leral.net | S'informer en temps réel

Ad nauseaum ! - Par Alioune Badara Niang


Rédigé par leral.net le Mardi 27 Janvier 2015 à 11:32 | | 2 commentaire(s)|

Ad nauseaum ! - Par Alioune Badara Niang
Bon sang ! Encore un théâtre de guignols, dont nous gavent les sempiternels détracteurs du pouvoir, à travers leur honteuse campagne d’accusations imaginaires et délirantes, lancée contre le président de la République, son excellence Monsieur Macky Sall et sa famille, qui gonfle, comme un soufflé de l’outrecuidance et de la ringardise. Pouah !
Dans les faits, ils ont choisi volontairement de s’appuyer sur des cas d’espèces encore d’actualité, comme la participation du chef de l’Etat à la marche de Paris, contre les attentats qui ont visé la rédaction de « Charlie Hebdo », l’élection haut la main de son frère Aliou Sall à la tête de l’Association des Maires du Sénégal (AMS), aussi les « injustices » qu’auraient subies le voyoucrate junior Karim Wade et ses avocats devant la CREI, pour se vautrer dans l’intoxication, la médisance et la calomnie.

A la loupe, ces tribuns provocateurs flirtant avec le populisme, ne sont que de piètres opposants théâtralisés, d’intellectuels versatiles et de pseudos marabouts alimentaires, marres à bout. Tous ces zélés, adeptes du bazar inacceptable dans une démocratie, pensent-ils trouver ainsi un mode opératoire pour remonter dans les sondages ? Faux croire.

Plus concrètement qu’est-ce qui compose leur virilité verbale ? Officiellement, on le sait, Macky Sall a « marché » à Paris pour condamner la barbarie perpétrée au nom de l’Islam. Mais de là à le qualifier, de manière biscornue, de « Charlie », ça sent la manipulation politique à 6000 km, exactement la distance entre Paris et Dakar. Quelle performance !

Plus sérieusement, Macky Sall n’est pas « Charlie » ! Je le dis haut et fort. Il est musulman et un bon. Soutenir, au mépris de toute vérité, que sa participation au rassemblement de Paris, constitue un acte anti-islamique, est à la limite ridicule et révèle l’intention manifeste de nuire de ses adversaires, excités par le pouvoir comme la chair sanguinolente excite les requins et qui voient en toute occasion, une tentative de rebond. Tiens donc ! «Oh les vilains, ils ont dit de vilains mots». Ne rigolez pas, ils le sont vraiment.

De même, il est absolument scandaleux d’accuser le chef de l’Etat d’apostasie parce qu’il a dénoncé aux côtés de la France, un pays ami et endeuillé, son opposition à la tuerie même si leurs auteurs, ont agi pour répondre aux caricatures blasphématoires sur le prophète Mohamed (saw), à qui il voue, en bon musulman, un amour plus fort que sa propre personne ! Le terrorisme n’a ni religion, ni nation, ni une quelconque valeur qu’il représente. Tout acte terroriste contre des innocents est étranger à la pensée et aux enseignements de l’islam. C’est la seule compréhension qui tienne, le reste n’est que pur épiphénomène de politique politicienne comme malheureusement nous ont habitué, tous ces opportunistes.

Donc c’est connu, la plaisanterie «exclusivement politique» des adversaires du Président de la République, ne sert qu'un objectif : Prendre de faux problèmes pour les transformer en vrais problèmes, dans le but de déstabiliser purement et simplement son régime, qui au fur et à mesure, remplit les espoirs du peuple sénégalais. Et cela, les dérange tellement et les met mal à l’aise, quant aux échéances de 2017 à venir. D’ailleurs sur ce coup-ci, convenons que leur genre de diatribe stérile, ne devrait pas étonner le public averti. C'est peut être bon pour faire parler d’eux, mais ce n'est pas utile au débat.

En même temps, je continue de penser que critiquer le président de la République relève du devoir de l’opposition et n’est pas en soi une mauvaise chose. Mais hisser le débat au niveau personnel n’est pas une bonne pratique démocratique. Le débat politique doit dépasser les personnes censées l’animer. On peut marquer son désaccord avec le Chef de l’Etat sans être insultant. La subtilité c'est tout un art pas donné à tous et ses pourfendeurs en sont aux antipodes...

Alors que, plus que jamais, le Sénégal a besoin d'hommes et de femmes « républicains » pour repartir de l'avant, accompagner le temps de la rupture dans l’action, voilà que des gens qui symbolisent tous, les échecs et l'impuissance du passé, s’affichent ostentatoirement comme pour copiner utile.

