leral.net | S'informer en temps réel

AVORTEMENT CLANDESTIN A GUEDIAWAYE : Une élève de Terminale arrêtée pour interruption volontaire de grossesse

L'hôpital Roi Baudouin de Guédiawaye a enregistré un second cas d'avortement clandestin dans la même semaine. Après Penda Seck, la fille du marabout qui avait mis terme à sa grossesse, c'est une autre jeune fille de 19 ans et élève en classe de Terminale L1 qui s'est fait avorter après 3 mois d'aménorrhée. Arrêtée, elle a été déférée au parquet hier.


Rédigé par leral.net le Dimanche 25 Septembre 2011 à 19:18 | | 0 commentaire(s)|

AVORTEMENT CLANDESTIN A GUEDIAWAYE : Une élève de Terminale arrêtée pour interruption volontaire de grossesse
C'est à bord de l'ambulance de l'hôpital Roi Baudouin de Guédiawaye et sous bonne escorte que M.D., élève en classe de Terminale, a atterri le 22 septembre dernier au poste de police de ladite localité pour interruption volontaire de grossesse (Ivg). Selon des sources concordantes, M.D., 19 ans, domiciliée aux Parcelles assainies, avait été admise aux soins 2 jours plus tôt, suite aux terribles maux de ventre dont elle se plaignait. En effet, suite à un retard de ses menstrues, elle soutient avoir ingurgité le bleu de méthylène pour, dira-t-elle, «arrêter les pertes de sang qui lui venaient de ses parties intimes». Après avoir pris une dose de ce médicament dans la nuit du dimanche 19 au lundi 20 septembre dernier, poursuivent nos sources bien au fait de cette affaire, elle s'est réveillée avec des maux de ventre terribles qui l'ont obligée à consulter l'homme de l'art.

Arrivée à l'hôpital Roi Baudouin de Guédiawaye, une consultation sur aménorrhée secondaire de 3 mois lui a été faite. En effet, c'est grâce à l'échographie que les médecins constatèrent qu'il y avait un avortement en cours. Interrogée, elle avoue sans ambages les faits qui lui sont reprochés, arguant qu'elle voulait seulement mettre fin aux pertes de sang récurrentes dont elle était victime. Se voulant prolixe, elle a signifié aux limiers enquêteurs qu'elle fréquentait un certain I.D. depuis mai 2010. Mais ce n'est qu'au mois de juillet dernier qu'elle a constaté qu'elle avait noté un retard dans ses menstrues. Ses inquiétudes allèrent crescendo lorsqu’elle remarqua des pertes de sang sur ses parties intimes, dit-elle. Ayant appris que le bleu de méthylène pouvait déclencher des règles, elle s'en est servi, explique-t-elle aux éléments du Commissariat central de Guédiawaye. Poursuivant, elle a imploré la clémence de la police pour pouvoir continuer ses études qu'elle ne compte pas abandonner. Ce qui n'est apparemment pas suffisant pour la tirer d'affaire.

Elle a été déférée hier au parquet pour avortement clandestin.

Gaston MANSALY (Stagiaire)
Source Le Populaire






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image