leral.net | S'informer en temps réel

Abdou Diassé découragé, pourrait ne pas se soumettre à la contre-expertise médicale

Le Pr Adama Kane et Dr Maouly Fall sont les deux médecins désignés pour la contre-expertise médicale réclamée par le Procureur près la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei). Ils sont respectivement, cardiologue, pour Ibrahima Aboukhalil dit Bourgi (qui a été consulté le jeudi 23 mai au service cardiologie de l’hôpital Principal) et neurologue, pour Alioune Abdou Diassé.


Rédigé par leral.net le Samedi 1 Juin 2013 à 11:21 | | 1 commentaire(s)|

Abdou Diassé découragé, pourrait ne pas se soumettre à la contre-expertise médicale
Mais, selon des sources citées par L’As, ce dernier, qui a le moral dans les chaussettes, pourrait refuser de se soumettre à cette contre-expertise. Selon un de ses proches, Diassé est découragé de la vie. Car, explique-t-il, « quand on est malade et qu’on remet en cause votre maladie, cela fait mal. Il se peut qu’il ne se soumette pas à l’expertise médicale, parce qu’il n’en peut plus. Il demande qu’on le laisse mourir et il a tenu ces propos devant le directeur du Pavillon spécial et son codétenu Mbaye Ndiaye qui essayait de lui remonter le moral ». Le Dr Kamador Touré, qui l’a consulté le premier, a conclu, selon nos confrères, que le présumé complice de Karim Wade, poursuivi pour enrichissement illicite à hauteur de 694 milliards de nos francs, risque une paralysie totale s’il est maintenu en détention. En demandant une contre-expertise, le Procureur spécial Alioune Ndao, qui a été suivi par la Commission d’instruction, remet en cause le travail du premier médecin qui a été désigné. C’est le même cas pour Bourgi et Mbaye Ndiaye. "C’est grave, l’ordre des médecins devrait réagir", a ajouté cette source. Pour rappel, Abdou Diassé aurait signé des chèques pour le fonctionnement de son entreprise mais la Section de recherches soumet systématiquement ces chèques à une enquête.



1.Posté par le musulman le 01/06/2013 18:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Si le fait d'être cardiaque et d'être malade n'empêche pas de commettre des actes répressifs, alors même mourant, on doit rester en prison et y recevoir les soins jusqu'à la fin de sa peine.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image