leral.net | S'informer en temps réel

Acte 3, crise de l'école, Necotrans... Le M23 fusille le régime de Macky

Le Mouvement du 23 juin (M23) persiste et signe dans sa critique du régime de Macky Sall et de ses actes de gouvernance des affaires publiques. A l’issue de leur dernière rencontre d’instance. Mamadou Mbodji et Cie n’ont, en effet, pas pris de gants pour fustiger la gestion du gouvernement, notamment en ce qui concerne le nouveau code général des collectivités locales ou réforme de la décentralisation, la crise de l’école sous ses divers contours ainsi que la gouvernance de certains secteurs sociaux.


Rédigé par leral.net le Vendredi 31 Juillet 2015 à 12:17 | | 15 commentaire(s)|

Selon le M23, « après un an de mise en œuvre, l’Acte III suscite désormais davantage de critiques et d’inquiétude que d’espoir ». Mamadou Mbodj et ses camarades estiment, dans Sud Quotidien, que « l’insuffisance de concertation au départ et la faiblesse du taux de transfert de dotation sont à compter parmi les facteurs explicatifs du fossé abyssal qui sépare les fruits de la promesse des fleurs ». Au final, ils constatent que « si de nombreux acteurs du jeu politique ont pu être casés en tant que maires, présidents de conseils départementaux ou conseillers, les fonctionnaires des collectivités locales n’y trouvent pas leurs comptes, alors que de nombreux citoyens s’interrogent encore sur la nature des bénéfices annoncés avec l’Acte III ».

Une autre source d’inquiétude est à rechercher, selon le M23, dans la mal gouvernance du secteur de l’Education dont la dernière consécutive a trait aux résultats catastrophiques aux examens. Des résultats qui signifient que « la première base (le socle) de l’émergence n’est pas encore en place et c’est comme si nous jetions par la fenêtre plusieurs années de notre budget de l’Education ». Le M23 s'est également intéressé aux affaires concernant Necotrans, le King Fahd, Suneor, Transrail, entre autres. Mamadou Mbodji et Cie disent attendre du Gouvernement des mesures diligentes. En conclusion, ils ont tenu à rappeler au Premier ministre Mahammed Boun Dionne et son équipe qu’il y a encore chez les Sénégalais des attentes fortes en termes de justice, de qualité du service public, d’emplois des jeunes, d’équité, des attentes « qui exigent davantage de travail et d’humilité ».






Hebergeur d'image