Je ne m’interroge vraiment pas sur leur capacité, à renouer avec le bon sens car leur machine aveugle à clasher, a une autre cible dans son viseur qu’est Aliou Sall, le maire de Guédiawaye et Président élu de l’Association des Maires du Sénégal. Mais qui est Aliou Sall et pourquoi lui ? C’est le frère du Président Macky Sall. Voilà qui suffit à le définir. Egalement, il vient d’être porté fraîchement à la tête de l’AMS et c’est suffisant pour les frustrés de pérorer, de proférer des attaques ad hominem. Le message est on ne peut plus clair ! Qui cogne le frère du président, cogne le Président.
Pour ainsi dire, Aliou Sall est victime « uniquement » de sa position de frère du Président de la République. Mais pour autant, ils ont tout faux de dire qu’il n’a aucun mérite personnel. Ils ont tout faux de dire qu’il est devenu Maire et Président de l’Association des maires du Sénégal juste parce qu’il est le frère de Macky Sall. Ils ont tout faux de dire que la jeune carrière d’Aliou Sall se résume à toujours être à la remorque de son frère de Président. L’exagération d’une telle analyse la décrédibilise.

Aussi, ils prennent le loisir et le culot d’un goujat pour dire à qui veut l’entendre, que la famille Sall, veut instaurer une dynastie au pouvoir, en occultant l’essentiel de leurs beuveries, incompétence d’antan, pour nous faire boire, le calice jusqu’à la lie, de leurs inepties nauséabondes. Irrémédiablement, leurs petits poings querelleurs sont condamnés à boxer l’air nonobstant la martyrisation sournoise du petit frère dans le but d’atteindre le Grand frère.

Ce n’est pas tout ! Aujourd'hui, même si tout le monde s'accorde à dire que le Sénégal est sur de bons rails, leur plan n'a pas changé. Pour s’en convaincre, il suffit d’observer les guignoleries de Karim Wade et de ses conseils devant le tribunal. Tout est déjà là et constitue aux yeux de l’opinion, une vraie fuite en avant qui cherche à décrédibiliser le procès, à délégitimer la CREI. Cette stratégie d’évitement n’est- elle pas une volonté d’empêcher la vérité de se manifester ? En tout cas, l’autre révélateur est le refus de la justice Luxembourgeoise de restituer les avoirs de Karim. Fort de tout ça, ses partisans peuvent –ils continuer de parler de comédie judiciaire ?

Mais ce qui me surprend le plus ce sont les médias qui font un battage autour de la bouderie du voyoucrate junior. C'est gavant ce mode de traitement, nous ne sommes plus des enfants, les contes de Karim sont passés de mode. Le reformatage des esprits exige une rupture avec l’impunité. La norme de pensée qui oblige les Sénégalais à accepter de dialoguer avec des voleurs a fait son temps. Il faut changer de paradigme pour empêcher que l’après ne soit plus comme l’avant, le dispositif combinant toutes les formes de transparence doit être de rigueur. D’aucuns parlent déjà de « match pour 2017 qui a commencé » ! Le « match » ? Ras-le-bol de ces métaphores sportives à la noix ! Le Sénégal n'est pas un terrain de jeu pour politiques arrivistes !

Aussi, ce n'est que de la critique stérile pour dire : « Macky Sall ne respecte pas ses engagements de campagne, à sa place, je vais faire des miracles ». Si c'était aussi simple, ça se saurait. On aimerait bien lire des propositions intelligentes qui se tiennent, et qui mènent vers une construction du pays. Mais au lieu de cela, nous avons droit à des discours de cours de récréation dans le style : « je suis le meilleur, il n'y a que moi qui puisse sauver le Sénégal etc. ». Il faut arrêter de nous prendre pour des cons et que ces personnes se creusent la tête pour faire de la vraie politique qui porte de vraies solutions. Pour l'instant, ce ne sont que des discours de manipulation des Sénégalais et non de la vraie « substance politique ».

Et cette dérive semble ne plus avoir de limites. Pour ces gens-là, tout est politique, au sens le plus médiocre: électoraliste, clientéliste, opportuniste. Ils sont prêts à couler le Sénégal au nom de leurs ambitions personnelles. Le peuple Sénégalais n’est pas dupe pour croire à leurs stupidités et suit avec sérénité les problèmes et les vérités qui dérangent, à savoir que Macky Sall travaille !

Nous l’avons tous compris : la virilité verbale des adversaires du Président Sall n’est qu’un très grossier masque destiné à cacher leur lâcheté, leur tartufferie et leur impuissance politique. Il appert que les partisans de Macky Sall que nous sommes, vulgarisions partout, le slogan de ralliement: «Touche pas à mon président». L’initiative nous appartient et surtout nous évite à coup sûr, une nausée certaine.

badaraniangjunior@gmail.com






Hebergeur d'image