leral.net | S'informer en temps réel

Abdou Latif Coulibaly : Un journaliste dans le gouvernement, la Société civile piégée

Rédigé le Jeudi 21 Février 2013 à 17:33 | | 7 commentaire(s)

«Wade : un opposant au pouvoir, l’alternance piégée.» Tel est le titre du pamphlet de l’ex-journaliste d’investigation, Abdoul Latif Coulibaly, publié en 2003 contre le régime de l’ancien président de la République, Me Abdoulaye Wade. Ce livre avait fait trembler la République. Les révélations faites par le journaliste avaient plongé la galaxie libérale dans une situation inconfortable.



Abdou Latif Coulibaly : Un journaliste dans le gouvernement, la Société civile piégée
Le chef de l’Etat, Me Abdoulaye Wade, en réaction à ces attaques et d’autres provenant le plus souvent de personnes se disant appartenir à la société civile, avait demandé à ses pourfendeurs de prendre leurs responsabilités en descendant sur le terrain politique, au lieu de se cacher derrière la société civile pour l’attaquer. Presque dix ans après, le temps semble avoir donné raison à Me Abdoulaye Wade. Beaucoup de membres se réclamant de la société civile se sont retrouvés au gré des évènements dans l’arène politique, en briguant même le suffrage des Sénégalais. Alors que le rôle de la société civile n’est pas de conquérir le pouvoir. La société civile se définit par opposition à la société politique. Dans la société politique, les relations entre individus sont essentiellement organisées en vue de la conquête, de l'exercice ou de la conservation du pouvoir d'Etat. La société civile se définit comme un ensemble d'organisations apolitiques dont les objectifs visent diversement, à l'amélioration des conditions matérielles et morales, de toute ou d'une partie de la société d'un pays, d'une région ou d'un continent. Il s'agit de toute organisation autonome de l'Etat. Elle joue un rôle important dans le renforcement du processus démocratique. Elle développe un esprit unitaire autour d'objectifs communs partagés par de nombreux syndicats. Ces objectifs sont ceux relatifs aux droits de l'homme, à la liberté de la presse, à la consolidation de la démocratie. Aux Etats-Unis, la société est très dynamique. Elle joue un rôle important dans l’éveil des consciences, dans l’éducation, la sensibilisation des masses et du citoyen. Le 10 septembre, en Floride, quand le pasteur américain Terry Jones avait menacé de brûler un exemplaire du Coran, à la veille de l’anniversaire du 11 Septembre, le Président Barack Obama est intervenu pour l’en dissuader. Le religieux est revenu sur sa décision. Mais un an plus tard, il récidive, en mettant à exécution sa menace. Malgré la levée de boucliers qui s’en est suivie dans le monde arabe et musulman, le Président américain, malheureusement, n’y pouvait rien. Car, contrairement à certains pays européens, aux Etats-Unis, il n’y pas de loi contre les discours à la haine. Même étant le Président des Etats-Unis d’Amérique, il ne pouvait faire adopter de loi contre le discours à la haine. C’est pourquoi aux Usa, c’est à la société civile, dans de pareilles situations, de prendre son bâton de pèlerin pour encourager les échanges entre les religions, entre les différentes races et les différentes cultures pour bannir la haine dans le cœur des hommes. Parce que les sources de la haine sont l’ignorance et la peur. Au Sénégal, des organisations comme «Y en à Marre», la Raddho (la Rencontre africaine des droits de l’Homme), le Forum civil, Amnesty Sénégal, le M23 ne devraient pas se tromper de mission. Ces mouvements citoyens et leurs dirigeants ne doivent pas tomber dans la quête du gain facile, en s’alliant avec le pouvoir pour des intérêts crypto-personnels. Ou prendre des raccourcis l’a fait Abdou Latif Coulibaly, sous le manteau de la société civile (en se réclamant comme une personnalité de la société civile avec, à la clef, une candidature éclair de Benno Alternative 2012), pour se retrouver aujourd’hui dans le saint des saints, comme ministre de la Bonne gouvernance, porte-parole du président du gouvernement et membre de la prairie beige, l’Alliance pour la République, le parti du Président Macky Sall. Par ces agissements et son comportement, Abdou Latif Coulibaly s’est servi de la société civile comme escalier pour enjamber les marches qui mènent au pouvoir. A ce titre, dix ans après avoir traité Wade d’opposant au pouvoir qui a piégé l’alternance, Latif Coulibaly connaît un effet de miroir. Aujourd’hui, on lui retourne sa formule : «Abdou Latif Coulibaly : un journaliste au gouvernement, la société civile piégée.»
HAROUNA FALL




