leral.net | S'informer en temps réel

Affaire Arcelor Mittal : Me Wade n'a pas tout dit, selon le DG de Lithos Corporation

André Gyenfie a fait face à la presse samedi dernier. Il a annoncé qu'une plainte a été déposée, "depuis janvier 2014", et la Division des investigations criminelles a bouclé le dossier. Cette plainte vise principalement Me Madické Niang, ministre des Mines de l'époque, Karim Wade, Ousmane Ndiaye, ancien Dg de la Miferso et la Société Kumba Ressources, pour "crime économique contre Lithos et l'Etat du Sénégal".


Rédigé par leral.net le Lundi 22 Décembre 2014 à 09:24 | | 6 commentaire(s)|

Affaire Arcelor Mittal : Me Wade n'a pas tout dit, selon le DG de Lithos Corporation
L'affaire Arcelor Mittal, agitée par Me Wade, commence à avoir une tournure bien surprenante. L'accusateur du régime se retrouve mêlé dans le dossier. En effet, André Gyenfie reproche à Me Wade de n'avoir pas dit toute la vérité sur cette affaire lors de sa sortie à la Place de l'Obélisque, le 21 novembre dernier. Dans une lettre ouverte adressée à l'ancien président de la République et distribuée à la presse, il rappelle à Me Wade ce qu'il a omis de dire. Le pape du Sopi, souligne-t-il selon EnQuête, n'a jamais dit que Lithos Corporation, présente au Sénégal depuis 1997, est la première société qui avait signé, sous le règne du Président Abdou Diouf, des accords avec Miferso. Quand l'alternance est survenue en 2000, le directeur de Lithos renseigne que Me Wade est devenu le nouveau président de la République, des rencontres ont eu lieu avec lui pour confirmer leur relation avec Miferso et conforter Kumba comme opérateur dans le projet. Mais, c'est l'arrivée de la société Kumba Ressources qui va bouleverser tous les schémas de Lithos Corporation.

Alors que tout se passait bien, le Dg de Lithos reçoit une surprenante lettre de Me Madické Niang. Et dans sa lettre, indique le journal, l'ancien ministre des Mines informe Lithos Corporation qu'elle a été éjectée de la mine de la Félémé au profit de Kumba Ressources. "Pourquoi subitement, on nous éjecte du projet au profit d'un opérateur que le gouvernement sénégalais nous avait demandé d'amener ? Qu'est-ce qui s'est passé exactement ? Quelle a été la manigance ?" Autant de questions sur lesquelles André Gyenfie attend des réponses judiciaires. "Me Madické Niang, n'étant pas directeur de la Miferso, n'avait pas le droit de faire une lettre pour nous sortir du projet", dénonce-t-il. C'est pourquoi il estime qu'il y a eu du "faux et usage de faux, usurpation de Me Madické Niang en éjectant Lithos".






Hebergeur d'image