leral.net | S'informer en temps réel

Adji Mbergane Kanouté sur la traque des biens mal acquis : "L'émotion doit demeurer inexistante du vocabulaire d'un chef d'Etat"

Adji Mbergane Kanouté s'est exprimé sur la condamnation de Karim Wade dans Libération du jour. La secrétaire générale de l'Union pour le développement du Sénégal (Uds/Authentique) reconnait que la peine est lourde mais, le plus important, selon elle, c'est que le butin volé soit rendu aux Sénégalais. Elle est de ceux qui pensent que la traque doit continuer en faisant fi du sentimentalisme qui peut constituer un frein à la bonne gouvernance.


Rédigé par leral.net le Mercredi 25 Mars 2015 à 09:18 | | 20 commentaire(s)|

Adji Mbergane Kanouté sur la traque des biens mal acquis : "L'émotion doit demeurer inexistante du vocabulaire d'un chef d'Etat"
"Le droit a été dit et il est important de respecter la justice sénégalaise qui demeure une référence reconnue par les praticiens du droit. A mon humble avis, la peine est lourde. L'essentiel, ce n'est pas que Karim Wade soit privé de ses droits physiques, mais qu'il rende aux Sénégalais et Sénégalaises les sous qu'il garderait par devers lui", a confié la vice-présidente des femmes de Benno Bokk Yakaar. Adji Mbargane Kanouté demeure toutefois convaincue qu'une éventuelle grâce de Macky Sall contribuerait à "renforcer la stabilité du pays, la cohésion nationale en plus de son leadership". Par ailleurs, elle déclare, s'exprimant sur les sanctions contre Wade-fils : "C'est encore une bonne chose que l'ex-tout puissant ministre n'eût perdu ses droits civiques et civils et cela prouve encore à suffisance que nous ne sommes pas dans un procès politique comme veut le faire croire le Parti démocratique sénégalais (Pds)". Mme Kanouté de poursuivre dans les colonnes du journal : "La traque des biens mal acquis n'a pas de cibles particuliers si ce n'est pour ceux dont les responsabilités sont présumées engagées dans des prévarications de deniers publics établies et avérées au détriment du peuple sénégalais".

A la question de nos confrères de savoir si le Président Sall ne devrait pas mettre en avant son long compagnonnage avec Me Wade, elle soutient : "Il est important de départager les affaires de l'Etat du sentimentalisme. Un homme d'Etat doit être guidé par la raison avec une certaine lucidité et un détachement du superficiel. L'émotion doit demeurer inexistante du vocabulaire d'un chef d'Etat qui est le père de toute une nation. Aussi, demande-t-elle, "combien de pères de famille ont vu leur fils croupir en prison, combien de mères de famille assistent impuissamment à l'incarcération d'un fils ?". "Pour l'émergence du Sénégal et, au-delà même, de l'Afrique, il nous faut tendre vers cette rupture tant prôné par le Président Macky Sall. Il faut que notre Sénégal soit mis sur les rails d'une bonne gouvernance sobre et vertueuse et cet objectif ne serait jamais atteint si l'impunité continue".






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image