leral.net | S'informer en temps réel

Abdou Aziz Kébé n’a pas le profil de l’emploi - Par Mamadou Sy Tounkara


Rédigé par leral.net le Mardi 3 Mai 2016 à 09:49 | | 44 commentaire(s)|

Prenant fait et cause pour son promotionnaire, l’ancien ministre Bamba Ndiaye soutient pleinement la nomination de Abdou Aziz Kébé comme nouveau responsable du pèlerinage à la Mecque qui a, selon lui, le « profil parfait pour l’emploi ». Les arguments de l’ex ministre sont de deux ordres : Kébé parle couramment arabe et connaît bien la géopolitique du monde arabe. Ils sont tous les deux diplômés d’Islamologie.

Si ce ne sont que ces arguments, Kébé n’a pas le profil de l’emploi. Le profil de l’emploi doit se mesurer à la formation, à l’expérience et aux résultats concrets dans le domaine concerné. La gestion du pèlerinage est essentiellement une affaire de management de très haut niveau, management stratégique et management opérationnel. Kébé n’a pas de formation en management et on ne lui connaît aucun résultat en cela dans ce pays.

La gestion du pèlerinage est une affaire complexe qui regroupe du rituel et du management. Le rituel est la chose la plus simple car il est du devoir de chaque pèlerin d’apprendre et de connaître ses rites ; le plus compliqué réside dans le management proprement dit : stratégie, planification, organisation, logistique, coordination, contrôle, suivi-évaluation, amélioration.

La gestion du pèlerinage est essentiellement, encore une fois, affaire de management stratégique et opérationnel. Ce n’est pas une affaire d’islamologie et d’islamologues.

La gestion du pèlerinage a toujours été un échec dans ce pays car on y a toujours « réfléchi en islamologie » et non en management local et international. Gérer des milliers d’hommes et de femmes qui vont trouver des millions d’autres en mouvement, des milliards en argent, des milliers de tonnes de matériels, des programmations complexes en hébergement, en transports aérien et routier n’a rien à voir avec la « maîtrise de l’arabe et de la géopolitique du monde arabe ».

Du reste, ce sont les nominations à des postes de management par le président de la République en Conseils des ministres qui doivent cesser. L’émergence passe par « mettre les hommes et femmes qu’il faut aux places qu’il faut ». Ces emplois doivent être ouverts à la compétition et les meilleurs profils choisis sur la base de la formation, de l’intégrité, de la compétence prouvée par des résultats tangibles et du projet stratégique et opérationnel.

Autrement, les postes de management seront toujours distribués par clientélisme, copinage, népotisme. Des managers choisis sur ces critères ne pourront jamais rien faire marcher. Pèlerinage ou autre chose.






Hebergeur d'image