leral.net | S'informer en temps réel

Affaire Karim Wade: Halte à l’amalgame ! (Par Abdou Aziz Diop)


Rédigé par leral.net le Jeudi 23 Juin 2016 à 16:24 | | 7 commentaire(s)|

Affaire Karim Wade: Halte à l’amalgame ! (Par Abdou Aziz Diop)
Depuis l’annonce par le Président de la République, Monsieur Macky Sall de la possible libération de Karim Wade, des voix s’élèvent pour critiquer voire même attaquer cette décision. Celles qui ont retenu le plus mon attention sont celles de Maître Boucounta Diallo et certains membres de « Y’en a marre ».

Maître Boucounta Diallo nous revient en défiant les uns et les autres de lui dire ou lui citer un seul exemple dans l’histoire du Senegal où un » délinquant financier a bénéficié d’une grâce.

Il a raison car justement en faisant allusion à l’affaire Karim Wade, il s’est complètement embourbé dans des généralités pour soutenir péniblement son argumentaire. En réalité, la question qu’on devra lui poser est de nous sortir un jugement, arrêt ou un simple rapport où Karim Wade est condamné pour détournement de derniers publics.

J’en profite pour rappeler à tous ces haineux, politiciens ou pseudo membres de la société civile que Karim Wade n’a jamais été mis en prison pour détournement de derniers publics ou corruption.

La juridiction d’exception qui a condamné Karim Wade a même écarté les chefs d’accusation de détournement de deniers publics et de corruption.

Pour tous ces gens qui traitent Karim Wade et compagnie de voleurs, nous leur faisons remarquer que la CREI , ce machin, qui les a condamnés pour enrichissement illicite, reconnaît dans son « jugement » qu’ils n’ont détourné aucun bien appartenant au peuple sénégalais et qu’ils n’ont été nullement impliqués dans aucun processus de corruption.

Donc ceux qui se scandalisent aujourd’hui de la libération éventuelle du principal prévenu auraient normalement dû d’abord l’être par l’incongruité de sa lourde condamnation et la saisie de tous ses biens alors que l’Etat du Sénégal n’a subi aucun préjudice et qu’en matière d’enrichissement illicite, il n’y a pas de partie civile.

Ce Maître Boucounta Diallo, d’ailleurs, a été le premier avocat à dénoncer la présence des « avocats dits de l’Etat » à ce procès, parce que, disait-il, dans cette matière, il n’y a pas de partie civile, parce que l’Etat n’a subi aucun préjudice.

Pour certains animateurs du mouvement « Y’en a marre » qui s’agitent, c’est le concours de Macky Sall qu’ils ont sollicité pour être libérés au Congo, poussant le Président à s’immiscer dans les affaires judiciaires d’un pays souverain.

Alors pourquoi hier solliciter le Président Macky Sall pour se faire libérer, ailleurs, et aujourd’hui vouloir lui interdire d’user d’un droit que la constitution de notre pays lui confère ?

Je pense simplement que ces gens qui s’agitent après l’annonce de cette future libération de Karim ont une angoisse existentielle.

ABDOUL AZIZ DIOP, Secrétaire général des Cadres Libéraux, Membre du Comité Directeur du PDS






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image