leral.net | S'informer en temps réel

Affaire Agir Immo : Macky Sall invité à se pencher sur le «plus grand scandale foncier»

Le collectif des victimes d’Agir Immo a convié hier à une conférence de presse à laquelle ont pris part des parlementaires. Ils invitent le Président Macky Sall à se prononcer sur ce « scandale foncier » évalué à plus de 2 milliards 500 millions de F Cfa.


Rédigé par leral.net le Samedi 9 Juillet 2016 à 16:27 | | 5 commentaire(s)|

L’affaire Agir Immo est loin de connaître son épilogue. Et les victimes sont plus que jamais déterminées à ce que justice leur soit rendue. Hier, en conférence de presse, au siège de la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’Homme (Raddho), elles ont reçu le soutien de trois parlementaires et d’acteurs de la société civile, dans le bras de fer avec ladite société immobilière. Première à prendre la parole, la députée Hélène Tine a indiqué qu’ils vont mener le combat, aux côtés de ces « dignes » chefs de famille, pour que le préjudice subi soit réparé, de même, pour que l’Etat du Sénégal leur apporte toute l’assistance nécessaire.

« Les autorités de ce pays doivent savoir que cette affaire est un scandale. Que des Sénégalais prennent des prêts, travaillent à la sueur de leur front, et qu’un individu veuille se l’approprier, cela est inacceptable dans ce pays. Il faut que l’Etat prenne ses responsabilités. A cet égard, nous interpellons le gouvernement du Sénégal, le président de la République. Il faut qu’il se saisisse de cette affaire pendante devant la justice », a-t-elle plaidé.

Son collège Cheikh Oumar Sy a abondé dans le même sens, en soulignant que certains promoteurs font semblant d’avoir des terrains pour escroquer leurs compatriotes sénégalais de la diaspora. Le Parlementaire de dire que le foncier est devenu une « bombe sociale » au Sénégal. « Tout ça, c’est une mauvaise régulation de l’Etat. Pour le cas précis de ces victimes, il faut qu’il s’implique et sévisse. Il ne peut pas y avoir deux justices. La personne coupable a été appréhendée. Aussi, les documents sont là pour montrer qu’il a indument pris des décisions, avec des complices, pour prendre l’argent des Sénégalais qui ont travaillé », enfonce le député confirmé par sa collègue Seynabou Wade.

Le collectif organise un sit-in le 11 juillet

Le secrétaire général de la Raddho a, pour sa part, vivement dénoncé le traitement réservé à ce dossier « d’escroquerie foncière ». Amer et sensible aux souffrances de ces victimes, Aboubacry Mbodj a asséné ses vérités. « C’est le plus grand scandale que notre pays ait connu. (...) Nous ne ménagerons aucun effort pour renforcer le collectif dans son combat pour que les victimes rentrent dans leurs droits. Et il nous semble qu’il y a, dans ce pays, des intouchables. Il y a des zones d’ombre dans cette affaire. Nous voulons qu’elle soit une jurisprudence dans notre pays.»

Ainsi, les membres de ce collectif, par la voix de leur porte-parole, Moussa Ndao, ont annoncé l’organisation d’un sit-in, le lundi 11 juin, à la Place de l’Obélisque à 16 heures. Ceci pour alerter l’opinion sur les manœuvres «frauduleuses» du promoteur Abdoulaye Youssou Diagne. Selon eux, il assimile le procès qui l’oppose aux victimes de sa structure à une « parodie de justice dont l’issue lui sera favorable ». Ils l’accusent de les avoir escroqués d’un montant de plus de 2 milliards 5 millions de F Cfa, entre 2007 et 2011.

EnQuête






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image