leral.net | S'informer en temps réel

Affaire « Groupe Afrique santé », le docteur Joseph Etoga sort de ses gonds : «nous avons subi un préjudice inestimable »


Rédigé par leral.net le Vendredi 4 Décembre 2015 à 00:48 | | 0 commentaire(s)|

Diplômé en Médecine depuis 2009, Joseph Dieudonné Etonga est aussi titulaire d’un diplôme d’Etudes supérieures en phytothérapie et Homéopathie, avant d’être certifié en 2013 en Chine pour l’exploitation de l’analyseur quantique de résonance magnétique.

Sa société « Afrique santé » est implantée dans 3 pays africains, avant qu’il ne décide cette année d’offrir ses services au Sénégal. Le Docteur livre sa version des faits, preuves à l’appui, dans une affaire récente qui n’a pas manqué de faire sa publicité.

Pour avoir été trainé dans la boue et accusé d’exercer illégalement la médecine au Sénégal, le Docteur joseph Dieudonné Etoga a été arrêté et incarcéré, puis relâché purement et simplement, après une semaine de détention avec 11 de ses employés.

Estimant avoir subi un préjudice inestimable, pour sa crédibilité et la fausse accusation qui peuvent entamer son image dans le secteur sensible de la médecine, le camerounais établi au Sénégal depuis Avril 2015 sort de son silence et compte rétablir la réalité des faits, diplômes et attestations prouvant sa crédibilité en mains.

Selon le sieur Etoga, le groupe Afrique Santé, établi au Cameroun, en Guinée Bissau et à Conakry, a lancé ses activités le 14 Août 2015 au Sénégal, suite à l’autorisation ministérielle délivrée par les services d’Eva Marie Coll Seck. Le document lui donne le droit d’exploiter un centre de référence dans le traitement et des recherches en médecine naturelle.

La structure livre également un diagnostic rapide et efficace suivi d’un bilan général de santé en 15 minutes, par appareil de dernière génération dénommée «l’analyseur quantique de résonance magnétique». Seulement, évoquant l’affaire de Malika, notre interlocuteur estime qu’il a été victime d’une machination soutenue par le Maire de la localité qui a agi, injustement, pour les faire emprisonner.

Selon sa version des faits, ses éléments ont été arrêtés avant qu’il ne subisse le même sort, le lendemain, au poste de police de ladite localité. Présentés devant le Procureur de Pikine, ce dernier préfère confier le dossier à son collègue de Dakar qui, selon la procédure habituelle, place le groupe sous mandat de dépôt.

Trois jours après, en audience publique au tribunal, le juge prononcera le délibéré de leur affaire qui accouchera, finalement, d’une souris. Après une semaine de détention, suite à une vérification officielle du document délivré par l’autorité de la santé, les éléments du groupe Afrique Santé dont le responsable, seul habilité à l’exercice de la profession, sont relaxés purement et simplement par le tribunal.

La relation des faits par certains médias dont l’Observateur qu’il cite par référence augmente au flou avec l’annonce par notre confrère d’une audition du Maire de Malika, bien plus de faux médecins dans le lot des personnes mises en cause. S’étant rendu personnellement dans les locaux du journal cité pour réparation du préjudice, dit-il, “on m’accordera peu de crédit, une attitude que je dénonce, aujourd’hui que la police a fini de certifier la légalité de l’autorisation ministérielle comme celle de ses diplômes de médecine”.

Une dizaine de jours après les faits, constatant, avec amertume, que les conséquences de cette mauvaise publicité peuvent porte préjudice à son entreprise, le Docteur Joseph Dieudoné Etoga estime devoir, à travers des actes concrets, prouver sa bonne foi et son expertise, en livrant des soins sûrs et certifiés aux populations sénégalaises, “dans le but professionnel de faire mentir ceux qui l’ont accusé à tort”, dit-il.

Actusen.com






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image