leral.net | S'informer en temps réel

Accusé de viol sur un garçon de 13 ans : Comment Ousmane Faye a échappé à 10 ans de prison ferme

Le prévenu Ousmane Faye a comparu devant le tribunal des flagrants délits pour les chefs de viol sur mineur, actes contre nature et pédophilie avant de finalement bénéficier de la relaxe.


Rédigé par leral.net le Mardi 31 Mai 2016 à 10:46 | | 0 commentaire(s)|

C'est avec constance et précision que le mis en cause a répondu aux chefs d'accusations auxquels il a été mis en cause. En effet, selon les informations du journal Libération, le jeune B. Loum, âgé de 13 ans, s'est adonné à des actes sexuels avec son ami du même âge que lui. Mais, au moment de leur aventure, quelqu'un les a surpris et est allé le dire à ses parents. Très remontée, sa maman l'a bastonné pour qu'il lui dise d'où est-ce qu'il a appris ce genre de pratiques. Et c'est à l'issu de cet interrogatoire que B. Loum a avoué être entraîné par un homme dont il ignorait le nom, mais qu'il pourrait reconnaître. A l'en croire, le prévenu Ousmane Faye l'amenait derrière le cimetière "Diabalba" pour le forcer à se tourner pour qu'il puisse assouvir sa libido. Ainsi, il a indiqué l'endroit où le nommé Ousmane le prenait. La famille s'y est rendue pour piéger le mis en cause. Malheureusement pour lui, il les croise et serre la main du petit. Ce dernier, l'ayant identifié, les membres de la famille du garçon se sont battus avec lui. Après la bagarre, le prévenu est allé porter plainte contre les membre de cette famille.

A la police, le jeune B. Loum a encore reconnu que c'est Ousmane Faye qui l'a initié à ces choses, mais le concerné a persisté dans ses dénégations. "Je ne connais pas ces gens-là. Je n'ai jamais vu ce petit, encore moins sa famille. Ils m'ont croisé sur la route et ce petit s'est mis à dire que c'est moi qui suis son violeur. Au nom de Dieu ce n'est pas moi", martèle-t-il. Mais, le petit d'insister dans ses déclarations : "C'est bien lui. Il m'a amené derrière le cimetière quatre fois. Il m'empêchait de crier et menaçait de me tuer si toutefois j'ouvrais la bouche".

Pour l'avocat de la partie civile, les faits sont d'une gravité extrême, il a réclamé 30 millions de FCfa de dommages et intérêts. Le ministère public, quant à lui, a estimé que le garçon est resté constant dans ses déclarations depuis l'ouverture de la procédure, reconnaissant, aussitôt, son violeur dès qu'il l'a vu. Il a requis 10 ans de prison ferme. Une peine à laquelle la défense ne s'accorde pas. Ainsi, pour l'avocat de la défense, aucun élément dans ce dossier ne permet de dire qu'effectivement, c'est Ousmane Faye serait le coupable. "Les accusations sont fondées sur des légèretés. La famille de B. Loum est en train d'accuser un innocent. Les faits sont extrêmement graves, mais, faudrait-il de simples accusations pour entrer en voie de condamnation et pour une peine de dix ans ?", s'est-il demandé. En l'absence de preuves concrètes, il a demandé la relaxe pure et simple pour son client. Une demande qui a été exaucée par le juge. Dès lors, Ousmane Faye obtient la relaxe au bénéfice du doute.






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image