leral.net | S'informer en temps réel

Affaire Acelor Mittal : "Abdoulaye Wade peut être passible de poursuites", selon Sidiki Kaba


Rédigé par leral.net le Samedi 20 Décembre 2014 à 11:34 | | 8 commentaire(s)|

Affaire Acelor Mittal : "Abdoulaye Wade peut être passible de poursuites", selon Sidiki Kaba
Comme annoncé par votre site préféré, le ministre de la Justice Sidiki Kaba, lors de sa conférence de presse, hier, s'est prononcé sur l'affaire Arcelor Mittal. Et, c'est pour démonter à son tour les accusations de Me Abdoulaye Wade et consorts. « D'abord, le ministre de l'Industrie et des Mines ( Aly Ngouille Ndiaye) a eu à s'expliquer de façon très claire sur les termes et les aboutissants de cette affaire. Le ministre de l'Economie et des finances a fait le même exercice, idem pour le Premier ministre qui est allé plus en profondeur. Avant de parler du point de chute, il faut parler du point de choc. Qui a créé l'affaire ? (Il y a une affaire dans l'affaire). Ce n'est pas le Président Macky Sall. Le dossier Arcelor Mittal est un héritage. C'est une rupture abusive de contrat qui coûte 37 milliards de FCfa à l'Etat. L'argent de l'Etat part pour payer une rupture dans la légèreté. L'Etat n'a pas honoré ses obligations et sa parole. Nous étions avec Kumba, nous avons choisi Arcelor Mittal, qui a été incapable d'appliquer ses propres obligations, retardant le Sénégal. Et devant le tribunal arbitral, c'est le gouvernement qui rappelle 37 milliards et c'est le gouvernement qui est fautif ? Voilà la question fondamentale. Où est la faute ? Ce dossier n'est pas celui de l'Etat actuel, il faut assumer. Si cette rupture n'avait pas eu lieu, nous n'aurions pas à gérer la question. Nous aurions pu démarrer la route Thiès-Touba avec cet argent depuis longtemps. Nous allons maintenant être obligés de la payer dans le vide, en aggravant le déficit du Sénégal", a expliqué Sidiki Kaba qui menace de sévir : "Pour m'adresser aux accusateurs qui sont sûrs de leur fait, la justice est là. Qu'ils agissent, qu'ils déterrent ce qu'ils savent, alors nous serons en position de savoir. Nous attendons, l'Etat est serein (...) Au Sénégal, le statut de chef d'Etat n'est pas totalement réglé. En ce qui concerne son immunité, c'est une loi. Il( Abdoulaye Wade peut être effectivement passible de poursuites. Son statut ne l'exonère pas de poursuites".






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image