leral.net | S'informer en temps réel

Accuse de viol suivi de grossesse commis sur sa fille ainée : Diadji SARR relaxe après 10 mois de prison, grâce à un test d’ADN négatif

Poursuivi pour viol suivi de grossesse sur sa fille aînée, Diadji Sarr a été sauvé par la science. Il a en effet été relaxé après 10 mois passés en prison
grâce à un test d’Adn négatif.


Rédigé par leral.net le Mardi 8 Mai 2012 à 21:12 | | 0 commentaire(s)|

Accuse de viol suivi de grossesse commis sur sa fille ainée : Diadji SARR relaxe après 10 mois de prison, grâce à un test d’ADN négatif
Il a eu le malheur, courant 2011, d’être pointé du doigt par sa fille aînée qui l’accusait d’avoir abusé sexuellement d’elle et cela a valu au présumé coupable d’être conduit devant la justice. Détenu pendant 10 longs mois derrière les barreaux, Diadji Sarr, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a été relaxé hier purement et simplement. Il doit, en effet, sa liberté à la science. Pour éclairer sa lanterne, la justice a dû recourir à un test Adn, lequel a conclu à un pourcentage nul. En langage moins codé, le prévenu ne peut pas être le géniteur de l'enfant dont on l'accuse d'être le père. En effet, lorsque sa fille Oulimatou Sarr l’a accusé de l'avoir drogué avec un breuvage, avant de la violer dans son sommeil, Diadji Sarr, avait toujours nié les faits, assimilant même ces charges à un «deal» fomenté par la victime et sa génitrice, pour se venger de lui. Agé de 48 ans, le mis en cause qui est un ancien militaire, n’a pas varié dans ses déclarations. Renvoyé une dernière fois devant la barre, pour une énième confrontation avec ses accusateurs, il a contesté ce qui lui est reproché et a relevé que ni le lieu, ni les circonstances ne lui auraient permis de commettre une telle infraction. Oulimatou Sarr, aujourd’hui mère d’un bébé de sexe féminin, n’a pas changé elle aussi de version. Soutenant mordicus que c’est son père qui est à l’origine de sa grossesse pour l’avoir plusieurs fois doigté, caressé, puis violé, elle a affirmé n’avoir jamais entretenu de relations sexuelles avec un homme dans sa vie. La partie civile a réclamé que les faits de viol commis par ascendant
soient requalifiés en pédophilie. Ce que n’a pas voulu entendre le parquet qui, sur la base du test Adn qui a montré qu’il y a 0% de probabilité que le prévenu soit coupable des faits, a requis la relaxe pure et simple. Les avocats de la défense, quant à eux ont sollicité la fin des poursuites. Un voeu exaucé par le tribunal. Il faut cependant noter que cette décision de justice, qui a donné un bol d’air à la famille de D. Sarr, a porté un sacré coup aux accusatrices. Oulimatou, sans doute assommée par le verdict, est tombée dans les pommes dans le hall du Palais de la justice, alors que sa mère qui était à son chevet, s’entêter de dire à qui voulait l'entendre que sa petite-fille était née des oeuvres de Diadji Sarr.




SOURCE:Popxibaar.com
Youssoupha MINE






Hebergeur d'image