leral.net | S'informer en temps réel

Accueil du Président à Touba : Les 10 millions de Wade sèment la zizanie

Le «magal» de Touba commémore l’exil de Serigne Touba. Une date que célèbrent tous les talibés. Fidèle à son habitude depuis son accession à la magistrature Suprême, le chef de l’Etat séjourne aujourd’hui, et pour quarante huit heures dans la cité religieuse où les préparatifs vont bon train, avec en toile de fond les libéraux qui se crêpent les chignons à cause de l’argent de la mobilisation. Par Boucar Aliou DIALLO


Rédigé par leral.net le Vendredi 22 Janvier 2010 à 15:16 | | 0 commentaire(s)|

Accueil du Président à Touba : Les 10 millions de Wade sèment la zizanie
Pour un accueil princier, Wade remet 20 millions
Treize jours après la visite de son ministre de fils, le chef de l’Etat revient à Touba, une ville où il n’avait plus remis les pieds depuis le 2 août dernier. Pour ce séjour qu’il veut grandiose, Wade a cassé sa tirelire, car il souhaiterait que ce voyage diffère des précédents. C’est ce qui explique qu’il ait remis 20 millions de francs Cfa pour que les responsables politiques mobilisent les militants et sympathisants, histoire de lui réserver un accueil très chaleureux. Si Wade en est arrivé à prendre une telle décision, confie une source digne de foi, «c’est qu’il se sent orphelin des très grands accueils que les populations lui réservaient du vivant de Serigne Saliou, et il a décidé de renouer avec une vieille tradition».
Mais, cet argent que Wade a remis par le biais de Serigne Mourtada Mbacké (en lieu et place de Cheikh Bassirou Mbacké Abdou Khadre, c’est le Pcr qui accueille cette fois-ci le Président), est en train de semer la division au sein des libéraux. Des voix s’élèvent pour accuser des responsables comme Fallou Mbacké Secrétaire général de la fédération de Touba, d’avoir fait main basse sur 10 millions de francs, une somme à lui remise pour mobiliser les populations. Faux ! rétorque Fallou Mbacké, «j’ai même ajouté une somme de 2 600 000 francs Comment pourrais-je ajouter une telle somme et détourner de l’argent. C’est invraisemblable et ceux qui disent de telles choses n’ont rien compris».
Des militants qui n’ont pas reçu de l’argent pourraient boycotter purement et simplement la visite. Le président de la République, qui va voyager par les airs, ne passera pas à Diourbel où des responsables entendaient l’interpeler sur les promesses qu’il leur avait faites. Oumar Abou Sanghott, responsable libéral, conseiller régional : «Il y a des promesses qui ne sont pas tenues. Il y a les 15 milliards de Diourbel. Jusqu’à présent, on ne voit pas le parti ni l’Etat au niveau de la région de Diourbel. L’impact de la non tenue des promesses, c’est que l’opposition est en train de débaucher nos militants parce qu’on n’a pas les moyens de les voir, on n’a même pas des informations sur le parti.»


Touba : Une ville en chantier
A Touba, le chef de l’Etat va trouver une ville en chantier. Depuis quelques jours, les travaux sur l’autoroute ont repris, ce qui n’enchante pas trop les usagers en cette veille de commémoration du magal. Ces usagers dénoncent les nombreuses pertes de temps que ces travaux occasionnent. Pape Gueye charretier : «Ces travaux nous causent un très grand préjudice. Généralement, je gagnais 10 000 francs par jour mais, depuis le début des travaux sur cet axe, je ne parviens à gagner que 2 500 francs.» Les chauffeurs dénoncent aussi ce fait. Modou Ndiaye : «Auparavant, on mettait 10 minutes pour rallier la gare routière en quittant la grande mosquée, maintenant, il nous en faut trente. Nous perdons énormément de temps et d’argent.» Tous souhaiteraient que l’entreprise Henan Chine finisse les travaux, ce qui sauf miracle, n’aura pas lieu. Et à treize jours du magal de Touba, les pèlerins risquent de connaître de grandes tracasseries pour rallier la grande mosquée, lieu d’attraction du magal. Ces travaux, faut-il le rappeler ont connu dans le passé des retards considérables, dus au fait que l’Etat, qui s’était engagé sur un programme de modernisation de 100 milliards, devait une dizaine de milliards à l’entreprise Henan Chine.
Face à ces manquements, Henan Chine avait mis à deux reprises les travailleurs en chômage technique. Au finish, l’entreprise chinoise, qui au passage est rentrée dans l’intégralité de ses fonds, avait compressé une bonne partie de son personnel. Sur plus de 200 employés, il n’en reste actuellement que 85 agents et 8 chauffeurs. Pour rappel, ce projet «Touba, ville du futur» ou encore programme de modernisation de la ville de Touba, a été initié par le défunt khalife Serigne Saliou.
Le regretté marabout avait en 2006, demandé aux fidèles de se mobiliser pour rendre la ville moderne. Il avait pu mobiliser 19 milliards de francs pour ces travaux. Mais le Président Wade les lui avait restitués et s’était engagé à moderniser la ville de Touba, avec une enveloppe de 100 milliards de francs Cfa, soit 20 milliards de francs Cfa par an, durant 5 ans. Ce qui n’a pu se faire car lors de la loi de finances rectificative de l’année passée, 10 milliards ont été prélevés de ce budget. Ce qui avait soulevé l’inquiétude de Ibrahima Ndiaye, le directeur de l’Agence autonome des travaux routiers (Aatr), qui s’en était ouvert à son ministre de tutelle Karim Wade, pour lui faire part de ses préoccupations sur les lenteurs qu’un tel prélèvement pourrait occasionner aux travaux de la cité.
Ce programme comprend des travaux de réhabilitation, d’élargissement et de construction de routes, d’aménagement paysager et de trottoirs, de travaux de drainage et d’évacuation des eaux pluviales et des eaux usées. Il prend aussi en charge des travaux d’alimentation en eau potable, de réhabilitation, de densification et d’extension du réseau électrique. Avec ce projet, la ville de Touba va être dotée d’un éclairage public moderne, notamment au niveau de la voirie du centre ville. Toujours dans ce projet, il était prévu un plan de déplacement urbain.

Réalisations
Le programme de modernisation de Touba a permis la construction de 20 bornes-fontaines, deux châteaux d’eau de 1 000 m3, deux réservoirs de 6 000m3.La route deux fois deux voies reliant Ngabou et Touba et distante de 7 km a été entièrement réalisée. Il en est de même de la route de contournement de Mbacké et les travaux d’assainissement de la cité religieuse. Le hic, c’est le manque d’électrification de deux nouvelles routes. Il y a aussi que, pour les besoins de ce travail, Henan Chine avait déraciné tous les arbres qui longeaient les deux routes. A ce jour, aucune action de réhabilitation n’a été envisagée, alors que dans tous nouveaux programmes, le volet environnemental occupe une bonne place.

Correspondant http://www.lequotidien.sn






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image