale. Son poids dans la gestion des conflits n’est pas sans importance. Au Sénégal, les circonstances ont fait qu’une langue prime sur les autres. Sans se départir des leurs, les autres ethnies acceptent d’utiliser le Wolof comme moyen de communication sociale. Une chance rarissime en Afrique noire. Aussi, la religion a plus ou moins réussi à cimenter les liens sociaux. Le modèle confrérique (source de division ailleurs) a toujours assuré son devoir de « normalisateur » en cas de contentieux. Sans doute, cela s’explique par les rapports amicaux qu’entretiennent les différentes autorités califales. Si les disciples spéculent (avec véhémence parfois) quant à la supériorité de leurs guides, les marabouts eux préfèrent la voix de la prudence et de la sagesse. Cette attitude a beaucoup contribué à purifier l’atmosphère sociale sénégalaise. A ces deux facteurs, s’ajoute l’éducation. A la différence de beaucoup de pays pauvres, le Sénégal bénéficie d’une bonne politique dans ce domaine. Les hasards de l’histoire ont fait que le pays a très vite eu des contacts avec de grandes civilisations arabes ou occidentales. Et fort heureusement, cet héritage culturel est transmis voire conservé de génération en génération. De Fouta à Salimata, on note une forte présence intellectuelle (arabisant comme produit de l’école européen ou même traditionnelle). Un peuple instruit n’est-il pas un peuple guéri ?
Toutes fois, les politiques semblent prendre pour argent comptant ces donnes : ce qui est très dangereux. Par le passé, des peuples qui ont partagé une langue commune, une même religion et ayant une vaste culture intellectuelle ont sombré dans le chaos le plus total. Aujourd’hui encore on assiste à de tels scénarii. Ces facteurs ne sont que de simples moyens et non des fins. Combien de fois on entend souvent dire : « Le sénégalais est un poltron par excellence » ou que « ceci n’arrive qu’aux autres » ? Mais qui aurait pu croire que des jours sombres, comme on en assiste ces derniers temps, arriverons ; des jours où des sénégalais s’aspergent de l’essence pour s’immoler et donc mourir dans la douleur. En dépit des appels au « bon sens », on continu cas même d’assister, la mort dans l’âme, à ces scènes d’immolations terribles. Faut-il y voir la main du diable ou le malaise de tout un peuple ?
Malao Kante, Sociologue et Doctorant en Philosophie Nice.



1.Posté par bara le 09/03/2011 07:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

les ennemis de notre pays aujourdhui sont karim wade et son père ...ils vont bruler ce pays l'un est un blanc qui vient d'ailleurs l'autre est senile.........karim ne sait pas que notre pays n est pas à heriter comme les autres pays d'afrique.

2.Posté par noosphere le 11/03/2011 05:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

SI EXCEPTION SÉNÉGALAISE IL Y A C EST DANS LA DÉBAUCHE SEXUELLE

3.Posté par la revolution senegalaise le 11/03/2011 13:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Senegalais et Africains, garder ceci dans vos esprits : Personne ne viendra nous aider a nous developper, je dis bien personne. C'est a nous d'apporter ce changement. Senegalais, SVP ne votez pas en 2012 pour un candidat sur la base de la nourriture ou de l'argent qu'il vous donne. Pensez a l'interet collectif et a l'avenir du pays.
Gardez ceci a l'esprit les gars. Du president de la republique a la personne la moins placee sur la chaine politique... ils ont tous leurs visa, des investissements a l'etranger et un peu d'argent pret a s'envoler lorsque le pays prendra feu.

Revolution, OUI.. c'est pour ca que j'ai rejoins ce groupe... mais de maniere pacifique jusqu'a ce que nous n'ayons plus le choix. 2012.. changeons le pays grace aux cartes. Si des irregularites flagrantes se presentent, nous pourrons agir.

Le Senegal est a nous, a nous seuls de le changer... et ca commence bien grace a cette initiative !
REJOIGNEZ NOUS SUR FACEBOOK ////// LA REVOLUTION SENEGALAISE////////

4.Posté par mad le 18/03/2011 11:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est excepton sénégalaise foutaise il faut parler de la galélére sénégalaise.
C'est fini on est dans un regime policier, tu n'as plus le droit de crier que tu as faim, tu n'as plus le droit de dire que ya pas du travail dans ce pays, tu n'as plus le de ..... tout ce qu'on te demande c'est de te taire et créver à petit feu, y en a marre on va manifester que ça vous plaise oui ou non


Notre religion nous recommande de lutter contre l'injustice à la mesure de nos moyens, personne
n'aime la vilolence, nous ne devons pas rester les bras coisées et dire YALLA BAKHNA, il faut agir pour changer quelque chose on sait que nos dirigeants ne sont pas prêt à faire des concession alors y'a n' an mare un ponit c'est tout

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image