leral.net | S'informer en temps réel

Abdourahmane Ndiaye, conseiller du Président Macky : "Le départ des socialistes n'arrange ni le Ps ni l'Apr"

L'actualité nationale est occupée par la polémique née de l'ultimatum lancé par Mahmoud Saleh aux alliés de l'Apr leur demandant de se déterminer en direction de la Présidentielle de 2017. Si beaucoup de responsables de la coalition présidentielle (Macky2012) pensent comme lui, il n'en demeure pas moins que certains proches du Président n'apprécient pas du tout une telle sortie qui peut avoir des conséquences fâcheuses pour l'Apr. Abdourahmane Ndiaye, conseiller politique de Macky Sall, dans un entretien accordé à EnQuête, exprime clairement son désaccord face à une telle attitude.


Rédigé par leral.net le Vendredi 26 Décembre 2014 à 09:29 | | 2 commentaire(s)|

Abdourahmane Ndiaye, conseiller du Président Macky : "Le départ des socialistes n'arrange ni le Ps ni l'Apr"
Invité par nos confrères à donner son point de vue sur le départ, de Benno Bokk Yakaar, du Parti socialiste réclamé par Macky2012, Abdourahmane Ndiaye déclare : "Ce sont des intellectuels, des politiciens qui émettent leur opinions. Ils l'ont étayée, mais je ne partage pas leur point de vue. Je ne suis pas pour que le Ps sorte de la coalition". Et le conseiller politique du Président d'argumenter : "Le départ des socialistes ne serait bon ni pour le Ps ni pour l'Apr encore moins pour la coalition. Le Ps est l'un des plus grands partis au Sénégal du point de vue chronologique. Participer à une coalition de pouvoir avec le Ps, c'est déjà une forme de bonification. Le Ps est en train de faire - pour être honnête avec nous-même -, au moins dans le gouvernement, un excellent travail. Je ne trouve pas, personnellement, meilleur ministre de l'Education nationale que Serigne Mbaye Thiam qui est en train d'abattre un travail de pacification au niveau de l'espace scolaire, sans tambour ni trompette (...). Le Ps dit qu'il doit avoir un candidat en 2017. Ce candidat peut être Macky Sall. A la question de savoir s'il n'est pas risqué pour le parti présidentielle de conserver u probable adversaire jusqu'en 2017, M. Ndiaye rétorque : "Où est le risque ? Je ne le vois pas. Je reprends ce qu'on appelle la jurisprudence Landing Savané. Ce dernier était dans le gouvernement de Wade ; tout d'un coup, il a décidé de se présenter contre le leader du Pds. J'avais dit à l'époque (Ndlr : il était au Pds) lors des "vendredis bleus" que si Landing va aux élections, ça nous arrange".






Hebergeur d'image