leral.net | S'informer en temps réel

Abdoulaye Ndiaye, le binôme de Kouthia

Très tôt, Abdoulaye Ndiaye s’est tracé un destin dans un quartier où les jeunes étaient proie au banditisme. Devenu célèbre grâce à l’émission phare de la Télévision Futurs médias (Tfm), «Kouthia Show», l’éternel humoriste, a surmonté de nombreux obstacles de la vie pour en arriver là…


Rédigé par leral.net le Dimanche 24 Mai 2015 à 03:12 | | 2 commentaire(s)|

Il fait pouffer de rire. L’homme chasse le stress. Son humour enchante les plus réfractaires en un clin d’œil. Perché sur son mètre 70 avec 90 Kilos, la voix sereine, Abdoulaye Ndiaye à l’état civil est venu au monde un 05 septembre 1977 dans le populeux quartier de Guinaw Rails de Pikine. Taciturne, l’homme au teint noir affiche une silhouette olympienne. Courtois et affable, Laye, pour les intimes, a de l’humour à en revendre. Les inconditionnels de Kouthia Show de la Tfm ne diront pas le contraire. Ils sont des milliers à suivre chaque soir ses prouesses à côté de son mentor, Samba Sine plus connu sous les sobriquets de Kouthia ou Abou Bilal. Le natif de la banlieue a, au fil du temps, apporté son grain de sel au show. Et pourtant, son milieu social le prédestinait à une vie autre. Car, selon lui, nombreux de ses camarades d’enfance ont emprunté le chemin de la déviance. Pis, certains ont même péri dans les geôles de Dakar. Mais, Abdoulaye Ndiaye avait heureusement compris qu’il pouvait se construire un destin autre que celui de ses amis. «Que par la volonté, dit Friedrich Hegel, l’homme pouvait soulever des montagnes.» Telle est la trajectoire de Laye.

Né dans une fratrie de 9 enfants, l’artiste a appris le Saint Coran pendant quatre ans. Il fait son cycle primaire à l’école Tahi Caw de Thiès. Après trois années passées dans la Capitale du Rails, l’enfant de Pikine retourne à Dakar. On est en 1986. Il arrête ses études en classe de 5e au Lycée Fadilou Diop de Pikine. Conscient du rôle exemplaire incombant à tout aîné dans une famille, le «Isbu Tarkhiya» se livre à l’activité agricole. Il fera long feu dans ce domaine. Une grave maladie va changer le cours de sa vie. Son lit d’hôpital lui servira de «retraite pour penser son avenir». C’est ainsi qu’il décide de prendre son destin en main malgré les attraits au gangstérisme qui minaient sa ville natale. La vie ne sera pas tendre pour lui. Mais, Laye fait face aux nombreux obstacles de la vie. L’homme va braver vents et marrées pour survivre. «Je dormais, dit-il, dans les plages. Car, je n’avais pas là où passer la nuit. Avec mon âge, je ne pouvais pas dépendre de mes parents.» Le seul crédo de l’artiste était d’aider et d’assister sa modeste famille. A partir de 1995, Abdoulaye Ndiaye sera moulinier, puis marchand ambulant. Un an plus tard, il s’initie à la pratique du Taekwondo. Laye veut être le Zorro des victimes d’agression. Les années passent. Il peine à trouver un travail bien rémunéré. Il devient par la suite un distributeur de produits métalliques à Diprom (Distribution de produits métalliques). En 2007, le talibé du 5e Khalife de Bamba, Serigne Saliou Mbacké, décroche un diplôme de soudeur industriel de la Société africaine de radiographie (Sari). Ce qui lui ouvre les portes de Touba Gaz où il obtient un Contrat à durée indéterminée (Cdi).

Chassez le naturel, dit l’adage, il revient toujours au Galop. Abdoulaye Ndiaye ne pouvait taire pour toujours le «legs comique» qui dormait en lui. «Mes parents sont plus plaisantins que moi. La comédie est un patrimoine familial. Même ma grand-mère était une comique de marque». Son aventure avec la Télévision Futurs médias (Tfm) débute en 2012. «Ce jour-là, se souvient-il, Ibrahima Benjamin Diagne m’a demandé de participer à l’émission «Kouthia Show» qui passe tous les soirs sur la Tfm. Ainsi, j’avais imité la voix du griot, El Hadj Mansour Mbaye. Ce qui avait plu à mon ami et mentor, Kouthia (…). De fil en aiguille, en 2013, Kouthia me propose un travail en duo…» Le comédien venait de trouver sa voie. La vie au service de la comédie. Et pour sa colocataire, Adama Diop : «Laye égaye tout le monde. Il est unique. Il peut voler un sourire à n’importe qui. Sa présence apporte beaucoup de joie dans la maison.» C’est aussi l’avis de Ndoumbé Ndiaye pour qui ils vivent comme une seule et unique famille. Avant d’ajouter que le «comédien est courtois et très sociable». Pendant ce temps-là, des rires inondaient la véranda de leur domicile. Abdoulaye Ndiaye amusait ses voisins.

GFM






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image