leral.net | S'informer en temps réel

Abdoulaye Wade témoigne à la levée du corps à Paris : Comment la défunte femme de Karim s’est convertie à l’Islam

Décédée vendredi à l’âge de 38 ans à Paris, la levée du corps hier de Karine Wade, épouse du fils du président de la République, a enregistré la présence de nombreuses personnalités. Parmi lesquelles l’ancien président du Sénégal, Abdou Diouf et son épouse, Amath Dansokho et Moustapha Niasse, respectivement secrétaire général du Pit et de l’Afp et quelques ministres. Tous ont présenté leurs condoléances au président Wade, à son épouse et à Karim Wade, présents à la cérémonie.


Rédigé par leral.net le Jeudi 16 Avril 2009 à 13:40 | | 0 commentaire(s)|

Abdoulaye Wade témoigne à la levée du corps à Paris : Comment la défunte femme de Karim s’est convertie à l’Islam
(Correspondant permanent à Paris) - La maison funéraire, située au 7 de l’avenue Ménilmontant, s’est transformée en ‘little Sénégal’, hier matin, à l’occasion de la levée du corps de Karine Aïda Marème Wade, épouse de Karim Wade, fils du président de la République. A 8 h déjà (6 h à Dakar), une foule de Sénégalais avait envahi cette maison non loin du célèbre cimetière Père La Chaise où reposent de grandes personnalités françaises, comme l’humanitaire Abbé Pierre. Des hommes politiques de tous bords ainsi que des citoyens ordinaires sénégalais ont tenu à rendre un dernier hommage à la femme du fils du président de la République.

Parmi eux, il y avait l’ancien président de la République du Sénégal, Abdou Diouf, et son épouse. Le couple était accompagné par l’ancien ministre des Sports, Ousmane Paye, venu un peu avant comme en éclaireur. Abdou Diouf a été accueilli à 9 h 45 mn par le Consul général du Sénégal à Paris, Léopold Diouf, qui avait à ses côtés Momar Thiam et Cheikh Sadhibou Diallo, respectivement consul général du Sénégal à Bordeaux et à Lyon. Après quelques poignées de main, le secrétaire général de la Francophonie et son épouse s’infiltrent dans le hall de l’immeuble et monte au deuxième étage où se trouve le corps de Karine Wade sur lequel veillait son époux.

Ensuite, ce fut le tour d’Amath Dansokho et de Moustapha Niasse de faire leur apparition à la maison funèbre. Ils suivront les pas de l’ancien chef de l’Etat du Sénégal. Comme Abdou Diouf et son épouse, l’ancien Premier ministre d’Abdoulaye Wade et son ancien ministre de l’Habitat se sont limités aux salutations d’usage conformes en ces circonstances. Difficile de leur arracher un mot. L’atmosphère ne s’y prêtait pas non plus.

D’autres personnalités étaient également présentes. Il s’agit du père de la défunte, des ministres de la Culture Mame Biram Diouf, du Travail Innocence Ntap, du Tourisme Aminata Lô Dieng. Le maire de Ziguinchor, secrétaire général de la présidence de la République et frangin putatif de Karim, Abdoulaye Baldé, n’a pas été en reste. Il y avait également Doudou Wade, neveu du président Wade et président du groupe libéral à l’Assemblée nationale et Amadou Siré Sall, député des Sénégalais de l’extérieur. Les militants de Rewmi d’Idrissa Seck, de l’Afp, du Ps, de l’Urd et naturellement du Pds ont tenu à marquer leur présence.

Le président de la République et son épouse arriveront à la maison funéraire à 10 h en compagnie de l’ambassadeur du Sénégal à Paris, Maïmouna Sourang Ndir. Dès que le président Wade et son épouse ont monté les escaliers du premier étage, la foule leur a emboîté le pas. Ce fut ensuite le début de la cérémonie de prières prononcées par Moussa Touré, ami du chef de l’Etat et président de la Fédération française des associations islamiques d’Afrique, des Comores et des Antilles.

Après la prière funèbre, Abdoulaye Wade, dans une voix pleine d’émotion, remerciera la foule venue des quatre coins du monde : Europe, Afrique, Amérique et Moyen-Orient. Le chef de l’Etat fera ensuite un témoignage sur la défunte en insistance sur le fait que c’est elle-même qui avait exprimé la volonté de se convertir à l’Islam et de porter désormais le nom de Karine Aïda Marème Wade. Abdoulaye Wade précisera que cette conversion n’a pas été faite sous la contrainte, d’autant qu’il a toujours laissé à ses enfants le choix de leur religion. Il a, ensuite, beaucoup insisté sur la bonté et la politesse de la défunte qui faisait partie intégrante de la famille. Gagné certainement par l’émotion, le chef de l’Etat n’a pas pu être plus loquace. Il cédera la parole au père de la défunte qui trouvera la force de glisser quelques mots à l’endroit de sa fille. ‘Elle va quitter le pays de son enfance (la France) pour aller (être enterrée) dans son pays d’adoption qui devient ainsi son véritable pays’, se contentera de déclarer le père de Karine Aïda Marème Wade. Il n’aura pas la force de continuer.

Les personnes qui ont pu accéder à la salle funèbre en profiteront pour présenter leurs condoléances à la famille éplorée. Parmi elles, Abdou Diouf et son épouse, Moustapha Niasse et Amath Dansokho. Avant que la dépouille ne rejoigne l’avion présidentiel stationné au Bourget. De cet aéroport, la dépouille s’envolera en compagnie du chef de l’Etat, de son épouse, du veuf Karim Wade et de ses proches, vers Dakar où feue Karine Aïda Marème Wade sera mise sous terre ce jeudi, au cimetière musulman de Yoff, après une levée du corps prévue aujourd’hui à 15 h à l’hôpital Principal. Les condoléances seront reçues ce jeudi et demain, vendredi, à la maison familiale du Point E.

Auteur: Moustapha BARRY walfadjri






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image