leral.net | S'informer en temps réel

Accident de la circulation à Thiénéba gare : Une fillette de dix ans mortellement heurtée par un bus

Après la catastrophe routière survenue, mardi dernier, à hauteur du village de Khodoba avec ses 12 morts et 47 blessés, et la collision signalée sur la nationale 2 aux environs de Ngay Mékhé, soldée par un mort, la communauté rurale de Thiénéba vient de faire les frais de la conduite irresponsable des conducteurs de la route. Une de ses fillettes a été, samedi, mortellement heurtée par un bus.


Rédigé par leral.net le Lundi 17 Mai 2010 à 13:49 | | 1 commentaire(s)|

Accident de la circulation à Thiénéba gare : Une fillette de dix ans mortellement heurtée par un bus
(Correspondance) - Exaspération et douleur étaient à leur comble, samedi, dans la communauté rurale de Thiénéba. Dans cette localité, le pire a été évité de justesse. Les populations ont, en effet, failli mettre le feu sur un bus qui venait de heurter de plein fouet une fillette d’une dizaine d’années, élève en classe de Ce2 à l’école du village. Le chauffeur ayant choisi de prendre la poudre d’escampette pour échapper à la furie des populations, ces dernières s’en sont prises au bus qu’elles ont, dans un premier temps, voulu renverser pour y mettre le feu. Le poids du véhicule les en dissuadera. Alors, elles se sont employées à saccager copieusement le véhicule. Et n’eût été l’intervention de la brigade de gendarmerie de Khombole et du sous-préfet de l’arrondissement, il ne resterait aujourd’hui du bus qu’un tas de ferraille calcinée.
En effet, au moment où il était question d’y mettre le feu, les gendarmes s’y sont vigoureusement opposés, allant jusqu’à les autoriser à brûler des pneus sur la chaussée, histoire de les laisser se défouler et en même temps gagner du temps avant l’arrivée de renfort en provenance de Khombole. C’est ainsi que pendant presque une heure, la circulation a été littéralement bloquée sur cet axe routier de la nationale 3. Quant à la fillette, il sera évacuée vers l’hôpital Amadou Sakhir Ndièguène de Thiès où, mise sous soins intensifs, elle survira jusqu’aux environs de 17 h, avant de rendre l’âme suite à ses blessures.

L’accident s’est produit en milieu de matinée, de ce samedi, plus précisément aux environs de 11 h, à hauteur de la pharmacie de Thiénéba. Selon certains témoignages, recueillis sur place, c’est pendant qu’elle traversait la chaussée que la jeune Fatou Dièye a été brutalement fauchée par le bus. Lequel bus immatriculé Dk 5308 Ag, venant de Touba, roulait, selon nos interlocuteurs, à vive allure et de surcroît en zone d’agglomération. Puisque ce tronçon routier passe en plein centre du village de Thiénéba qu’il coupe en deux.

Ainsi, le sous-préfet de l’arrondissement de marquer toute son indignation. Surtout que, dit-il, suite aux nombreuses demandes que lui ont adressées les populations pour la création de ralentisseurs communément appelés ‘dos d’ânes’. Le sous-préfet a eu à s’en référer plusieurs fois aux autorités sans suite. La raison de ce silence est qu’il n’est pas autorisé d’installer des ralentisseurs sur une route nationale.

En tout état de cause, l’absence de ces ralentisseurs, combinée à l’indiscipline manifeste des chauffeurs, surtout avec l’avènement des bus dans le transport en commun, pèsent aujourd’hui très lourd sur la sécurité les voyageurs et autres usagers de la route. Ces bus se sont, en effet, tristement signalés par trois accidents en une semaine sur les trois voies d’accès à la cité du rail. Après la catastrophe routière survenue, mardi dernier, à hauteur du village de Khodoba avec son bilan macabre de 12 morts et 47 blessés graves, une autre collision, dans la nuit du jeudi au vendredi dernier, entre un bus et un véhicule sur la nationale 2 aux environs de Ngay Mékhé, s’est soldée par un mort. Pour dire les dispositions toutes particulières qui doivent être prises avec notamment l’arrivée en masse de ces bus dans la circulation.

Pour les populations de Thiénéba, la messe semble dite si l’on en croit le coordonnateur du comité de lutte contre les accidents de la route, Serigne Elimane Diop. Ce dernier a, en effet, tenu à avertir qui de droit sur le fait que, la prochaine fois, rien ni personne ne pourra les retenir. ‘Tout véhicule qui commettra un accident dans notre localité sera purement et simplement brûlé’, dit-il la mort dans l’âme.

Sidy DIENG
walf.sn



1.Posté par Aliou le 17/05/2010 18:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c'est inadmissible et inacceptable, les chauffeurs sont souvent mal formés et indisciplinés au Sénégal et les autorités qui sont tous corrompus laissent faire, pas de contrôle technique sur les véhicules, il suffit de donner un billet de 5000 fcfa et le véhicule échappe à ce contrôle qui pourtant est obligatoire tous les deux ans après la 4 ème année du véhicule.
Je salue la réaction de mes amis et frères de THIENABA GARE quand '' l' Etat est défaillant faut se prendre en charge ''

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image





Hebergeur d'image