leral.net | S'informer en temps réel

Affaire Doudou Mouhamed Sagna dit Kukoy Samba Sagna : Radioscopie d’un faux

Le week-end dernier, deux phrases - « On ne peut pas tout dire. Vous ne connaissez pas les activités secrètes de Kukoy Samba Sagna»- prononcées par le Premier ministre, Abdoul Mbaye, qui persistait à nier la nationalité sénégalaise de Doudou Mohamed Samba alias Kukoy Samba Sagna, avaient fini de convaincre Libération que dans cette affaire, il y avait une grosse anguille sous roche.


Rédigé par leral.net le Mercredi 26 Juin 2013 à 10:29 | | 3 commentaire(s)|

Affaire Doudou Mouhamed Sagna dit Kukoy Samba Sagna : Radioscopie d’un faux
Aujourd’hui, notent nos confrères, à l’analyse, les deux documents sur lesquels Amnesty international section Sénégal s’est appuyée pour mieux dénoncer la mesure d’expulsion du Gambien vers le Mali où il est finalement décédé, n’étaient que du faux. En clair, le défunt révolutionnaire, putschiste et aventurier n’a jamais joui de la nationalité sénégalaise.

Premier faux : le chiffre 757 qui est sur la carte nationale d'identité de Doudou Mouhamed Sagna est l'identité du Centre d'état civil (Cec) secondaire de Bourguiba. Or, la Cni n'a pas pu être enregistré au Cec secondaire de Bourguiba. Parce que tout simplement de 1872 à 1963, soit durant 91 ans, Dakar n'a eu qu'un seul Cec. D'abord logé à la Gouvernance, puis au Bulding communal, ensuite au Service d'Hygiène et aujourd'hui à Amitié. Ensuite seront créés des Cec secondaires, à l'hôpital Abass Ndao, à Grand-Dakar, etc. Et c'est en 1974 que voit le jour le Cec secondaire de Bourguiba. 16 ans après la naissance (supposée) à Dakar de Kukoy Samba Sagna.

Deuxième faux contenu dans les 13 chiffres d'identification de la Cni de Kukoy, qui abat le tout comme un chateau de cartes : c'est le numéro de son Extrait de naissance : 03496. Il est avéré qu'au 31 décembre 1986, date de clôture du Registre sur procè-verbal par le Procureur de la République, moins de 2900 Extraits de naissance avaient été délivrés au niveau du Cec secondaire de Bourguiba. Et au 1er janvier 1987, les compteurs avaient été mis à zéro.

Le Certificat de nationalité brandi par Amnesty International empeste également le faux selon Libération qui cite le jounal EnQête d'hier. Ce quotidien révélait hier que le numéro 3522 que porte le document au nom de Doudou Mouhamed Sagna alias Kukoy Samaba Sagna est en vérité celui d'un certain Mamadou Lamine Basse né le 23 août 1975 à Dakar.

Mais, il y a pire d'après Libération qui se demande par quelle magie Kukoy Samba Sagna a pu "rajeunir" de deux semaines entre l'établissement de son Certificat de nationalité sénégalaise, le 05 avril 2006, et la délivrance de sa Cni, le 10 juin 2009. En effet, sur le premier document, il naît le 1er janvier 1958. Dans le deuxième, c'est le... 14 janvier 1958.

Légalement ! Une affaire de faussaires donc, mais dans laquelle, n’ont, manifestement pas œuvré le genre de vulgaires trafiquants souvent épinglés dans les Palais de Justice du pays. D’où la mesure et la circonscription des autorités…



1.Posté par deugue dji le 26/06/2013 13:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Sur la carte d'identité, il est né le 14/01/1958 à Dakar
Sur le certificat de nationalité, il est né le 01 /01/1958 à Dakar
Pas besoin d’être expert pour savoir que tous ses papiers étaient faux.

2.Posté par 1 bonne leçon le 26/06/2013 20:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cette affaire est une bonne leçon pour la presse. C'est pas parce que Seydi Gassama et Amnesty Internarional répètent des bêtises que c'est vrai. Le PM est le chef du gouvernement. Sa phrase, "on ne peut pas tout dire" devrait suffire. Mais bon... Notre presse souffre de son niveau ou plutôt de son manque de niveau.

3.Posté par Almamy le 27/06/2013 09:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'opinion publique sait que c'est du FAUX. Kukoi n'est pas né en 1958. Sinon, c'est dire que c'est un gamin de 23 ans qui voulait renverser Daouda Diawara en 1981. Seydi Gassama doit etre plus intelligent que ça.
Ce qu'il faut retenir de cette affaire, c'est que l'Etat Civil au Sénégal, c'est n'importe quoi. Avec 1000F, on vous délivre un extrait, avec 25000 F, on procure à un non ayant droit une carete d'identité. C'est ce mal qu'il faut solutionner

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image