1.Posté par dimkel le 21/02/2013 19:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

trés bien dit ,si cette contribution ne venait pas d'un confrere sincere ,jaurai pu resté dans mon analyse que au sénégal pas de journaliste,ces gens ont piégés l'alternance pour devenir aujourd'hui alter noce ,c'est décevant latif seul ton nom est bon sur toi

2.Posté par FALL le 21/02/2013 20:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

moi je me demande quel est le sens de son ministère ? Ministre pour la promotion de la bonne gouvernance qui refuse de soutenir ceux qui travaillent dans ce domaine . Je pense qu'il doit aider les jeunes intellectuels qui font des recherches sur la bonne gouvernance car demain c'est à eux de prendre la relève . j'ai des preuves pour justifier ces propos et je vous donne rendez vous d'ici peu de temps pour sortir l'article .

3.Posté par MBAYE le 21/02/2013 20:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Question simple : est ce que le fait d’appartenir une fois à la société civile signifie qu’on l’est à vie ? Qu’en un moment de votre vie si vous sentez que vous devez faire de la politique vous ne devez pas le faire sinon vous allez trahir votre ancien camarade de la société civile. Laissez Mr Coulibaly tranquille. Il me semble qu’avec Mr Souleymane Jules DIOP, ils étaient les plus en vue dans la lutte contre Wade au moment presque personne n’osait l’affronter.

4.Posté par yero le 21/02/2013 21:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je suis désolé, latif n'est pas détenteur du pouvoir au point d’empêcher la société civile sénégalaise d'exister ou de faire son travail. Contrairement à Abdoulaye qui lui était élu président de la république en vue d'un espoir d'alternance et il s'en est suit ce que tout le monde sait et toutes les dérives qui avaient ramener la démocratie sénégalise au degrés zéro.

5.Posté par yero le 21/02/2013 21:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cette parodie est vraiment ridicule. En utilisant le mot "piège", monsieur vous insultez la société civile sénégalaise. Ils sont encore nombreux à faire le travail.
C'est pas le fait que Latif soit ministre qui privera la société civile de sa voix.
Quand latif écrivait un opposant au pouvoir l'alternance piégée c'est parce qu'abdoulaye wade était le seul opposant historique qui pouvait en ce moment de l'histoire faire trembler le ps. et c'est le cas jusqu'à son accession au pouvoir. N'ayant pas pu se débarrasser de ses habits d'opposant, l’alternance , tant espérée par les sénégalais était devenu un cauchemar. c'est pas le cas ici.
votre parodie n'a pas bien fonctionné monsieur Fall

6.Posté par Coumba le 22/02/2013 13:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Seuls ls gens indispensables sont dans les cimetières. Latif Coulibaly a mené 25 ans de combat courageux, à l'époque où personne n'osait défier le pouvoir. Eminent membre fondateur du groupe sud communication, il s'est engagé à une époque où ceux qui le décrient aujourdh'ui n'étaient pas nés. Sud hebo, sud quotidien, sud fm, issic, .... quel long combat qui a abouti à l'émergence d'une presse forte, d'une société civiledynamique et courageuse. Auprès de président mecky sall, c'est le même combat qui continue, en contribuant positivement et pour la première fois à la mise en place d'une politque de bonne gouvernance au Sénégal. Si latif ne cherchait que des avantages financiers, wade est bien plus généreux que macky sall. latif, bon courage, le combat continue

7.Posté par bill le 25/02/2013 15:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et donc si je comprend bien pour Mr Fall prendre part à un gouvernement serait être dans le saint des saints. Quelle triste et basse compréhension de ce qu'est le service à la nation.
Voyons!!!!Un peu de retenu.....

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site

Dans la même rubrique »
< >



TELEVISIONS & RADIO SENEGAL