leral.net | S'informer en temps réel

Accord de partenariat: Dakar et Londres s'engagent pour la fin de la double imposition

Le Sénégal et la Grande Bretagne ont signé, jeudi à Dakar, une convention visant à éviter la double imposition des contribuables des deux pays et prévenir l'évasion fiscale en matière d'impôts sur le revenu et de gains en capital.


Rédigé par leral.net le Vendredi 27 Février 2015 à 11:59 | | 0 commentaire(s)|

Accord de partenariat: Dakar et Londres s'engagent pour la fin de la double imposition
Cet accord a été paraphé par le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l'extérieur, Mankeur Ndiaye, et l'ambassadeur de Grande Bretagne, John Marshall.

Selon Mankeur Ndiaye, la signature de cette convention va mettre fin à la double imposition à laquelle étaient jusque-là soumises des entreprises ou des citoyens des deux pays qui résident au Sénégal et/ou au Royaume-Uni.

L'accord devrait permettre aux deux pays de prévenir la fraude et l'évasion fiscale, deux problématiques "évolutives, multiformes et complexe" à l'échelle internationale, a indiqué le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur.

Dans ce cadre, a ajouté Mankeur Ndiaye, l'accord prévoit "le partage de renseignements sur les fraudes fiscales entre les deux pays, sous certaines conditions", sans les préciser.

Si l'on en croit le patron de la diplomatie sénégalaise, cet accord est pour également "favoriser les investissements (…) et assurer la protection des investisseurs des deux pays".

Il devrait permettre aussi "d'attirer davantage d'entreprises britanniques vers le marché sénégalais tout en encourageant des partenariats mutuellement profitables au renforcement des relations économiques (…)".

Aussi a-t-il assuré de l'engagement "du gouvernement sénégalais pour la mise en œuvre parfaite de cette convention ainsi que le respect des dispositions y relatives".

L'ambassadeur de Grande-Bretagne au Sénégal, John Marshall, a de son côté relevé "la présence déjà importante des sociétés britanniques au Sénégal". Il a dit espérer que l'accord signé entre les deux pays "attire encore plus l'attention d'autres entreprises britanniques" à investir au Sénégal.

"Il y a beaucoup d'intérêt parmi les entreprises britanniques à chercher de nouveaux marchés, de nouveaux partenaires et à développer de nouveaux échanges internationaux", a-t-il déclaré, estimant que cet accord "va faciliter" cette perspective.

Le diplomate britannique a par ailleurs déploré que les investissements consentis par son pays au Sénégal ne soient "pas bien connus".

"La Grande Bretagne a fait des investissements dans le secteur agricole. Il y a des investisseurs britanniques qui exportent en Angleterre des produits cultivés au Sénégal", a-t-il renseigné, citant le maïs doux ainsi que des variétés de patate douce, d'oignon et de piment.

M. Marshall a aussi évoqué "les investissements britanniques importants" dans des secteurs tels que l'énergie. Il a donné en exemple la société pétrolière britannique Cairn Energy.

Cette société écossaise a annoncé, fin 2014, avoir découvert deux puits de pétrole "dans les eaux profondes du Sénégal", a rappelé John Marshall.

Cairn Energy "est une société avec beaucoup d'expérience qui va accompagner le Sénégal dans le développement de ses ressources (pétrolières) que le gouvernement sénégalais peut utiliser" pour son développement, a-t-il déclaré.

APS






Hebergeur d'image