leral.net | S'informer en temps réel

Accusant le régime d’avoir mis en marche une « Machine à fraude », le Pds sur le pied de guerre

Réunie, hier, en comité directeur (CD), la formation libérale estime que « Macky Sall, son régime, et particulièrement son ministre de l'Intérieur, Abdoulaye Daouda Diallo, veulent manipuler le fichier électoral pour en extirper un nombre très important de citoyens et s’assurer une improbable majorité aux prochaines élections législatives »


Rédigé par leral.net le Vendredi 14 Avril 2017 à 10:24 | | 0 commentaire(s)|

Oumar Sarr et compagnie en veulent pour preuves le fait que le régime en place ait « très fortement réduit le nombre des commissions administratives dans les zones qui leur sont hostiles et partout ailleurs. Ils ont mis en marche la machine à fraude en installant des commissions administratives clandestines dans les domiciles de responsables des partis de la coalition gouvernementale pour inscrire exclusivement et frauduleusement, leurs partisans ».

C’est pourquoi le Pds dit s’associer aux « demandes unanimes » de l’opposition et exige « la démission immédiate d’Abdoulaye Daouda Diallo, maire et probable candidat aux élections législatives, ce qui fera de lui juge et partie ».

Les libéraux estiment que « le processus consensuel a été unilatéralement rompu dans des conditions qui sont de nature à fausser le jeu démocratique et installer le chaos ».

« Le Pds rappelle à Macky Sall ses devoirs et le rendra personnellement responsable des conséquences qui résulteront de sa volonté de porter atteinte à la libre expression du suffrage des citoyens », lit-on dans le communiqué qui a sanctionné la rencontre du Comité directeur.

VoxPopuli










Hebergeur d'image